• à nos invisibles

     

    Anne Arnaud-peinture horizontale marine-tableau bleu-gris-180X60cm huile sur toile

  •  

    MARS

    Tu giboules, giboulée
    Et la terre est roucoulée
    De cent mille colombées.

    Et la terre est en amour.

    Tu giboules, giboulée
    Et la terre est fleuronnée
    De cent mille cerisaies.

    Et la terre est en amour.

    Tu giboules, giboulée
    Et la terre est baisoyée
    De cent mille rayonnées

    Et la terre est festoyée
    De cent mille bourgeonnées

    Et la terre est chatouillée
    De cent mille germinées.

    Tu giboules, giboulée
    Et la terre est jouvencée
    De cent mille chansonnées.

    Tambour, coulour et bonjour,
    Et la terre est en amour !
      NORGE

            

    19 commentaires
  •  

    J'ai découvert  ce tableau et ce commentaire dans Artips

     

     

     

     

     

     

     

    Voici une petite famille italienne du XVIIe siècle qui nous fixe d’un œil grave. À l’arrière-plan, le père. Au centre, le bébé allaité par… une personne très barbue. Mais qui cela peut-il bien être ?

    Ce tableau surprenant, peint par l’espagnol José de Ribera, est une commande du vice-roi de Naples. Ce dernier lui demande de représenter cette famille, et notamment cette "femme à barbe".

    Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

    José de Ribera, Magdalena Ventura avec son mari et son enfant, 1631, huile sur toile, 212 x 144 cm, Hospital de Tavera, Tolède
    Voir en grand

     

     

     

    Son visage, velu et viril, contraste avec son sein rond, bizarrement placé au milieu du buste. Ajoutons à cela une pénombre tout à fait dramatique… Bref, tout ceci donne au tableau une curieuse étrangeté.

    Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr
     

    Détail de l'œuvre

     

     

     

    Heureusement, l’artiste ne nous laisse pas dans le flou. À droite, sous un coquillage symbolisant l’hermaphrodisme, Ribera peint une longue inscription. On y apprend que la femme en question est Magdalena Ventura, une Italienne âgée de 52 ans, mère de trois enfants.

    On découvre aussi que cette superbe barbe lui est apparue à la fin de la trentaine. Mais la raison d’être de cette toile tient dans les quatre premiers mots en latin : En magnum natura miraculum, ce qui signifie "un grand miracle de la nature".

    Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr
     

    Détail de l'œuvre

     

     

     

    Au XVIIe siècle, les "femmes à barbe" sont vues comme des prodiges, des raretés absolument fascinantes.

    Ce sont des "curiosités" que le vice-roi de Naples, commanditaire du tableau, collectionne avec ferveur. Il possède déjà d’autres portraits d’êtres au physique alors considéré comme monstrueux.

     

     

     

     

    Voilà pourquoi Ribera, à sa demande, représente Magdalena Ventura avec autant de soin et de réalisme.

    Mais l’artiste ne se contente pas de la réduire à sa seule bizarrerie : il peint son modèle avec beaucoup de dignité, et fait du portrait un de ses chefs-d’œuvre.

    Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr
     

    José de Ribera, Magdalena Ventura avec son mari et son enfant, 1631, huile sur toile, 212 x 144 cm, Hospital de Tavera, Tolède. Détail de l'œ


    15 commentaires
  •  

     

     

    Être Ange
    C’est Étrange
    Dit l’Ange
    Être Âne
    C’est étrâne
    Dit l’Âne
    Cela ne veut rien dire
    Dit l’Ange en haussant les ailes
    Pourtant
    Si étrange veut dire quelque chose
    étrâne est plus étrange qu’étrange
    dit l’Âne
    Étrange est !
    Dit l’Ange en tapant du pied
    Étranger vous-même
    Dit l’Âne
    Et il s’envole.

                          Jacques Prévert

    Être ange c’est étrange”, tiré du recueil “Fatras” ( éditions Gallimard)


    15 commentaires
  •  

     

    François Guiguet excelle  à déceler la beauté de ces êtres tranquilles et sans histoire.

    Il capte leur regard, en dévoile la profondeur. Il nous apprend à voir  au-delà des apparences et tous ces personnages sont souvent animés d'une vie intense qu'il faut savoir deviner

     

    20100902_02092010_37.JPG

     

    Il est le peintre de l'enfance. Ses neveux et nièces lui servent de modèle...Et il fait aussi de nombreux portraits de commande

     

     

     

    20100902_02092010_38.JPG

     

     

     

    François Guiguet  est né à Corbelin en Isère. Il était le cinquième enfant d'une famille de douze..Son père était menuisier et il a commencé à apprendre ce métier mais le docteur de famille remarque ses dessins, demande à ce qu'ils soient montrés à Auguste Ravier , peintre de renom habitant  Morestel,une commune voisine.

     

    Ce dernier devient son professeur pendant trois ans , puis il le dirige vers les beaux Arts de Lyon, puis  vers ceux de Paris...Il y fera sa première exposition à l'âge de 25 ans

     

    Il se lie d'amitié avec Puvis de Chavannes, avec Degas...

     

    Dans la petite ville où il est né et où il est mort , il y a un musée qui lui est consacré dans la chapelle de l' Ancien Prieuré

     

     

     

    20100902_02092010_32.JPG



    20100902_02092010_15.JPG

     

     


    18 commentaires
  •  

     

     

    "La mort tombe dans la vie comme une pierre dans un étang :

    d’abord, éclaboussures, affolements dans les buissons, battements d’ailes et fuites en tout sens.

    Ensuite, grands cercles sur l’eau, de plus en plus larges.

    Enfin le calme à nouveau, mais pas du tout le même silence qu’auparavant, un silence, comment dire : assourdissant."

                                                                                        
                                                                                           Christian Bobin

    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique