•   Les trois dernières semaines que tu as vécues sur cette terre,nous ne savions pas où tu étais...Nous avons cru,quelle idée absurde,que tu étais parti dans une autre ville...pour ,lors de tes errances,ne plus rencontrer de visages connus,...Les deux premières semaines,l'angoisse me rendait folle...Et puis brusquement,alors que nous étions toujours sans nouvelles...je suis devenue presque sereine,persuadée que tu allais nous revenir pour ton anniversaire(je t'avais même acheté ton cadeau) et que tu allais nous revenir "transformé"...
      Je ne me suis pas vraiment trompée...Nous t'avons retrouvé...Transformé,tu l'étais puisque tu gisais...sans vie,froid....pas tout à fait sans vie pourtant...Tu semblais très présent et apaisé,avec tes yeux grand ouverts sur l'infini...Tu avais fait le passage de la vie dans la vie...Personne encore n'avait fermé tes yeux...Ton regard m'a été un cadeau précieux....Le lendemain,quand nous revenons te voir,tes yeux sont clos,tu n'es plus là,ne reste devant nous que ton corps...comme un vêtement inutile....mais j'ai encore envie de m'accrocher à ton apparence...Et je t'embrasse et mes baisers ne te réchauffent pas...Heureusement ,la veille,j'ai vu ton regard...Il est toujours vivant ,au fond de moi

    Hier,j'ai cité un fragment d'un poëme de Tilk,je vous le donne en entier car il me touche beaucoup:

    "Il ne devrait pas y avoir de regards discrets
    Les regards devraient être vrais
    Ils devraient par leur éloquence
    envelopper et pénètrer
    ce qui est regardé

    il devraient être le début 
    d'une longue conversation silencieuse
    d'un échange profond
    jusqu'à transformer la cible.
    Pourquoi gardons-nous jalousement nos regards
    Pourquoi ne pas se laisser regarder
    Pourquoi tous ces regards voilés 
    Pourquoi ne pas donner des regards
    comme on donne du pain
    Pourquoi ne pas partager"


    5 commentaires
  • Je me réveille en pleine nuit et me vient aussitôt à la pensée ce que j'ai écrit la veille sur ce blog et vos mails qui m'ont réchauffé le coeur...et,en même temps,j'éprouve un étrange malaise,l'impression d'en avoir trop dit,d'avoir eu tort de vouloir approcher l'indicible...Pourtant,j'ai déjà parlé ici même de mon enfant trop vite parti et je n'en ai pas été troublée...Est-ce parce que cette fois-ci j'éprouve le désir d'en parler plus longuement et une voix en moi me dit : tu n'as pas le droit de te dévoiler ainsi...Car bien sûr,parlant de lui,c'est aussi de moi que je parle...Tant qu'il était vivant sur cette terre,nos vies étaient dissociées et maintenant,il est partout avec moi et je suis partout avec lui.
      Je voudrais ne parler que de lui pour le garder vivant...pas seulement en moi...mais aussi en dehors de moi..Toutes les années,depuis douze ans,nous invitons  deux couples d'amis:Marie-Pierre et Jacques,Jean et Marie-France pour fêter l'anniversaire de notre enfant : nous allons au cimetière porter des fleurs dans son petit jardin (cette année il y a encore des roses blanches),nous partageons un repas....La fidélité de mes amis m'émeut....
      Je suis aussi très émue  par le poëme que Moony m'a écrit hier  et dont je retranscris une partie (pour le lire en entier,allez sur son blog,il est dans mes liens)
           "Tu es là,
           Dans les points et les virgules,
           Sur la pointe de ma plume,
    Dans le frémissement de mon coeur en péril,
    Dans le cillement de mes yeux en écume,
    Ici,entre la peau et les os,
    Dans les veines et les vaisseaux."

    Merci ,Moony, si vivante et si vibrante,et tout mon coeur auprès du petit Meryem  et de sa maman


    7 commentaires
  • Il y a six mois, j'ouvrais la première page de mon blog....
    Il y a trente et un ans,en fin de matinée, mon plus jeune enfant venait au monde et il y a douze ans il s'en repartait...un grand vide...vie et mort s'emmêlent...présence et absence se  confondent...

    Tu n'es plus là et pourtant tu es là, tu tiens toute la place...Les premières semaines,je te sentais derrière mon épaule droite...


    Joie et douleur mêlées...Je me dis que , enfin tu ne souffres plus, enfin je ne suis plus morte d'inquiétude...

    Le pire est arrivé, il n'est plus à craindre..

    .Mais c'est intolérable, on ne met pas au monde un enfant pour,quelques années plus tard le porter en terre...

    il y a maldonne,il faut recommencer la partie mais rien ne se recommence et tout se vit...

    Et tu es là,derrière mon épaule , et surtout au plus profond de moi, et tu me dis:

    "tout ce que je n'ai pas vécu, vis le à ma place, tout ce que je n'ai pas admiré, admire le pour moiI".. .Si je me laissais aller,ce serait comme si je te faisais mourir une seconde fois...Alors, je vis mon enfant, je vis !


    13 commentaires
  • Je retrouve ce texte de Christian Bobin...En ce jour de Toussaint,ça me parle bien
         -"Je ne cherche pas la perfection.cela me semblerait aussi intelligent que de chercher la mort.Je cherche la justesse:un équilibre toujours précaire entre ma vie toujours trop vieille et la vie naissante première venue.
    Mourir,renaître,
    mourir,renaître,,
    voilà tout ce que je sais faire,un jeu et un travail,
    un passe-temps."

    Ce que j'ai écrit ce matin s'est enregistré au 30 octobre,celui-ci sera-t-il à la bonne date?


    3 commentaires
  • Charles Juliet
    "Tout est énigme.La vie,la mort...Mais bien que nous ne puissions trouver aucune réponse,il importe que nous  parvenions à donner notre adhésion.Adhérer,c'est ne plus haÏr la mort,c'est comprendre qu'elle est essentielle à la vie,que c'est elle qui rend chaque seconde précieuse,confère toute sa saveur à l'existence."

    Satprem
    "Au fond,l'aspiration à la mort,c'est la quête obscure de  la vraie vie,c'est la vie qui n'a pas trouvé la Vie."

    Bigaro Diop
    "Ceux qui sont morts ne sont jamais partis.
    Ils sont dans l'ombre qui s'épaissit.
    Les morts ne sont pas sous la terre.
    Ils sont dans l'arbre qui frémit.
    ils sont dans le bois qui gémit.
    ils sont dans l'eau qui coule.
    ils sont dans l'eau qui dort.
    Ils sont dans la case,ils sont dans la foule.
    Les morts ne sont pas morts."

    En cette fête de la Toussaint,je me sens profondément unie à tous,visibles et invisibles.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique