•  

     

    La pêche au printemps -Pont de Clichy-  Van Gogh

    Je' découvre ce tableau.

    et je le trouve très apaisant.

    Heureusement que le printemps est là


    19 commentaires
  •  

     

    Ces jours qui sont à nous si nous les déplions
    Pour entendre leur chuchotante rêverie
    Ah c’est à peine si nous les reconnaissons.
    Quelqu’un nous a changé toute la broderie.

    (Jules Supervielle)


    17 commentaires
  • Très joli texte....de la part du CAF  Oisans

     

      C'était en mars 2020 ...

     


     

    Les rues étaient vides, les magasins fermés, les gens ne pouvaient plus sortir.
    Mais le printemps ne savait pas, et les fleurs ont commencé à fleurir, le soleil brillait, les oiseaux chantaient,
    les hirondelles allaient bientôt arriver, le ciel était bleu, le matin arrivait plus tôt.

    C'était en mars 2020 ...
    Les jeunes devaient étudier en ligne, et trouver des occupations à la maison,
    les gens ne pouvaient plus faire de shopping, ni aller chez le coiffeur.
    Bientôt il n'y aurait plus de place dans les hôpitaux, et les gens continuaient de tomber malades.
    Mais le printemps ne savait pas, le temps d'aller au jardin arrivait, l'herbe verdissait.

    C'était en mars 2020 ...
    Les gens ont été mis en confinement pour protéger les grands-parents, familles et enfants.
    Plus de réunion ni repas, de fête en famille.
    La peur est devenue réelle et les jours se ressemblaient.

    Mais le printemps ne savait pas, les pommiers, cerisiers et autres ont fleuri, les feuilles ont poussé.
    Les gens ont commencé à lire, jouer en famille, apprendre une langue,
    chantaient sur le balcon en invitant les voisins à faire de même.
    Ils ont appris une nouvelle langue, être solidaires et se sont concentrés sur d'autres valeurs.
    Les gens ont réalisé l’importance de la santé, la souffrance, de ce monde qui s'était arrêté, de l’économie qui a dégringolé.

    Mais le printemps ne savait pas.

     

    les fleurs ont laissé leur place aux fruits, les oiseaux ont  fait leur nid, les hirondelles étaient arrivées.

     


     

    Puis le jour de la libération est arrivé, les gens l'ont appris à la télé, le virus avait perdu,
    les gens sont descendus dans la rue, chantaient, pleuraient, embrassaient leurs voisins, sans masques ni gants.

    Et c'est là que l'été est arrivé, parce que le printemps ne savait pas.
    Il a continué à être là malgré tout, malgré le virus, la peur et la mort.
    Parce que le printemps ne savait pas, il a appris aux gens le pouvoir de la vie.

    Tout va bien se passer, restez chez vous, protégez-vous, et vous profiterez de la vie.


    Lisez ceci, répandez-le en copiant/collant ce texte, mais surtout restez confiants et gardez le sourire ! 
	</div><br /><a href= 14 commentaires

  •  

     

    "Et cependant, ce qui rend si pénible, si difficile, presque si odieux ce temps de vacances absolues, c’est précisément que nous sommes réduits à nous-mêmes, un peu comme ce que disait Pascal : "Rien n’est si insupportable à l’homme que d’être dans un plein repos". Précisément parce que la vie, c’est le mouvement, et comme le dit également Pascal, "le repos entier, c’est la mort"… De sorte que lorsque nous n’avons plus rapport aux autres, tout se passe comme si nous n’avions plus rapport à nous-mêmes. Evidemment, demeurent encore la radio, la télévision, qui sont des divertissements mais nous n’avons rapport qu’à des images que nous recevons et il n’y a rien que nous ne puissions donner."

                                                       Nicolas Grimaldi, philosophe

     

     

    Et vous, comment le vivez-vous?


    21 commentaires
  •  

     

     

     

     

     Comment sortir de cette fatigue qui arrive sans prévenir  et sans raison et colore de gris sombre les heures à venir ?

     

      Il suffit de l'accepter

     

      Le gris est une couleur comme les autres, elle fait ressortir les couleurs chaudes qui viendront à leur heure...

     

      Je m'accroche à cette parole de Raoul Follereau  comme à une bouée : " Vous n'avez pas besoin de voyager dans le monde sans arrêt pour trouver votre  bonheur . Votre bonheur est dans la joie que vous répandrez, dans le sourire que vous ferez fleurir, dans les larmes  que vous aurez essuyées.."

     

      Aujourd'hui est un nouveau jour, les rencontres seront peut-être moins nombreuses mais plus fécondes, plus chaleureuses.

    Les couleurs qui viendront seront les bonnes, je ne peux qu'adoucir mon regard pour qu'elles soient les plus belles possible

     


    21 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires