• Le personnage principal de ce livre  se trouve en convalescence quelques jours dans une maison de repos et une vieille dame la regarde avidement et elle comprend que  cette vieille dame a besoin intensément de parler, qu'elle se sent très seule ...Et elle l'écoute...Et elle décide de faire de même  pour d'autres et d'écrire  pour que d'autres puissent comprendre, en la lisant ce que vivent ces personnes âgées et solitaires

     

     

    " Et si elle écrivait sur tous ces vieux, comme la vieille dame de la grande maison, qu'elle avait déjà rencontrés ? Elle pourrait leur donner la parole et ils témoigneraient ce que c'est la vie quand on n'a plus de chez-soi, plus d'autonomie, plus de famille, plus de santé et qu'on ne dit plus jamais plus tard..."

    Marie Gillet (in "Avec la vieille dame", éditions L'Harmattan, p. 38  

     

     J'ai beaucoup aimé ce livre   si authentique, si touchant...

    L'auteur ou le personnage principal, il nous semble qu'elle est à côté de nous...

    Elle nous fait partager ses rencontres, ses inquiètudes, c'est comme si on était dans sa tête, dans son coeur et dans la tête et le coeur des personnes dont elle nous parle, comme si on devenait elles...Elle nous les fait découvrir dans leur plus intime vérité et l'on s'en trouve enrichi....

    Merci Marie !

     

     

    Avec la vieille dame


    8 commentaires
  •  

     

     

     

     

    Jean Mogin, né à Bruxelles en 1921 et mort en 1986

    Il est le fils du poète Georges Mogin, plus connu sous le nom de Norge, et de Jeanne Laigle. Il étudie l'archéologie et l'histoire de l'art à l'Université Libre de Bruxelles. Il entre en 1944 à l'INR Institut National belge de Radiodiffusion, dont il est en 1959 Directeur Littéraire et Dramatique, devenu depuis RTBF, où il finit Directeur Général de la Radio. Il contribue, en compagnie d'Alain Bosquet, à la fondation de la revue Pylônes, qui aura sept numéros. Il épouse Lucienne Desnoues en 1947. En 1965, il obtient, conjointement avec Lucienne Desnoues, le Prix Engelmann de Poésie. En 1982, il prend sa retraite et s'installe en Provence, à Montjustin (Alpes de Haute-Provence).

    Il Fut poète, homme de théâtre et homme de radio

     

    " Chaque jour, je voudrais vivre un moment parfait,

    Et que ce moment-là dure un jour tout entier;

    Que tout le jour, tout soit entier, durable et plein,

    que chaque instant du jour dure le jour entier,

    Qu'il se prolonge en les instants suivants et vive

    Avec eux, tout ensemble, un temps tout au présent

    Où rien des jours passés ne soit abandonné,

    Où rien de l'aujourd'hui déjà ne soit demain."

                                 Jean Mogin  (Maison partout)

     


    13 commentaires
  •  

    Aquarelles sur le thème de l'eau, de la forêt, du jeu de lumières et de reflets... Attention : Ces images sont protégées par les droits d'auteur (copyright). Le symbole * indique que l'oeuvre n'est plus disponible. ...
     
    "Il se présente ainsi sur son site

    Aquarelliste plusieurs fois primé lors de diverses expos dans le Vaucluse et ailleurs, j’ai commencé par la peinture à l’huile en 1984 peu avant mon entrée aux Beaux-arts de Montpellier.La découverte de l’aquarelle en 1992 fut une révélation.

    D’une enfance martiniquaise, j’ai gardé l’amour de la couleur et de la lumière..Depuis mon installation dans le vaucluse, en 1994,  mes aquarelles rendent hommage à la beauté des paysages provençaux, mais aussi  à la délicatesse des fleurs, l’harmonie de couleur des fruits..

    Depuis 1998 je donne des cours de peinture dans differents centres culturels ou MJC du vaucluse.

    Professionnel , je fais partie de La Maison des Artistes depuis 2006."

     

     


    14 commentaires
  •  

     Une amie m'a envoyé ce  poème pour me dire où elle en était...

    Je me retrouve tout à fait dans ce qu'elle a écrit...

    Et vous?

     

     

    La tempête

     

    "Sur l’océan en tempête, petite barque fragile, je suis bousculée, submergée par des vagues violentes,emportée par un courant trop fort pour la frêle embarcation que je suis. Je vais me noyer. Je ne peux plus résister

    .- À l’aide, je prends l’eau de toutes parts... Qui viendra écoper pour m’empêcher de couler, qui viendra se mettre à la barre pour m’emmener vers des zones plus tranquilles?

     Le peintre Hokusai avait été prévoyant, lui. Il avait installé plusieurs rameurs dans sa barque pour affronter l’énorme vague menaçante qui avait surgi devant elle.Moi, je suis toute seule dans cette immensité hostile, terrifiante.

    - Hokusai, viens à mon secours!

    - Sois confiante. Tu sais bien que tu ne crains aucun mal quand tu traverses les ravins de la mort.Tu n’es pas que cet esquif fragile. Tu es aussi la vague qui te porte, la vague qui se laisse porter par l’océan.

     Alors, moi, la vague, je suis passée sous la barque. Nous avons commencé à jouer à cache-cache. Puis le vent a fait alliance avec nous, à moins que ce soit nous qui ayons fait alliance avec lui... et nous avons, tourbillonné, glissé, sauté, dansé. Une mouette est venue se poser sur moi. Elle riait chaque fois qu’elle me voyait trembler de peur. Alors, elle écartait ses ailes, elle les plaquait contre moi en une caresse douce et rassurante.

     La tempête s’est calmée. Moi, petite barque fragile, je me suis laissée apaiser,vivifier par la grande respiration de l’océan, j’ai retrouvé mon souffle, ma légèreté, ma stabilité.

     Je continue mon voyage, accompagnée par la mouette et ses amies, par le vent, les vagues.."

    .                                                                   Josette

                                                                       4 juillet 2020


    9 commentaires
  •  

    Jacques Joseph Tissot est né à Nantes en 1836, son père a un magasin de tissus et sa mère est modistes, d'où sans doute sa fascination pour les étoffes, les tapis, les costumes qu'il représentera toujours avec une jubilation certaine. James, le prénom sous lequel il se fera connaître, n'est pas lié à son histoire avec l'Angleterre : on a découvert qu'à l'âge de onze ans déjà, c'est sous ce nom qu'il avait été inscrit dans un collège.

    Arrivé à Paris à vingt ans, il étudie dans l'atelier de Flandrin et de Lamothe, des disciples d'Ingres qui lui donnent le goût du dessin, il s'intéresse aux Allemands de la fin du Moyen Âge, Cranach, Dürer et Holbein, aux Italiens du Quattrocento, Carpaccio et Bellini, aux préraphaélites anglais. Il voyage en Belgique, en Allemagne, en Suisse et en Italie. Très vite, il expose au Salon, se fait remarquer pour ses œuvres au dessin précis et aux couleurs contrastées. Il entame une belle carrière et devient le peintre d'une élite, celle du Second Empire, avec ses portraits d'hommes, de femmes ou de familles de la bourgeoisie de son temps aux belles toilettes, dont il rend l'univers dans de grandes toiles pleines de détails et d'objets.

    James Tissot, \"On the Thames\", 1876, Angleterre, Wakefield, The Wakefield Permanent Art Collection James Tissot, "On the Thames", 1876, Angleterre, Wakefield, The Wakefield Permanent Art Collection  (Photo © Jerry Hardman-Jones)


    13 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires