•  

     A

    Altière et visible dès l’entrée sud-ouest de Morestel, la Maison Ravier située au coeur de la vieille ville, a conservé intacte l’élégance des demeures de la région. Cette belle bâtisse dauphinoise du XVIIIème siècle est construite sur la plus haute des terrasses qui se succèdent en jardin jusqu’à la plaine.

     Et c'est là que j'ai vu l'exposition de collages où se trouvent quelques oeuvres des trois derniers peintres (Bertault, Grandjean,et Requien) dont je vous ai parlés et de l'artiste que je vous présente aujourd'hui

    Afficher l'image d'origine   

     

    Mes premières œuvres, réalisées à partir de collage de papiers, sont exposées à Lyon à partir de 1997. J’assemble comme un « puzzle » des éléments, selon mon imaginaire, mon ressenti. Les papiers sont déchirés, coupés, pliés, peints, transformés.

     

    " Depuis peu ma sensibilité a évolué, laissant se confronter entre elles les formes et les couleurs, sans collage, et à partir de graphismes simples (ronds, courbes, lignes) qui laissent la place à l’essentiel : rythme et couleur."

     

    Hélène Lameloise

     Au cours de ses études de stylisme et modélisme, elle découvre le goût pour l'assemblage des formes et des couleurs.

    Elle assemble, comme un puzzlz des éléments, selon son imaginaire, son ressenti.Les papiers sont déchirés, coupés, pliés, transformés...Peu à peu, elle laisse se confronter formes et couleurs, sans collages et laisse la place à l'essentiel : le rythme et les couleurs.

    Ses oeuvres où se mêlent force et douceur, sont exposées depuis 1997 à Lyon


     

    http://www.helenelameloise.com/galerie/galeriehelene01/images/rillon_28X36.jpg


    15 commentaires
  •  

    Tous les jours il part

    et tous les soirs il revient.

    Tous les jours le même parcours

    sans même l'idée d'un détour.

    Tous les soirs le même retour.

    Quelle vie monotone

    pensent certains.

     

    Mais qui est le voyageur ?

    Est-ce celui qui reste sur le quai

    et regarde les autres partir dans le train?

     

    Il en est qui partent et ne voient rien,

    n'entendent rien, ne sentent rien,

    et tout ce qui s'offre à eux reste invisible à leurs yeux.

     

    Il en est qui restent

    et ne cessent de s'émerveiller

    chaque jour

    de la parcelle d'invisible qu'ils découvrent

    même si leur chemin semble en apparence toujours pareil.

     

     Qui est le voyageur ?

     

                                                                                        

                                                                                         

     

                                                                                           Encore" le tableau du samedi" demain

                                                                                           et puis je fais une pause

                                                                                         étant pendant une semaine sans ordinateur.

                                                                                            A bientôt,le mois prochain.


    10 commentaires
  •  

    Nous rentrons de promenade.

    Lorsque nous arrivons près de chez nous, nous rencontrons une dame qui habite le village depuis toujours puisqu'elle y est née, elle se promène avec son chien.

    Nous lui proposons un rafraîchissement et nous  nous installons dans le jardin. Le chien se couche sous la table, il est très calme , et nous l'avons oublié.

    D'abord nous parlons du temps, nous nous réjouissons que le soleil soit revenu...De plus le vent est très calme lui aussi , juste une brise légère...et la chaleur est idéale...Finie la canicule....C'est vraiment un temps idéal.

    Puis la dame nous parle des petite ballades qu'elle a faits récemment et elle dit:  hier, on est allés sur ce sentier...aujourd'hui on a pris le chemin plus à droite...et je me demande  avec qui elle  se promenait puisqu'elle emploie un pluriel...  Mais enfin, suis-je sotte elle se promenait seule avec son chien et, pour elle, c'est un excellent compagnon...

    Puis elle nous a parlés de tous les anciens qui habitaient le village autrefois et qu'elle a connus dans son enfance et sa jeunesse.Ils étaient peu nombreux et beaucoup de maisons étaient plus ou moins abandonnés.

    " Maintenant,nous dit-elle, je n'ai plus l'occasion de m'arrêter au village, je  connais peu les nouveaux habitants, il n'y a plus de commerces...Autrefois, il y avait deux épiceries et deux cafés..."

    J'aime bien  ces rencontres inattendues et qui permettent d'en savoir un plus sur les lieux où nous habitons;


    7 commentaires
  •  

     

    Peur...mais de quoi ? Il ne le savait pas...

    Jamais un voyage ne l'avait autant angoissé.

    Il en avait passé des nuits blanches.

    Il avait failli abandonner l'idée de partir.

    Puis il s'était repris : ses  ennuis de santé ne justifiaient pas qu'il renonce à ses projets.

    Il lui fallait vaincre sa peur et se mettre dans les meilleures conditions pour faire de ce voyage un moment de bonheur et d'ouverture et de découverte

    Deux ou trois jours avant le départ, à son grand étonnement,  et sans qu''il sache comment, sa peur s'était transformée...et il était prêt à vivre l'aventure, même si elle devait mal se terminer...L'essentiel était d'avancer.... de ne jamais laisser la peur lui dicter sa conduite.

    Et le voyage avait eu lieu et, en effet, il en avait été très heureux...

    Quand il pensait qu'il avait failli y renoncer,  il en frémissait  et il se demandait quelle allait être sa réaction la prochaine fois?

    Allait-il être à nouveau submergé par l'angoisse ou en en avait-il fini avec ses peurs stupides?

    Car, il n'avait pas toujours été ainsi.

    Les tout premiers voyages qu'il avait faits, il était seul, encore adolescent, et il était allé à Paris...puis en Italie...

    Ses parents n'aimaient pas les voyages, c'était donc  une grande nouveauté pour lui, et on aurait pu comprendre alors qu'il soit inquiet

    Mais il n'en était rien...Et tout s'était bien passé....D'ailleurs tous ses voyages s'étaient bien passés...

    Alors, pourquoi cette peur qui devenait de plus en plus envahissante ?

     

    Allons, se dit-il, cessons de nous poser des questions et qu'importe ce qui m'a délivré de l'angoisse cette fois-ci,

    décidons qu'elle s'est dissipée et qu'elle ne reviendra plus !

     

     

     

     


    10 commentaires
  •  

     

    C'est pour moi que j'écris,

    d'abord et avant tout pour moi,

    sans rien attendre d'autre que cette joie qui m'en est donnée..

    Et tant mieux si d'autres y trouvent leur bonheur,

    si à mes mots un écho m'est donné,

    le partage est une joie en plus...

     

    Et tant pis , si d'autres l'ignorent

    cela n'a pas grande importance..

    L'important est de rester dans le mouvement,dans le jeu et la fluidité ,

    dans la lumière.

    L'important est de retrouver l'élan naturel...

     

    Laisser venir ce qui vient, sans prétention, sans jugement..

    .vivre le moment présent dans la simple joie d'être...

    Ecrivant, je nourris la partie vive de moi-même...

    J'apprends à me connaître :

    moi et les autres et le monde qui m'entoure

     

    Cela accroît mon goût de vivre,n'est-ce pas déjà suffisant?


    15 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires