• Au château La Coste, un concentré d’art entre les vignes

    Près d’Aix-en-Provence, c'est un domaine viticole (vin bio) et un centre d'art

      .

    Vue du domaine de La Coste, avec, à gauche, « Crouching Spider » de Louise Bourgeois et, à droite, de « The Easton Foundation » de Sean Scully.Vue du domaine de La Coste, avec, à gauche, « Crouching Spider » de Louise Bourgeois et, à droite, de « The Easton Foundation » de Sean Scully. THE EASTON FOUNDATION NEW YORK, ADAGP PARIS. PHOTOGRAPHE DRONIMAGES 2017

    Au Château La Coste, à 15 km d’Aix-en-Provence, l’offre culturelle est si riche que l’on peut venir uniquement pour elle. Cela ne veut pas dire que le vin est quelconque. Du reste, après  une promenade dans le domaine,, le visiteur fait un petit tour à la boutique, où les ventes vont bon train. Des rouges, des blancs, surtout des rosés. Logique, on est en Provence.

     On peut même y dormir, dans des villas sublimes . Ou ­ découvrir le restaurant gastronomique Louison, dont la cuisine est signée par Gérald Passedat.

     Au milieu de la propriété trône un bâtiment épuré, long, sur un seul ­niveau, fait de béton lisse, de verre et de métal, dessiné par l’architecte japonais Tadao Ando, qu’il a cerné d’un plan d’eau sur lequel semblent danser une araignée de 3 mètres d’amplitude sculptée par Louise Bourgeois et un mobile noir, jaune et rouge de Calder.

    La Coste est une propriété de 220 hectares, d’un seul tenant. Aucune maison vilaine ne ­gâche la vue. Au loin, un village en ruine. Une ancienne route de brigands sur le côté. La vigne ne domine pas. 123 hectares plantés, à peine la moitié du domaine, ce qui est atypique et confirme le concept : « Il n’y a pas que le vin à La Coste. » Il y a d’abord cette colline arborée, plantée de chênes truffiers, qui se développe en pente douce sur la gauche en entrant, où se concentre le parcours artistique.

    Je ne suis pas très attirée par l'art moderne mais j'ai quand même eu du plaisir, la semaine dernière , de  découvrir ce lieu.


    10 commentaires
  • J'étais contente de partir

    et contente aussi de revenir....

    Peut-être que mon désir de voyage, c'est avant tout pour goûter le plaisir du retour, le bonheur de rentrer chez soi.

    Il en est qui se sentent chez eux partout dans le monde, quel que soit leur lieu de chute;

    Ce n'est pas mon cas.

    J'ai besoin de trouver le lieu qui me permette de me connecter à ma source,

    un lieu d'apaisement,

    un lieu oùje ne me sente ni étrangère, ni enfermée, ni perdue,

    un lieu où je me sente reliée;

    Et quelquefois, il est bon de s'éloigner du connu pour le redécouvrir et voir ce qu'il recèle de surprenant et de neuf  et pouvoir aussi avancer.


    14 commentaires
  •   Je suis revenue chez moi hier soir.
    Quand j’ai ouvert mon ordinateur, ce matin, une quantité de mails m’attendait…J’en ai ouvert quelques-uns…Puis je suis passée sur mon blog, heureuse de constater que les visites avaient été nombreuses…Une visite , ça fait toujours plaisir…alors, j’ai eu envie de rendre visite à mon tour…
    Et voilà que, arrivant chez Quichottine, je découvre mon nom, ce vélo vert si curieux qui me rappelait bien quelque chose..Le matin, au lever, on n’est pas toujours bien réveillé….Et je lis l' histoire  de Quichottine. 

    Quelle bonne surprise !

    Que c'est bon de partir à la découverte mais que c'est bon aussi de revenir chez soi et de garder le coeur et l'esprit prêts à accueillir de nouvelles découvertes...

    Se lever chaque matin prêt à renaître,

    avec un regard de Nouveau-Né.

    Même ce que l'on croyait connaître a sa part de nouveauté à nous offrir si nous savons l'accueillir.


    8 commentaires
  • C'est notre dernier jour dans le Cantal .

    Le ciel est gris

    des petites averses par ci, par là.

    Nous partons en voiture, en direction du barrage de Sarrans

    C'est un vieux monsieur breton qui loge en ce moment à l'hôtel qui nous en a parlés.

    Il vient en vacances dans cet h^tel depuis plus de 30 ans et il en a connu toutes les transformations;

    nous passons par le village de Brommat et nous décidons de nous y arrêter...

     

     

     

    N

     

    nous découvrons "un sentier de l'imaginaire" qui longe  le Sinic, drôle de nom pour une rivière

    laquelle se jette dans la Truyère qui se jette dans le Lot.

    C'est un poisson qui nous indique le chemin;

     

     

     

     

    Tout au long du chemin, des sculptures

    entre autres l'âne Cannelle et l'âne Réglisse

     

     des photos sur la construction du barrage

     

     

     

    Nous arrivons au moulin de Buré ,

    Brommat  ( Le Cantal-5)

    il y a  tout un groupe qui arrive et qui doit donner un concert.

    Le patron du lieu s'excuse de ne pouvoir nous recevoir.

    "Revenez cet après-midi", suggère-t-il

     

    Nous continuons à suivre les petits poissons .

    C'est un peu dur pour moi car la montée  est raide

    mais en prenant le temps, cela se fait...

    Puis nous arrivons sur une route.

    Sous un abri, (un ancien lavoir) il y a une boîte à livres

     

    Pui nous reprenons un petit chemin et là, ce sont les croix de la région qui sont mises à l'honneur

    sur de grandes photos. Enfin, nous arrivons au village, les 6 kilomètres nous ont pris 2 heures,

    il est vrai que, pour moi, la montée a été laborieuse

     


    12 commentaires
  • J'ai perdu mes vieux souliers

    J'ai perdu mes vieux souliers

    J'ai beau chercher

    dans le tas de souliers

    qui est à l'entrée

    ils se sont évadés

    mes vieux souliers

    Et j'en suis bien marri

    Personne ne me les a pris

    ils sont bien trop vieux, bien trop usés

    La semelle est trouée

    le cuir racorni, décoloré

    Il y a si longtemps que je les porte

    qu'ils font partie de moi...

    Jamais ils ne m'ont blessée

    Ils  étaient faits pour mes pieds

    Je ne peux pas partir nu-pieds

    Mais où sont-ils donc passés ?

    Et je cherche et je quémande

    Personne ne les a vus

    Je regarde les pieds

    de ceux qui circulent dans cette  maison

    ouverte à tous les vents....Mais non...disparus

    Ils ont disparu....

     

    Cela n'était qu'un rêve

    mais si forte était l'impression de perte

    à mon réveil

    qu'il me fallait en parler

    et voilà qui est fait....

    Bonne journée !

    et vous, ne perdez pas vos pieds...

    Ensemble, nous allons avancer

    vers où...je ne sais

    mais avancer, c'est être vivant.


    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique