• Il est huit heures du matin et déjà sonne le téléphone.

    Un monsieur que je ne connais pas désire me rencontrer.

    Il a 89 ans et je fais partie d'une association dont il fut l'un des membres fondateurs

    et bien qu'il ne puisse plus guère y participer à cause de ses difficultés  de  déplacement, la vie de cette association lui tient profondément à coeur.

    Et voilà plusieurs mois qu'il s'interroge pour savoir quelle décision, quelle contribution peut être la sienne pour la revivifier. Et l'autre matin,après de longues hésitations peut-être, il m'a téléphoné.

     

    Et me voilà devant lui. Tout d'abord, je le sens si  enfermé dans ses principes que je crois tout dialogue impossible. Je vais, me dis-je, être polie,je vais le rassurer, lui dire qu'il y a toujours des conférences intéressantes...et puis partir, oublier ce temps vide....Alors je l'écoute me dire ses inquiétudes, j'essaie de voir la situation avec ses yeux...Et trois quarts d'heure après, au moment de nous quitter,je ne sais quand s'est produite la métamorphose et quel déclic l'a provoquée...Mais le monsieur borné que j'avais devant moi et qui s'encolérait parce qu'un conférencier avait dit quelque chose qui ne lui convenait pas...Eh bien, ce monsieur m'interroge avec bienveillance pour savoir qui je suis et ce que je pense et je me surprends en train de lui diredire que j'accorde à chacun le droit de chercher son chemin...et il accepte mes dires sans être perturbé ...

    De la défiance  et du  mécontentement, il est passé au plaisir de la rencontre et de la découverte et il me répète plusieurs fois que je peux revenir le voir maintenant que je sais où il habite.

    Quand et comment s'est produite la transformation?  Je n'ai pas su m'en apercevoir, je n'ai pu que la constater une fois accomplie, et  cela me tracasse un peu,j'ai manqué d'attention. Ou peut-être dois-je en déduire que la transformation se produit toujours à notre insu ? Ou peut-être est-ce notre regard qui la provoque?

      Quand je suis entrée dans ce foyer de personnes âgées, malgré l'extrême propreté des lieux, la première sensation fut de répulsion. Ces vieilles personnes désoeuvrées qui attendaient, le regard vide, un je ne sais quoi qui ne viendrait pas, ces bribes de conversation qui sentaient l'aigre et le ressassé...Quelle tristesse ! Quelle tristesse !

    Mais quand je suis repartie, le vieil homme m'avait découvert une ouverture plus grande que celle que j'imaginais et me présentant sa femme dans une chaise roulante, il me dit avec tant de conviction :"Ma chère épouse" et elle, elle l'avait regardé d'un air si amoureux  "Mon cher époux" lui avait-elle dit et ensuite seulement elle m'avait regardé et m'avait souri.

    Le gris des couloirs était devenu bleu tendre, et comme les pouces de Tistou, le sourire des deux vieuxavait fait jaillir des fleurs et je suis repartie en respirant leur parfum.


    9 commentaires
  •  

     

     

    A toi je peux tout dire
    Et il a rapproché sa chaise
    Je vais te faire une confidence :
    Parfois je suis faussement gentil
    je soigne mon apparence
    c'est de l'esbrouffe
    c'est pour en mettre plein la vue
    et continuer mes manigances
    par dessous.


    Je me suis fabriqué
    une gentillesse bonhomme
    et sympathique.


    J'ai un ami
    très riche et très bourgeois
    Lui, il s'est fabriqué une simplicité
    il fait semblant
    de se prendre pour n'importe qui
    de saluer le plus humble
    ou le plus fat
    comme s'il était son égal.
    Moi je fais semblant d'être gentil
    et tout le monde s'y trompe
    même moi parfois.

    Seulement dans le brouillard
    où je navigue
    en recherche d'absolu
    en recherche de nudité
    d'authenticité
    seulement je le sais bien
    ceux qui me tiennent à coeur
    ceux qui m'habitent
    avec eux parfois je crie
    avec eux j'ai des conflits
    je ne peux plus être gentil
    ils ne me sont pas indifférents,eux.
    Le lien qui nous lie
    est vivant et se métamorphose
    sans cesse
    et chaque jour risque de se rompre
    et chaque jour se fait plus fort.

    Je l'écoute et je me dis:

    Voilà un homme étonnamment lucide


    13 commentaires
  • Hier , des voisins me proposent de venir avec eux écouter une conférence de Marie de Hennezel.

    J'ai lu plusieurs de ses livres, il y a quelques années. Malgré la fatigue, je me laisse tenter.

    J'ai bien envie de la voir et de l'entendre, cette personne dont je ne connais que les écrits.

    Comme je n'ai pas d'attente particulière, je  ne peux pas être déçue.

    Il y a beaucoup de monde, nous nous trouvons une place tant bien que mal.

    Elle parle lentement et chacun de ses mots est habité.

    Elle ne cherche pas à convaincre, encore moins à briller.

    Simplement, elle communique son expérience.

    Elle qui s'est beaucoup occupée de personnes âgées ou agonisantes, nous dit et c'est surtout cela que je retiens

    Etre vieux, c'est être quelqu'un vers qui on vient comme vers une source.

    Disponibilité, lenteur, bienveillance, confiance sont des contre-valeurs qu'apportent les personnes âgées.

    La vieillesse est un voyage vers l'intériorité, elle nous permet de développer la capacité d'émerveillement,la  contemplation, la présence.

    Alors, je pars en me disant : soyons heureux de vieillir....Et vous?


    17 commentaires
  • Depuis une quinzaine de jours, nous avons un locataire.

    Certes, il est discret et ne tient guère de place

    mais quand même il ne nous a rien demandé

    et nos efforts, pour le mettre dehors,

    jusqu'alors , ont été vains...

    Ce n'est pas qu'il nous dérange

    mais on le croyait prisonnier

    à l'intérieur et on pensait l'aider

    en l'aidant à quitter les lieux...

    Mais non, mais non, il n'y tient pas...

    Il loge dans la cuisine

    et ne sort de sa cachette que lorsqu'il n'entend aucun bruit

    et il la réintègre au moindre charivari.

    vous vous demandez "qui est-ce ?"

     

     C'est un petit lézard

    On l'a cru prisonnier, on a voulu l'attraper pour le libérer

    mais il nous a échappé...

    De quoi se nourrit-il ?

    On ne sait pas...

    Dès qu'il nous entend...hop !

    il disparaît dessous le frigidaire...

    On ne peut pas trouver un locataire plus discret.


    14 commentaires
  • Il y a des mois et des mois que je voulais aller la voir.

    C'est une ancienne collègue.

    Je sais qu'elle sera ravie de me voir mais qu'elle ne se déplacera pas elle-même pour venir jusqu'à moi.

    Donc, ce jour-là, je me décide.

    Tout d'abord, nous nous donnons des nouvelles des uns et des autres, des nouvelles de nos enfants, de nos autres anciennes collègues. Mais très vite, elle en vient à me parler de ce qui la préoccupe le plus.

    Ma soeur, me dit-elle, je ne sais pas quoi faire avec elle...Depuis qu'elle a perdu son mari, de la maladie d'Azheimer, elle sombre dans une profonde dépression....Elle est persuadée qu'elle a mal soigné son mari, qu'elle ne l'a pas fait entrer dans la maison de santé qui lui aurait convenu et que ses derniers mois sur cette terre ont été atroces et que c'est elle qui en est la cause parce qu'elle n'a pas su prendre les bonnes décisions. Et comme ce n'est pas vraiment elle qui a pris la décision , c'est son autre soeur  qui habite près de chez elle  et qui, voyant qu'elle n'arrivait pas à choisir un établissement ou un autre, c'est elle qui a dicté son choix...de sorte que, non seulement elle s'en veut à elle-même mais elle en veut aussi à sa soeur qui fait tout ce qu'elle peut pour l'aider mais n'y parvient point...Et ses enfants sont tout aussi impuissants à la sortir de ce cercle infernal.

    Elle est elle-même partie, ces jours-ci, dans une clinique spécialisée...Ses proches vont respirer un peu peut-être, reprendre des forces pour son retour... Je l'espère mais je sens ma collègue bien préoccupée et même angoissée....

    Reviens en début d'après-midi, on aura ainsi plus de temps pour bavarder, me dit-elle au moment où je m'en vais.  Je ne peux que l'écouter mais c'est moins que rien. Je reviendrai.

     


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique