• Elle :J'ai dit à X que nous arriverions chez lui vers 4  heures de l'après midi

    Lui : vers 4 heures...oh ! que je n'aime pas ça...cela peut être 4 heures et demi ou 4 heures et quart, ce n'est pas précis.

    Elle savait qu'il allait lui faire cette remarque mais elle a décidé aujourd'hui de dire et de faire les choses comme elle le sentait et non comme son cher et tendre  les aurait faites; aussi  agacée malgré tout par cette réflexion qu'elle prévoyait, elle lui répond:

    -.Je ne suis pas une horloge. Moi, cette expression me convient très bien, car elle me paraît juste...Notre ami étant chez lui toute l'après midi, il lui importe peu que nous arrivions chez lui à 4 heures pile...

    Lui : ( un petit moment après)

    Tout à l'heure, tu m'as répondu méchamment quand tu m'as dit que tu n'étais pas une horloge...Tu es toujours en colère contre moi

    Elle...elle le regarde ahurie...C'est surtout contre elle-même qu'elle est en colère..Pourquoi a-t-elle accepté si longtemps que ce soit lui qui, dans toutes les petites  choses anodines de la vie quotidienne, que ce soit lui qui décide comment elle devait se comporter...ce qu'elle devait faire et ce qu'elle devait dire....

     


    14 commentaires
  •    Elle dit :" c'est de la crème de mari à manger à la petite cuillère"

    Il la regarde, interloqué, et se demande comment interpréter ces mots ambigüs...Est-ce compliment, est-ce reproche ?

    Il ne sait et n'ose lui demander...après tout, mieux vaut rester dans le doute, dans le flou...et ne rien changer. après tout, pourquoi se poser des questions?

    Elle voulait lui dire combien elle avait apprécié sa tendre sollicitude, ses petites attentions quotidiennes  tout le temps;de sa longue maladie....

    Mais elle tenait aussi à lui faire entendre que maintenant que les forces lui revenaient, elle désirait retrouver sa liberté pleine et entière et ne pas se laisser déposséder de sa vie.


    13 commentaires
  • Hier, un ami nous parle d'un couple qui a fait partie de ses connaissances.

     

    Elle, c'était une maîtresse femme.

    Et lui il filait doux.

    Elle lui disait : Marcel, on s'en va...

    !et marcel s'en allait, tête basse, suivant sa trace.

    Elle lui disait : Marcel , chante...

    Et Marcel chantait...

    Et elle en chantait une autre...

    Il avait plus l'air d'un chien battu que d'un mari....

     

    Parfois, cela lui échappait, et elle disait :

    Quand je serai veuve, je ferai ci, je ferai çà, j'irai dans tel pays...

     

    Mais, un jour,non ce n'était pas prévu, le destin ne lui a pas obéi

    et c'est elle qui mourut d'un cancer foudroyant...

     

    Et lui, trois semaines plus tard, il vivait avec une autre femme...

    Il semblait avoir rajeuni de vingt ans...

    Enfin, il allait vivre, il allait respirer, il ne se laisserait plus manoeuvrer et il pourrait aimer et être aimé,

    du moins je l'espère pour lui...

     

    C'est une histoire vraie...

    Mais quand même, je me demande pourquoi a-t-il accepté si longtemps cet esclavage?

    Lui fallait-il d'abord connaître ce cycle infernal avant d'oser être lui-même?


    16 commentaires
  • Lui, il l'aimait, mais trop pudique, il ne savait pas le dire

    Peut-être même n'avait-il aimé qu'elle...

    Elle...elle ne savait pas vraiment

    Peut-être oui, peut-être non...

    Elle avait de l'estime

    Elle était attachée à lui

    Quand ils s'étaient rencontrés, elle avait été émerveillée que quelqu'un soit attiré par elle,

    que quelqu'un désire sa présence et la réconforte.

    Elle était si terriblement seule en ces temps-là

    Et elle l'avait aimé ou elle avait cru l'aimer

    en toute sincérité...

    Mais ils étaient si différents,

    ils ne se retrouvaient pas dans leurs rêves

    Leur jardin secret, ils ne savaient pas le partager

    Alors chacun restait sur son quant à soi, restait avec son manque...

    Lui n'en avait peut-être pas conscience,

    il était si habile à se cacher tout ce qui pouvait l'incommoder...

    Elle, bien qu'insatisfaite, elle demeurait confiante...

    Chacun , à leur façon, avançait vers...


    17 commentaires
  • Elle s'en souvient bien et, cinquante ans plus tard, elle s'en étonne encore.

    Elle descendait le boulevard et rentrait chez elle, elle n'avait pas de voiture en ce temps-là mais les kilomètres à pied ne l'inquiètaient guère, ils lui permettaient de mettre en route ses pensées, d'y mettre un peu de clarté...

    Et à quoi pouvait-elle penser ce jour-là?

    A son amoureux bien sûr : elle allait le revoir en fin de semaine.

    C'était source de joie  bien sûr mais aussi d'inquiètude.

    Elle avait conscience que la vie allait être bien difficile  avec lui : ils étaient tellement différents tous les deux

    et ce qui les animait l'un et l'autre ne se rejoignaient pas toujours...

    Une petite voix lui sussurrait "vous devriez vous séparer, il en est encore temps"...

    cette petite voix discrète mais de plus en plus impérative était très raisonnable

    et si elle regardait objectivement la situation, elle ne pouvait que l'approuver....

    Mais une autre voix résonna en elle ou peut-être était-ce la même et cette voix lui dit :

    "Oui, mais si tu le quittes, il va rester seul toute sa vie. C'est lui qui a fait les premiers pas vers toi et si  cette tentative échoue, il n'est pas homme à la renouveler une deuxième fois, la première lui a demandé beaucoup trop d'efforts"

    Et alors, elle se l'est représenté, vieux et seul, dans son mini appartement...Et cela lui a fait mal...

    Et la petite voix de nouveau s'est fait entendre : "cela va être dur, mais tu verras, vos dernières années seront douces et harmonieuses et fécondes, fais confiance, tu ne regretteras rien"

    L'autre jour, elle a souri quand elle a entendu sa fille dire à son père : "heureusement que tu nous a eus, nous tes enfants pour  à accepter les changements...sinon tu serais resté crispé sur tes habitudes et tes sacro saints principes inchangeables"

    Alors elle a souri...Ils se sont regardés...Il lui a rendu son sourire.

     

    Elle ne sait pas d'où venait cette petite voix qui a su si bien la conseiller.


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique