• Ce jour-là, pour une fois, je me réveille avec le désir de savourer tous les bons moments qui s'offriront dans la journée...

    Tout va très bien le matin..Je dois aller à l'hôpital pour me faire enlever des points...

    La semaine précédente , on m'a ôté un carcinome au menton..Le chirurgien me donne un antibiotique car il y a un peu d'infection mais il a l'air assez satisfait , je m'en vais donc sans inquiétude..

    .L'après midi, je m'aperçois que la plaie est entièrement ouverte...Il me faut donc retourner à l'hôpital..

    .Ma voisine propose de m'y conduire...Le chirurgien est déjà parti, je dois attendre aux urgences...et j'attends près de  quatre heures...Le médecin urgentiste me fait une mèche et me donne un rendez-vous pour le lendemain avec mon chirurgien dans un autre hôpital...Il me refait des mèches

    Heureusement l'attente, cette fois-ci, a été beaucoup plus courte...L'hôpital est toujours un lieu où je me sens mal .

    La cicatrisation sera beaucoup plus longue...mais se fera...Je peux être rassurée, me dit le chirurgien

    J'essaie de l'être...

    A chaque jour suffit sa peine et sa joie...La joie de vivre peut toujours renaître


    15 commentaires
  • Un écrit  sur une feuille volante

    Un écrit retrouvé alors que je fais du tri

    et veux me débarrasser de tout ce qui encombre...

    Je lis et me souviens de ces moments anciens...

     

     

    De ma bouche

    des mots sortent

    incongrus

    des mots que je ne connais pas comme miens

    Qui parle à travers moi

    Qui cherche à m'absorber

    à me détruire

     

     

    Qui appelle la mort alors que je veux la vie

    Alors que je veux encore et encore

    m'émerveiller devant la vie qui triomphe

    devant ce printemps tant attendu

    qui chaque jour nous offre ses surprises

    m'émerveiller devant  ces êtres qui se croyaient perdus

    et qui découvrent soudain

    au plus profond de leur être

    une source d'eau vive

    un chemin de bien-être

     

    Et pourtant écouter

    Cette voix qui se lamente

    L'écouter si fort, si doux

    Et si elle se sent entendue

    elle pourra cesser sa plainte

     

     


    16 commentaires
  •  A Clermont-Ferrand aussi, le ciel est ocre.

     

    Ce samedi matin 6 février, le ciel s'est teinté d'orange, de jaune ou encore de rose.

    Impression bizarre!

    Que se passe-t-il

     

     

    C'est un ciel d'un autre monde,

    un ciel de fin du monde peut-être...

     

     Non, il n'en est rien.

    C'est un vent qui charrie du sable venu du Sahara

    Du Berry aux contreforts de la Savoie en passant par la Provence, on a  un peu le  sentiment de vivre

    chez Amélie Poulain

     

    Nous restons toute la journée dans cette couleur irréelle...

    C'est un grand plaisir de retrouver le soleil le lendemain.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    12 commentaires
  • Elle me dit :

    Je ne vois que très peu mes enfants et mes petits enfants, ils ont peur de nous contaminer...

    Cela me manque, bien sûr, mais pas tant que ça....

    C'est comme si j'étais endormie, engluée dans une pâte molle qui m'empêche de ressentir...

    Je pourrai téléphoner...mais parfois, j'en perds même le désir....

     

    Je l'écoute sans trop comprendre, simplement étonnée...

    Que se passe-t-il?

    Moi, ce sont les rencontres, les appels téléphoniques qui me font vivre....Il me semble que,

    sans eux, je cesserai d'exister...Jamais, je n'ai ressenti aussi intensément,

    le besoin de me relier aux autres...

     

    Il me semble que c'est un danger qui nous guette en ces temps où la liberté de nous déplacer ,

    comme nous le désirons, nous est restreinte.

    Le danger d'un confinement psychique, comme l'a bien exprimé , sur France Inter, le psychiatre

    Patrice Huerre...Pour ne pas souffrir nous perdons le  désir de  rencontrer les autres,

    nous nous insensibilisons...

    Mais si cela se prolonge, nous risquons de devenir inertes...Vivants mais inertes.

    En refusant de sentir la douleur,nous nous empêchons de ressentir aussi la joie.

    Nous ne savons plus nous réjouir, nous émerveiller...

     

    Il me semble que le plus important n'est pas de vivre le plus longtemps possible

    mais de vivre  vibrants...debout... jusqu'au bout.

     


    20 commentaires
  • "Aimer cet instant fugitif

    comme le seul royaume accessible

    Aimer chaque instant

    comme la toute première

    respiration de notre vie

    et notre dernière tentative." 

                                    Babeth Fargier

     

    Je re-découvre ce petit poème et je me dis qu'il convient bien pour cette nouvelle journée.

    Un peu de soleil vient d'apparaître et illumine soudain le ciel gris

    Et  le paysage est changé...C'est tout à la fois le même et un autre

    et je m'en émerveille...Et je vais prendre mes chaussures et marcher.

    Et ainsi faire le plein d'énergie.

    Je souhaite qu'il en soit de même pour vous.


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique