• " Il est des jours - avez-vous remarqué?

    Où l'on se sent plus léger qu'un oiseau,

    Plus jeune qu'un enfant, et vrai ! plus gai

    Que la même gaieté d'un damoiseau. "

                       Verlaine (extrait de Impressions de printemps)

     

    En  ce moment, je me sens plutôt plombée

    C'est pourquoi j'ai tant de plaisir à lire ces quelques paroles de Verlaine

    Oui, le printemps reviendra

    Oui, un jour, je serai légère comme un oiseau...

    Dans la même journée, je peux passer d'un état  d'angoisse profonde à un état de bien-être...

    Il y a tous les jours des choses inattendues qui surviennent,

    certaines tristes ou ennuyeuses et d'autres plus gaies et sereines....

    J'accueille ce qui vient, j'essaie de le vivre au mieux, tout est passager....


    9 commentaires
  • Je partage avec vous cet article
    Je l'avais mis de côté et je l'avais oublié
    Je le retrouve ce soir...Ce n'est pas trop tard. Cet après-midi, une jeune voisine est venue avec son petit Siméon
    qui va avoir 2 ans.
    Elle est venue me souhaiter la bonne année et m 'a apporté un petit cadeau:
    des biscuits au miel qu'elle avait faits elle-même...
    Elle est venue habiter le village peu avant la naissance de son petit
    et, jusqu'à présent nous avons eu assez peu l'occaion de nous rencontrer
    et d'apprendre à nous connaître... quelle bonne surprise  !

    Valence : un Réveillon du Nouvel An solidaire pour les habitants du quartier de Valensolles

    Vendredi 31 décembre 2021 à 19:47 -
    Par , France Bleu Drôme Ardèche
     

    C'est le joli geste de cette fin d'année ! Quelques commerçants et habitants du quartier de Valensolles, à Valence, se sont cotisés pour offrir un poulet rôti aux habitants isolés et avec peu de ressource. L'opération a rencontré un franc succès !

    Les habitants isolés du quartier de Valensolles se sont vu offrir un poulet rôti pour le nouvel an Les habitants isolés du quartier de Valensolles se sont vu offrir un poulet rôti pour le nouvel an © Radio France -Maya Baldoureaux-Fredon

    Tous les poulets rôtis sont partis en une heure ! C'était opération Réveillon du Nouvel An solidaire ce vendredi dans le quartier de Valensolles, à Valence. Quelques commerçants du quartier : l'épicier, le coiffeur et le pharmacien, ainsi que plusieurs habitants bénévoles, se sont cotisés pour acheter quarante poulets rôtis à distribuer gratuitement aux habitants isolés de Valensolles

    Un geste de solidarité qui a beaucoup touché les habitants du quartier, comme Monsieur Oria, qui habite là depuis des années : "C'est vraiment très bien de faire ça, ça me touche beaucoup. Des gens comme ça, qui ont le cœur sur la main, il y en a peu." Il est venu chercher son poulet rôti, qu'il partagera avec sa femme, malade. 

    "Je viens pour ma mère, Raymonde, qui a 95 ans et qui habite là depuis 1955", raconte Véronique. "C'est inoubliable, ce geste ! On faisait ça dans le temps, et là ils ont repris le relais. Pour les personnes seules, c'est normal d'avoir un petit cadeau. La ville pourrait faire un peu plus d'efforts pour eux."

    Yacine, devant son camion rôtissoire, s'occupe de servir les poulets rôtisYacine, devant son camion rôtissoire, s'occupe de servir les poulets rôtis © Radio France -Maya Baldoureaux-Fredon

    Finir l'année par une bonne action 

    Nadir fait partie des habitants du quartier qui ont donné de l'argent pour l'achat des poulets : "_Autant faire une bonne action, finir en beauté cette année_. J'ai eu mal au cœur pour ces personnes qui sont seules, qui n'ont pas grand chose. Si je peux participer, autant le faire, c'est vraiment avec plaisir, et puis en ce moment c'est important de créer de la communauté !

    "C'est vraiment exceptionnel !", s'exclame Maya, 52 ans, qui vit seule, "C'est incroyable tant de générosité, à l'heure où les gens se replient sur eux, c'est important", note-t-elle. 

    "A Noël, avec la pharmacie de Valensolles et le coiffeur on s'était cotisé pour offrir une pogne et du parfum aux habitants qui ont du mal à finir le mois", raconte Hakim, qui tient l'épicerie, avec sa femme Dounia. 

    "Moi j'ai pris conscience de ces personnes âgées isolées et avec peu de moyens parce qu'elles viennent faire leurs courses chez nous, et je les vois compter les petites pièces de monnaie. Je suis toujours bouleversée en voyant ça", raconte Dounia.

    Face au succès de l'opération pognes à Noël et poulets rôti au Nouvel an, commerçants et habitants bénévoles sont bien décidés à recommencer, pourquoi pas début janvier pour la galette des rois ? 


    16 commentaires
  • " Il était une fois…
    Une mère et le plus jeune de ses filles faisaient une promenade en montagne. Subitement, la jeune fille glissa sur une pierre et tomba. Elle se fit mal et cria : « Aï !!! »
    À son grand étonnement, elle entendit une voix dans la montagne qui répéta : « Aï ! Aï ! Aï ! » Curieuse, elle demanda : « Qui êtes-vous ? » Et la voix dans la montagne lui répondit : « Qui êtes-vous ? »
    Énervée par cette réponse (cette jeune fille avait un caractère bien trempé et elle n’aimait pas qu’on s’amuse à répéter tout ce qu’elle disait comme un perroquet), elle cria : « tu n’es qu’un lâche !» Et la voix dans la montagne cria : « Lâche, lâche, lâche ! » La jeune fille regarda sa mère incrédule : « Tu sais ce qui se passe Maman ? »
    La mère répondit avec un sourire : « Ma chérie, écoute bien maintenant ». Et elle cria très fort vers la montagne : « Je te trouve formidable ».
    La voix dans la montagne répéta trois fois : « Je te trouve formidable ».
    Elle cria encore : « Tu es la plus belle et la plus intelligente de toutes les petites filles ». La voix répéta trois fois : « Tu es la plus belle et la plus intelligente de toutes les petites filles ». « Je t’aime, je t’adore ». La voix répéta trois fois : « Je t’aime, je t’adore ».
    La jeune fille ne comprenait toujours pas ce qui se passait, à part que les mots de sa maman avaient empli son cœur de joie. Sa mère lui expliqua alors : « On appelle l’écho ce phénomène. Dans certains endroits, quand tu parles, ta voix se réverbère et te revient, comme si elle se démultipliait. C’est la même chose qui se passe dans la vie.
    Tout ce que tu fais ou dis possède un écho. Si tu es heureux et que tu partages ton bonheur et ta joie, alors ton bonheur et ta joie se propagent et finissent par te revenir. Si tu veux plus de bonheur dans le monde, commence par emplir ton cœur de bonheur et ta joie se propagera parmi tous les gens que tu rencontreras avant de te revenir comme un écho ».
     
     
    C'est un autre texte que j'ai trouvé ces jours-ci et que j'ai envie de partager avec vous

    15 commentaires
  • j'ai reçu ce texte par  mail et moi aussi, j'ai envie de partager ce texte avec vous

    Et vous souhaiter une joyeuse année pleine de tendresse et d'entr'aide

     

     

     

    " Bonjour à toutes et à tous,

    Je ne pouvais pas terminer cette année sans partager ce texte qui est d'une toute beauté.  Nous vivons une période inconfortable, pleine d'incertitudes mais ce témoignage redonne de la force, de l'envie et nous raméne à l'essentiel.

    Je vous souhaite le meilleur, 

    Eric Lallau

    Merci Danny Kada et Gabby Seeger pour ce texte rempli d'humanité.

    "Angel, un juif, propriétaire de la boulangerie la plus célèbre d'Allemagne, disait souvent : « Savez-vous pourquoi je suis en vie aujourd'hui ? J'étais encore adolescent quand les nazis en Allemagne tuaient des juifs, sans pitié. Les nazis nous ont emmenés à Auschwitz en train. La dernière nuit était mortelle. Nous avons été laissés pendant de nombreux jours dans des voitures sans nourriture, sans lits, ce qui veut dire sans possibilité de se réchauffer d'une façon ou d'une autre. Il neigeait partout. Le vent froid nous gelait les joues à chaque seconde. Nous étions des centaines dans ces nuits froides et horribles. Pas de nourriture, pas d'eau, pas de cache. Le sang est gelé dans les veines. À côté de moi se trouvait un juif âgé qui était très aimé dans ma ville. Il tremblait et avait l'air terrifié. Je l'ai enveloppé avec mes mains pour le réchauffer. Je l'ai serré fort dans mes bras pour lui donner un peu de chaleur. Je lui ai frotté les mains, les jambes, le visage, le cou. Je l'ai supplié de rester en vie. Je lui ai remonté le moral. C'est ainsi que j'ai gardé cet homme au chaud toute la nuit. Moi-même j'étais fatigué et gelé mais j'ai continué à masser le corps de cet homme pour le réchauffer.

    Tant d'heures sont passées. Enfin le matin est venu, le soleil a commencé à briller. J'ai regardé autour de moi pour voir d'autres personnes. Quelle horreur, tout ce que je pouvais voir, c'était des cadavres gelés. Tout ce que je pouvais entendre était le silence de la mort. La nuit glacée a tué tout le monde. Ils sont morts de froid. Seules deux personnes ont survécu : le vieil homme et moi. Le vieil homme a survécu parce que je ne l'ai pas laissé geler, et j'ai survécu car je l'ai réchauffé.

    Permettez-moi de vous dire le secret de la survie dans ce monde ? Quand tu réchauffes le cœur des autres, alors tu te réchauffes. « Quand vous soutenez, renforcez et encouragez les autres, alors vous recevez du soutien, du renforcement et des encouragements dans votre vie. "

     

     

     
     

     

     

    Chef d'établissement d'un collège et lycée professionnel de 650 élèves, auteur du livre "Ce que l'on ne vous apprend pas à l'école" et du spectacle "Je suis prof mais je me soigne" qui a attiré près de 1000 spectateurs au festival d'Avignon en juillet dernier.
    ericlallau.fr

     
     

     


    J'ai accepté de recevoir cet email depuis le site rireetsaccomplir.fr/.



    18 commentaires
  • " Nous naissons d'un tableau,

    d'un poème, d'un souffle,

    D'un rêve étonné,

    Posé sur les paupières du jour,

    Une parole au bord du silence

    Est notre vraie nature.

    Nous allons sans pourquoi

    Vers le chant qui nous possède.

    Nous quittons l'apparence

    Pour le secret.

    Nous réalisons alors

    Ce rien que nous sommes,

    Saisi soudain sans y penser

    Par le mystère et par l'Amour."

                                    Jean Lavoué


    15 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires