•    Ces derniers mois de ton existence,ce ne fut pas toujours l'enfer,loin de là...Ainsi ce soir-là...
       Pendant le repas,je parle de ma rencontre avec Fanfan  . Fanfanqui a tenu une pizzeria,place de La Pierre à Valence,puis a abandonné,fait des petits métiers par-ci,par-là pour nourrir sa famille,Fanfan qui ne rentrera jamais dans le moule.
       Et toi,tu m'écoutes avec grande attention et tu me demandes si je suis pour la révolution. Et tu ajoutes,enthousiaste : "ce serait bien si tu devenais le chef des jeunes qui sont pour la révolution...ça servirait d'exemple,ça montrerait que ,même vieux,on peut avoir des idées...!
       Je suis très flattée que tu m'imagines capable d'une telle mission,moi si timorée...Je suis très heureuse que tu sois encore capable d'encore un peu d'enthousiasme,toi qui si souvent te traînes comme un mollusque...Je suis radieuse de sentir à quel point tu m'aimes et me fais fais confiance,même si,dans ta détresse,tu affectes parfois de me mépriser...Ce soir-là,je reprends confiance...C'est toi qui deviendra le chef,plus tard,quand tu te seras trouvé....Mais il n'y aura pas de plus tard...Vingt mois après,tu t'envoles dans l'au-delà...
        Quelques mois plus tard,quand je rencontre Fanfan,au hasard d'une rue,je lui raconte ton histoire...Il m'écoute avec la plus grande attention...Comme il est bon,celui qui sait écouter avec tout son coeur !
       Ce moment de confiance et d'estime que tu as eu à ce moment-là m'illumine encore...Mais si tu as pu me parler ainsi,c'est parce que ce soir -là,j'étais pleine de joie de vivre...Alors,toi aussi,tu pouvais croire en la vie...Nous étions comme deux vases communicants !


    7 commentaires
  • -Parfois une accalmie ! Tu retrouves ta bonne humeur..On te retrouve,on reprend espoir...mais tu redeviens violent et nous prend au dépourvu...Tu bois,tu as touché à la drogue,peu de temps,je pense mais c'est certainement ce qui t'a rendu malade...
    -On te trouve une place à la plateforme humanitaire de la ville voisine.Le directeur est très gentil,je suis pleine d'espoir mais tu fugues à nouveau jusqu'à Marseille ..."Excuse-moi,me dis-tu au téléphone,j'avais besoin de prendre l'air"...Ensuite,tu y vas dix jours et tu arrêtes..
    -Tu t'inscris à des cours par correspondance,tu veux passer le bac.Pendant quelques jours,c'est le grand enthousiasme...Puis de nouveau,tu ne t'intéresses à rien...Tu pars cinq jours...Tu reviens...Tu repars ou tu te caches et jubiles de notre angoisse...
    -On t'appelle pour le service militaire.Tu dois te rendre à Lure.Je te conduis à la gare...Tu fais semblant de partir...Et nous te retrouvons à la maison,trois jours après...
    -Tu te réfugies à la maison de campagne pensant que les gendarmes te cherchent...Un soir,tu casses tout,mets le feu dans un coin.Toutes les peintures sont à refaire...
    -Tu fais un séjour de deux mois en hôpital psychiatrique...Grossière erreur !
    -Tu en sors pour aller dans un centre d'accueil dans la Loire...
    -Tu t'y acclimates tout doucement et de nouveau,l'armée t'appelle. Et de nouveau tu fugues...
    -Les gendarmes te retrouvent cinq semaines plus tard dans une maison habitée seulement l'été...Enfin 
    ils retrouvent ton corps...Tu ne fugueras plus !Tu es libre ! A quel prix !
    S6001341.JPG


    9 commentaires
  • -Tu adorais dessiner:des personnages,surtout,en noir et blanc,toujours en mouvement,des guerriers surtout.
    -Tu voulais cacher cette trop grande sensibilié qui était la tienne et qui te permettait de saisir ce qui était à l'intérieur des autres.
    -L'année de CE2 fut pour toi catastrophique,tu étais en révolte contre ton père,ta moyenne a baissé de moitié,la directrice voulait que tu redoubles,la maîtresse n'était pas d'accord mais n'osait le dire...Finalement,tu passas dans la classe suivante.
    -Tu retrouvas des notes convenables et surtout de bons copains avec qui tu jouais bien.
    -J'évitais de te parler des devoirs et des leçons car cela ne servait à rien,ton dégoût de tout ce qui était scolaire était immense.
    -Ta scolarité cependanr s'est déroulé sans heurt jusqu'à la seconde.Là,tu arrivais presque à la moyenne,les professeurs ont jugé bon que tu redoubles et toi, tu n'as pas accepté.
    -Tu t'es retrouvé à redoubler dans la même classe avec plusieurs de tes bons copains.
    -Tu étais de plus en plus laconique,de plus en plus secret,avec des sautes d'humeur imprévues,mais je me sentais encore très proche de toi et sans trop d'inquiétude...Tout se passait assez bien avec tes frère et soeurs,il en serait de même pour toi.
    -Pensant que cela te serait bénéfique,je t'avais proposé de partir un an à l'étranger...Je  n'avais pas encore compris que partir au loin était beaucoup trop angoissant pour toi..
    -En février de cette année-là,un soir, tu n'es pas rentré du lycée...
    Seule,j'ai mené mon enquête..J'ai interrogé,j'ai cherché partout,au bout de  trois jours,j'ai obtenu une adresse possible...Je suis partie en voiture avec ton père et,miracle,vous étiez à déambuler,Malika et toi,d'un pas indécis,dans les rues de la ville...Nous vous avons ramenés...En fait,vous n'attendiez que çelà.....(Le jour de ton enterrement,je venais juste de rentrer à la maison quand le téléphone a sonné,c'était elle qui désirait avoir de tes nouvelles,elle ne savait rien,vous ne vous étiez pa s revus depuis...Et moi,je n'avais plus de voix pour  lui répondre...Pourquoi téléphonait-elle ,sans rien savoir,juste à ce moment -là?...Plusieurs de tes amis étaient là,ce jour-là,effondrés...Peu à peu tu avais commencé à les fuir et ils ne se doutaient de rien)
    -Après cette première fugue,tu n'as plus voulu retourner au lycée...J'avais cru bon,avec ton accord,de te changer de lycée à quelque trente kilomètres de chez nous...Je t'y conduisais le lundi et le jeudi matin (tu m'avais dit :dans une petite ville je serai plus tranquille) Cela a duré quelques semaines et tu n'as plus voulu y aller.Tu ne voulais rien,tu n'avais envie de rien,tu t'enlisais dans des marais invisibles.
    - Tu refusas d'aller voir un psychothérapeute "il te ferait accepter l'inacceptable"...Tu te sentais piégé...
    (à suivre)


    8 commentaires
  • -Pour les vacances,tu acceptes un travail de serveur dans une petite ville près de chez nous...Quelques jours après,tu trouves le patron injuste et tu t'en vas...
    -Un ami de ton père te propose un nouvel essai comme apprenti cuisinier.Je t'accompagne à un rendez-vous chez ton nouveau patron; il est rigide et net....'Avec lui,c'est clair" me dis-tu en sortant.Le cadre était posé et cela te convenait.C'était contraignant mais tu semblais trouver là une colonne vertébrale,un semblant de sourire. Il était exigeant mais juste et cela te rassurait.
    -Al a rentrée,ton père t'avait inscrit à l'école hôtelière...Pour avoir la paix,tu avais accepté...Peut-être voulais-tu montrer ta bonne volonté...Mais très vite,tu sèches les cours,tu fugues...
    -Tu trouves toi-même une place comme apprenti-métallier tout près de la maison mais tu dois passer une semaine par mois à un centre de formation des apprentis...Tu y vas la première fois mais tu supportes mal la vie de pension et la seconde fois tu fugues...
    -Tu décides de réintégrer ton lycée,tu vas toi-même te ré-inscrire...Et pendant quelques jours tu vas être heureux,coopératif...Tu m'encourages à faire un stage de jumbee..."Tout le monde peut en faire" me dis-tu.Je crois revivre..
    -Nouvelle rentrée scolaire...Le 16 septembre,tu te taillades les veines...tes bras sont pleins de sang séché,on appelle le SAMU.Tu vas à l'hôpital,tu rencontres un psychiatre débile...
    -Tu vas dans un centre d'accueil à Caluire.Tu en reviens enchanté mais il faut attendre pour qu'il y ait une place pour toi et là,tu n'es plus décidé...La vie est un enfer: injures,mensonges,fugues...Tu nous déroutes.Quelle est  l  'attitude juste? Que faire?
    -Parfois une accalmie!Tu retrouves ta bonne humeur......(àsuivre)


    5 commentaires
  • -Tu es né au mois de décembre comme un cadeau de Noêl.
    -Tu es le dernier d'une famille de quatre enfants.
    -Depuis que j'étais enfant,je savais que je devais te mettre au monde,que je devais avoir au moins quatre enfants,je ne sais toujours pas pourquoi,mais je me souviens du lieu et du moment où cette certitude s'est établie en moi.
    -Lorsque je t'attendais,au sixième mois de grossesse,j'ai eu des contractions,j'ai eu très peur..Si tu étais mort à ce moment-là,je crois que je serai morte avec toi ,tes frère et soeurs pourtant si petits et si charmants  n'auraient pu me retenir....peut-être est-ce cette expérience-là,cette angoisse que tu as partagé avec moi qui te faisait craindre si fort toute séparation?
    -Tu as toujours détesté l'école,dès la classe enfantine...Tu attendais le moment où je venais te chercher avec impatience.
    -Heureusement,apprendre pour toi était facile,tu as appris à lire sans que je m'en occupe.
    -Tu adorais l'histoire de France....Tant que tes maîtresses n'ont pas cherché à te l'apprendre: avec l'argent de tes étrennes,tu me demandais d'aller t'acheter des livres...Ta maîtresse de CE1 t'appelait en riant "monsieur Louis XIV" car tu parlais de lui comme si c'était une vieillle connaissance.
    -Tout petit,tu t'endormais avec un pistolet en plastique...Ce n'est que vers trois ans que tu as commencé à aimer les peluches.
    -Tu avais très peur de l'eau:je t'emmenais à la piscine,je te prenais dans mes bras,tu t'accrochais à mon cou et tu me serrais très fort. Ce fut une grande victoire quand tu appris à nager.
    -Tu n'avais pas envie de grandir comme si tu savais déjà que tes dernières années seraient trop dures à vivre...
    -Tu étais d'une jalousie extrême:quand un autre enfant,plus jeune que toi venait à la maison,tu avais une peur violente qu'il prenne ta place et je ne savais pas te rassurer.
    -Tu étais très affectueux,très attaché à moi,trop,et je voulais te voir grandir,vite, et ne pas te garder pour moi...Et pourtant que c'était bon cet amour débordant que tu exprimais.
    -Tu as appris à quatre ans à faire du vélo sans petites roues                     (àsuivre)


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique