•    Je sors du magasin, je rentre mon panier de provisions dans ma voiture , je lève la tête

    et je vois deux personnes qui viennent vers moi...

    Surprise ! Je ne les ai pas vus depuis  plusieurs mois...

    Seul le téléphone nous reliait de temps en temps...

    Lui, depuis plus d'un an, souffre de tremblements continus,  il se sent très mal, incapable de rien faire

     Il ne supporte pas que sa femme téléphone trop longtemps,le bruit le gêne

    Il ne veut pas qu'elle invite quelqu'un à la maison,il se sent trop délabré.

    Seule , la marche à pied le détend un peu .

    Les rencontres imprévues , comme celles que nous venons d'avoir, lui  conviennent car elles sont courtes.

    Il ne tremblait pas quand  il m'a dit bonjour  mais, très vite, je le vois s'agiter, d'abord tout doucement,

    puis de plus en plus fort..Il me dit  qu'il a beaucoup de peine à se concentrer...

    Lui qui jouait du violon et du piano, qui faisait des conférences...il ne peut plus...

    Parfois, quand même, il arrive à jouer du violon  un moment...

    et alors il ne tremble plus mais dès qu'il s'arrête, cela recommence...

    Bien sûr, sa femme l'a conduit chez de nombreux docteurs de toutes sortes,naturopathes, acupuncteurs...

    Et il a eu des scanners, des radios...

    Mais aucun traitement ne semble efficace....

    Nous nous quittons, je vois son regard désolé, plein d'angoisse...

    Quelle épreuve !  Pour lui comme pour elle...


    12 commentaires
  • Ils vont à une réunion.

    Ils font une halte pour prendre avec eux un ami et une autre personne qui se rendent au même lieu.

    Leur ami est très énervé  et, bien que peu bavard d'ordinaire, il n'arrête pas de parler et de vitupérer contre tous ceux qui manifestent tous les samedis parce qu'ils n'acceptent pas le pass sanitaire.

    Inutile, eux, de leur dire s'ils sont, d'accord ou non, avec lui...Il est incapable  d'entendre ceux qui ne pensent pas comme lui.

    Alors,au bout d'un moment,  le chauffeur lui demande de parler d'autre chose...

    Mais il n'entend pas et continue de plus belle...Le trajet est un peu long et le chauffeur s'inquiète, il ne sait pas ce que pense l'autre personne qu'ils ont pris en route et il craint qu'elle soit mal à l'aise...

    Il patiente encore un peu.Puis lui aussi s'énerve et il lui dit que s'il ne veut pas

    changer de sujet et se calmer, il va être obligé de s'arrêter et et de le laisser au bord de la route....Brusque silence...Il ne dit plus un mot...

    La conversation reprend...Ils abordent d'autres sujets , se donnent des nouvelles de leurs enfants...Aimablement, l'autre dame  lui pose une question...

    Il répond séchement: "on m'a interdit de parler"

    Et quand ils sont sur le chemin du retour et qu'ils le déposent près de chez lui,il sort de la voiture sans leur dire au revoir, sans le moindre mot....

    Les amis sont bien ennuyés. Faut-il couper les ponts? Ou bien attendre un

    peu et tenter de renouer la relation ?

     


    15 commentaires
  • Hier je suis allée rendre visite à un ami qui se trouve en EPHAD

    Quand nous serons confinés, nous ne pourrons pas nous éloigner de notre domicile, pas plus de dix  kilomètres...Et son jour de visite est le vendredi. Il faut donc que j'y aille aujourd'hui.

    Il a eu une phlébite,  maintenant il est très fatigué, il reste allongé sur son lit une grande partie de la journée.

    On m'a d'abord dit qu'il était trop fatigué pour une visite.

    J'ai un peu insisté...Toute la journée, seul dans sa chambre,épuisé, cela doit être terrible...

    J'ai pu le voir, il a été très content  de me revoir...et moi aussi;

    Il a 98 ans...Nous reverrons-nous? Je crains que ses jours ne soient comptés...

    Il me dit qu'il ne regrette rien de tout ce qu'il a fait, de tout ce qu'il a vécu...

    Il est paisible, il accueille ce qui vient...

    Nous nous regardons intensément avant de nous quitter;

    Je  souhaite qu'il se sente accompagné jusqu'au bout...

    Et comme  dans la chanson de Hervé Christiani"Il est libre, Max"

     

    "Comme il a pas d'argent pour faire le grand voyageur

    Il va parler aux habitants de son coeur

    Qu'est-ce qu'ils se racontent, c'est ça qu'il faudrait savoir

    Pour avoir comme lui tant d'amour dans le regard"

     

    Je veux, comme lui, parler aux habitants de mon coeur


    18 commentaires
  • Ils ont quitté le village il y a deux ou trois mois.

    Ils se sont installés dans un autre village de l'autre côté du Rhône.

    Par hasard , je la rencontre.

    Nous nous embrassons.

    Je lui demande s'ils  se sont bien habitués à leur nouvelle demeure, à leur nouvel entourage.

    Elle me répond avec un sourire ravi. Tout va pour le mieux.

    Leur petite s'est bien adaptée à sa nouvelle école.

    - "Elle est beaucoup plus grande et elle y a trouvé plein de petites copines, me dit-elle, et puis, ajoute-t-elle, là-bas,

    ce n'est pas une école normale, une école à deux classes !  Là où nous sommes, c'est beaucoup mieux, il y a cent élèves"

    j'espère qu'elle ne tiendra pas ce genre de discours à ses anciennes voisines si par hasard elle les rencontre, elles ne seraient peut-être pas très heureuses si elles entendaient dire que l'école où vont leurs enfants n'est pas normale.

    Nous avons tous par moments des paroles malheureuses....Elles ne reflètent pas toujours notre véritable pensée...

    Et puis il faut savoir rire de nos maladresses et de celles des autres.

    Et je suis quand même contente de cette rencontre et de savoir qu'ils se sont adaptés sans difficulté à leur nouvelle vie.


    12 commentaires
  • L’amitié.

     

    Il s'appelait DÉSIRÉ , c'était un pauvre fermier écossais.

    Un jour, alors qu'il tentait de gagner la vie de sa famille,

     il entendit un appel au secours provenant d'un marécage proche.

    Il laissa tomber ses outils,

    y courut et y trouva un jeune garçon enfoncé jusqu'à la taille

    dans le marécage, apeuré, criant et cherchant à se libérer.

    Le fermier sauva le jeune homme de ce qui aurait pu être une mort lente et cruelle.

    Le lendemain, un attelage élégant se présenta à la ferme.

    Un noble, élégamment vêtu, en sortit et se présenta

    comme étant le père du garçon que le fermier avait aidé.

      Je veux vous récompenser, dit le noble.

    Vous avez sauvé la vie de mon fils!

     Je ne peux accepter de paiement pour ce que j'ai fait répondit le fermier écossais.

    Au même moment, le fils du fermier vint à la porte de la cabane.

    C'est votre fils? demanda le noble.

     Oui, répondit fièrement le fermier.

     Alors, je vous propose un marché.

    Permettez-moi d'offrir à votre fils la même éducation qu'à mon fils.

    Si le fils ressemble au père, je suis sûr

    qu'il sera un homme duquel tous deux seront fiers.

    Et le fermier accepta.

    Le fils du fermier Fleming suivit les cours des meilleures écoles

    et à la grande finale,

     il fut diplômé de l'Ecole de Médecine de l'Hôpital Sainte-Marie de Londres.

    Porteur d'une grande aspiration, il continua jusqu'à être connu du monde entier.

     Le fameux Dr Alexander Fleming avait en effet découvert la pénicilline.

    Des années plus tard, le fils du même noble

     qui avait été sauvé du marécage était atteint d'une pneumonie.

    Qui lui sauva la vie, cette fois ?... La pénicilline.

    Comment s'appelait le noble ?

    Sir Randolph Churchill et son fils, Sir Winston Churchill.

    Quelqu'un a dit un jour :

    " Tout ce qui s'en va, revient... "

     Travaille comme si tu n'avais pas besoin d'argent.

    Aime comme si tu n'avais jamais été blessé.

    Danse comme si personne ne te regardait.

    Chante comme si personne ne t'écoutait.

    Vis comme si le Ciel était sur la Terre.

     

    C'est la Semaine Internationale de l'Amitié.

    Envoie ce message à tous ceux que tu considères tes amis

    Envoie-le et tu amélioreras la journée de quelqu'un.

    Il ne se passera rien si tu ne le fais pas.

    Mais si tu le fais, quelqu'un sourira grâce à toi.

    Si les bisous étaient de l'eau , je te donnerais la mer.

    Si les câlins étaient des feuilles, je te donnerais un arbre.

    Si la vie était une planète, je te donnerais une galaxie.

    Si l'amitié était la vie , je te donnerais la mienne.

     

     


    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique