• Il y a  quelque temps, je reçois un mail invitant à  un don de livres en faveur d'une association humanitaire locale "Les amis  dogon"

    L'an dernier, la foire aux livres a permis de vendre 4000 livres, aussi ont-ils besoin de refaire leur stock pour la prochaine vente en octobre...

    Je contacte ma voisine, je cherche moi-même dans ma bibliothèque..et me voilà avec deux gros paquets de livres...

    Et nous nous rendons  à l'une des adresses indiquées...

    Et c'est un monsieur qui interrompt ses travaux de jardinage pour nous recevoir...

    Il nous explique que cette association existe depuis 2008 et que les premières années, ils se rendaient chaque année dans les villages du Mali auxquels ils proposent leur aide et que maintenant ce n'est plus possible , c'est beaucoup trop dangereux...Il n'y a plus un touriste dans cette région...Et c'est une misère terrible pour ces pauvres gens qui sont encore un peu plus appauvris  à cause de la guerre et ils risquent leur vie chaque jour...

    Il nous explique ce que l'association tente de faire pour  réaliser des objectifs bien précis :

    création d'une école,  forage d'un puits, création d'un dispensaire...

    Outre la vente de livres chaque année, ils font des interventions dans les écoles ( quand on le leur demande) pour expliquer leur travail et   surtout pour expliquer la manière de vivre des gens de là-bas...Et il nous disait combien il avait été  étonné et ravi de  répondre  à toutes questions que les enfants posaient...

    Ils ont été tellement réceptifs qu'ils  ont eux-mêmes proposé de faire et de vendre des gâteaux à la sortie de l'école pour pour pouvoir apporter  leur contribution. Et cela a tellement bien marché qu'au bout de quelques semaines, ils ont pu donner  mille euros...

    Cet homme respirait la joie de vivre et de s'entr'aider..Non, La France  n'est pas  perdue, il y a encore des gens qui  ont le sens de la justice  et beaucoup de générosité...

    Je ne suis pas disponible pour leur prochaine rencontre mais j'ai bien envie de les connaître un peu mieux, les gens de cette association...Cela redonne du courage.

     

     


    8 commentaires
  • Ce matin, je sors de chez moi pour mettre une lettre  dans la boîte postale qui se trouve tout près...Et voilà qu'une dame  qui arrive  en voiture s'arrête et me hèle comme si elle me connaissait...

    Moi, je ne la reconnais pas mais je ne suis pas très physionomiste et il me faut parfois un peu de temps pour reconnaître les personnes que je ne vois pas très souvent...

    - Alors, vous habitez toujours ici, me dit -elle..Vous vous souvenez , j'étais passée il y a 5 ou 6 ans....Vous n'avez pas changé..Et Fanny va toujours bien ?   (Il n'y a pas de Fanny à la maison mais qu'importe).Je vais vous donner ma carte...Votre mari est à la maison ? quelle est sa pointure? J'ai des chaussettes inusables et qui ne serrent pas la cheville...Venez voir...Et elle sort de sa voiture, ouvre la porte de son coffre...et elle me montre des slips et des petites culottes, me vante leur qualité...

    Elle prend un air stupéfait quand je lui dis que je n'en ai pas besoin....

    Mais quand même pour un euro?

    - Un euro, lui dis-je, et je m'apprête à garder la paire de chaussettes qu'elle m'a collée dans les mains

    - Alors, me dit-elle, vous me prenez quelques culottes

    Et comme je lui redis que j'en ai assez, que je n'en ai pas besoin, elle me prend sa carte et et la paire de chaussettes et s'en va en maugréant : - Tant pis pour vous si vous ne savez pas profiter des cadeaux que l'on veut vous faire...

    Comme le dit la chanson, l'aventure est au coin du chemin.

     


    14 commentaires
  • Je sors de chez moi pour aller voir une voisine.

    Je rencontre deux jeunes enfants qui déambulent et me disent bonjour.

    Je leur réponds et nous commençons un brin de causette...

    - C'est que nous sommes chez notre mamie et nous lui avons dit que nous voulions nous promener dans le village, me disent-ils tout fiers de cette liberté qu'on leur accorde...

    Ils ont l'air bien éveillés et raisonnables et je leur souhaite une bonne promenade...

    Un moment après, je rentre chez moi et je les retrouve presque au même endroit. Le coeur du village est petit et on a vite fait d'en faire le tour...On se salue ànouveau et je vois qu'ils ont quelque chose à  me dire

    - Vas-y, dit la grande à son frère qui doit avoir 5 ans ...Et le petit s'approche et me dit :

    -Est-ce que vous voulez faire de la course à pied ou une promenade avec nous ? me demande-t-il.

    J'aimerais leur faire plaisir,ils sont bien sympathiques tous les deux et j'aimerais vraiment les connaître tant le contact est facile avec eux...mais on m'attend à la maison...

    - Une autrefois, leur dis-je

    Mais je suis très flattée quand même qu'ils m'aient cru capable de faire de la cours à pied avec eux, ce qui , hélas, n'est plus dans mes possibilités....


    10 commentaires
  •  Je reçois ce mail de la revue "Source" et j'ai hâte de recevoir ce numéro, ne serait-ce que pour écouter Christiane Singer..

    J'ai eu le bonheur de la rencontrer à plusieurs reprises et ce fut pour moi des moments précieux...

     

     

    "Une chanson de Claudio Capéo nous a inspiré le thème de ce numéro :
    « Si je m’endors, me réveillerez-vous ? »
    Pour Christian Bobin, cette question « est géniale parce qu’enfantine et vitale », écrit-il à notre journaliste, Nathalie Calmé. « Il n’y a peut-être que cette seule question à se poser au long de nos jours…»

    Dans ce numéro, des réponses d'horizons diverses à explorer à travers de nombreux regards et paroles ainsi qu'à travers un DVD - film qui accompagne ce numéro : une conférence de Christiane Singer lors d'une de nos premiers Forums en 1994. Elle y développe justement ce thème : "réveiller le souvenir de notre identité véritable". Le bonheur est grand de l'entendre et de la voir dix ans après que sa voix se soit tue, du moins sur un certain plan."

    7 commentaires
  •  

     

    Bien assis sur sa chaise rempaillée,

    pleinement en accord

    avec cette maison qui lui était destinée

    avant sa naissance,

    en accord avec ces champs qui sont les siens,

    avec cette terre accueillante qui l'a vu naître

    et qui le verra mourir.

    Toute la vie pour lui se résume

    à ces quelques lopins de terre,

    à cette maison ancestrale

    et aux siens qui l'habitent

    ou y retournent régulièrement.

     

    Il ne connaît que cela mais il le connaît bien :

    cette terre lui a donné ses racines

    et ailleurs ne le concerne pas

    ou plus exactement ailleurs est inclus

    dans ce qu'il connaît déjà.

    Il est d'ici et de maintenant.

    Et même ce temps passé

    dont il égrène les souvenirs

    avec un si évident plaisir

    ce n'est que du passé.

    C'est l'instant d'aujourd'hui

    qui est à vivre.

     

    Il n'a pas l'habitude de recevoir des inconnus

    et pourtant il est avec nous entièrement disponible.

    Pas de regret, pas de révolte,

    à peine un peu de nostalgie...

    La vie d'aujourd'hui est bonne,

    je ne suis pas si vieux que ça, semble-t-il dire...

    L'avenir est devant lui;

     

    Je regarde ce paysan et je pense à mon père.

     

     

     

    Cet après-midi, à la radio, j'entends quelqu'un qui parle de Jean Giono qui a si bien parlé de sa terre

    et qui disait : "pourquoi partir, il y a tant de beauté à découvrir dans le talus qui est devant la maison,

    pourquoi partir? Tout est là "

    Et j'ai repensé à ce texte écrit , il y a déjà quelques années, au retour d'un petit voyage dans l'Aveyron...


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique