•  

     

    Les oiseaux aiment bien se nicher parfois dans les boîtes aux lettres, on me l'avait déjà raconté et je vous avais montré une photo....  Comme mon ami  chez qui cela était déjà arrivé , nos voisins ont installé à côté de la première une seconde boîte aux lettres...

    E Un jour notre voisine  a vu  une mésange qui toquait désespérément à la fenêtre de la cuisine...Intriguée par ce manège et elle est sortie....Et qu'a t-elle vu ? Son chat qui faisait le guet au pied de la boîte aux lettres et qui attendait patiemment que l'un  des petits tombe...Alors, bien sûr,  elle l'a fait rentrer dans la cuisine et elle l'a maintenu enfermé le plus souvent possible tant que les pettits n'avaient pas pris leur envol...

    Mais comment cette mésange a-t-elle compris qu'il fallait  frapper à cette fenêtre pour obtenir un peu de paix?

    Ces petits oiseaux sont finalemen tbien plus intelligents qu'on ne le croit


    13 commentaires
  •  J'ai beaucoup aimé ce poème de "Cheval fou" et j'ai envie de vous le faire découvrir

    Allez dans mes blogs amis pour découvrir son blog ou tapez "chevalfou.over-blog.net"

     

    Si tu savais

    4 Janvier 2017, 13:59pm

    Publié par Cheval fou (Sananès)

    Si tu savais comme j’aime la vie
    je ne suis pas triste
    je vis d’humour et de rire
    mais si tu savais comme le monde me fait mal

    si tu savais l’inventaire de mes amours
    et tout ce que je peux aimer, boire, embrasser d’un simple regard

    Si tu savais l’inventaire de mes craintes
    le frisson de mes peurs

    Si tu savais mon bonheur
    J’ai un chat et des fleurs
    un soleil posé sur la mer et une fenêtre ouverte.
    Si tu savais…

    Si parfois j’ai peur
    c’est pour ceux qui resteront habiter ce futur de pouvoir
    de famine, de djihad et d’argent
    sans abeilles, sans rêves

    Si tu savais comme j’aime la vie
    les enfants, les coquelicots, les moineaux

    Si parfois j’ai si mal
    c’est pour ceux qui, chaque jour, ont peur du lendemain.

    Si tu savais comme j’aime le bonheur et la vie
    Quand je partage le rire et la douleur
    c’est qu’à ma façon, j’appelle un monde meilleur
    je ne demande que du pain et du rêve sur chaque table.

    JMS


    11 commentaires
  •   

     

     Espace rythmé selon un plan (1920)

     

       

     

    Il n’est pas le plus connu des peintres cubistes, néanmoins Albert Gleizes « a fait partie du premier cercle avec Picasso et Braque »

    Le cubisme, c’est d’abord la déconstruction des sujets, la multiplication des points de vue et des aplats de couleur. Il va ajouter la translation des plans, puis leur rotation et enfin des courbes, des spirales et des arabesques pour donner davantage de mouvement à ses compositions.

    Mais cet artiste autodidacte, né à Paris en 1881, a aussi la forte volonté de transmettre. En 1927, il crée aux Sablons (Isère) une communauté d’artistes dans un ancien couvent désaffecté : Moly Sabata. La maison, située au bord du Rhône, est souvent inondée lors des crues, ce qui lui vaut ce nom signifiant « pieds mouillés ». Des artistes lyonnais le rejoindront : Paul Régny, Daniel Gloria, Andrée Lecoultre, René-Maria Burlet…  Là-bas, la vie est monastique, sans confort et en autarcie, représentative de la démarche de son chef de file : confondre l’art, la vie et la foi en Dieu.

    « Sa peinture ne sera pas entièrement religieuse, mais elle se situe dans la mouvance qui voit du sacré dans toute œuvre. Et il appelle ses autres toiles, des œuvres pour la contemplation, qui ont le but d’élever l’homme ».

    À quelques exceptions, ce cubisme n’est pas flamboyant, on le constate en parcourant l’exposition. C’est une sorte de discrétion et de modestie des différents peintres après la guerre. Comme si on avait voulu avoir une délicatesse avec le monde après ce qui venait de se passer ».

     d'après Isabelle Brione

        

    Au musée de Fourvière , à Lyon, une exposition vient de lui être consacrée  mais elle s'achève demain...Dommage ! 

     

     

                       

    Crucifixion, projet pour l’église Sainte-Blanche de Serrières,                    d’Albert Gleizes.  Collection du centre Pompidou, Paris.  DR


    17 commentaires
  • Depuis l'an dernier, la mairie offre, à l'occasion de la nouvelle année, un goûter aux personnes âgées de la commune.

    et je trouve que c'est une excellente initiative puisqu'elle favorise les rencontres...

    C'était, il y a deux jours.

    L'an dernier un chanteur était venu égayer  la rencontre.

    Cette année, c'est un diaporama sur le Vietnam qui nous est proposé et c'est celui qui a  fait ce voyage qui nous le commente.

    Et j'ai la surprise  d'entendre plusieurs personnes parmi les villageois poser des questions et manifester un grand intérêt à tout ce que nous expliquait le commentateur. Ainsi donc leur âge et leurs problèmes de santé ne les empêchait pas de rester curieux et passionnés par ce qui se passait  loin de chez eux.

    Ce qui a le plus touché et même émerveillé celui qui nous présentait les photos, outre les beaux paysages, c'est l'accueil simple et chaleureux des gens de ce pays...Ils ont beau être dans des conditions de vie difficiles et même parfois misérables, ils gardent le sourire et reçoivent les voyageurs avec confiance et générosité...Trop de confort rendrait-il craintif et méfiant?

    Ensuite, évidemment, nous avons mangé la galette et dégusté  une clairette et chacun a  pu prendre des nouvelles des uns et des autres...Ce fut un bon moment...Chez nous  aussi, les sourires fleurissaient sur les visages.


    11 commentaires
  • Je découvre ce texte et je me dis que c'est une bonne suite aux réflexions sur la beauté que j'ai recueillies dans l'article précédent  car si nous agissions tous  ainsi, si nous tentions du moins d'agir ainsi, ce serait une belle façon de créer de la beauté...car la beauté, évidemment, n'est pas uniquement dans un beau tableau, un bel objet, un bel écrit ou une belle musique..elle est aussi dans la vie de tous les jours, dans les liens que nous créons avec les autres...

     

    L'ordre zen des" peacemakers" a été fondé par Bernie Glassman, moine bouddhiste américain qui a écrit "L'art de la paix" chez Albin Michel et moi, j'ai trouvé ce texte dans "Vivre en paix" de Thierry  Janssen dans la collection Marabout à  3euros 55

     

     

    Je prends refuge en l'Unité,

    la nature éveillée de tous les êtres.

     

    Je prends refuge en la diversité,

    l'océan de sagesse et de compassion.

     

    Je prends refuge en l'Harmonie,

    l'interdépendance de toutes les créations.

     

    Je fais le voeu de vivre ma vie

    en m'ouvrant à l'inconnu,renonçant ainsi à toute

    idée préconçue sur moi-même et le monde.

     

    Je fais le voeu de vivre ma vie en portant témoignage

    de la joie et de la souffrance du monde.

     

    Je fais le voeu de vivre ma vie en me guérissant

    moi-même et en guérissant autrui.

     

    N'étant pas séparé de tout ce qui est,

    je fais le voeu de ne pas tuer.

     

    Etant satisfait de ce que j'ai,

    je fais le voeu de ne pas voler.

     

    Abordant toutes les existences avec respect et dignité,

    je fais le voeu de suivre une conduite chaste.

     

    Ecoutant et parlant du fond du coeur,

    je fais le voeu de ne pas mentir;

     

    Cultivant un esprit clair,

    je fais le voeu de ne pas me livrer à l'ignorance.

     

    acceptant sans condition ce que m'offre chaque instant,

    je fais le voeu de ne pas médire d'autrui.

     

    Exprimant ce que je crois être vrai

    sans culpabilité ni blâme, je fais le voeu

    de ne pas me faire valoir

    et de ne pas rabaisser les autres.

     

    Utilisant tous les ingrédients de ma vie,

    je fais le voeu de ne pas être avare.

     

    Transformant la souffrance en sagesse,

    je fais le voeu de ne pas me livrer à la colère.

     

    Je fais le voeu de respecter ma vie

    en l'utilisant comme un instrument de paix.

     

     

     

     


    10 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires