• J'ai contemplé le soir,
    j'ai laissé venir le silence,
    lui ai donné le temps de s'installer
    et j'ai commencé à écrire
    "écrire comme on se tait"
    dit Christiane Singer.

     

    Et de nouveau,j'ai senti la vie
    circuler en moi
    Les instants se sont mis à défiler
    chargés de couleur et d'odeur...


    Et voilà que je m'aperçois ...au loin, si loin

    J'ai treize ou quatorze ans peut-être...
    J'écris mes premiers poèmes
    et je m'émerveille de voir les mots
    se présenter à moi
    si dociles,si délicieux...
    Je savoure cette complicité
    avec moi-même.


    Peut-être que écrire, c'est d'abord se plaire
    en sa propre compagnie,
    être pleine de tendresse pour soi-même
    et ainsi pouvoir l'être avec les autres,
    partager avec eux ce qui nous émerveille,
    nous étonne,nous rehausse,nous donne du sens...
    Ecrire...c'est pour se relier...

     


    15 commentaires
  • Ce qui me motive ?
    Quelqu'un que je ne connais pas me pose la question...
    Je le sens très loin de moi, il me semble que mes mots n'auront pas de sens pour lui..
    Or, j'ai la désagréable habitude de ne parler que lorsque j'ai quelque espoir d'être comprise....
    Sans doute la peur d'être blessée, le besoin de me préserver...
    Mais agissant ainsi, je juge  inconsciemment la personne, j'évalue si , selon mes critères, elle est capable d'établir un pont entre elle et moi...et, sans doute, souvent je me trompe.
    Ainsi donc, hier, je me suis trouvée devant plusieurs personnes dans l'incapacité de parler, de livrer quoi que ce soit de moi...Car, en effet, comment ressentir plusieurs personnes à la fois et savoir ce qu'elles sont capables d'entendre...Donc, quand je suis dans un groupe, j'écoute et je me tais...
    Mais pourquoi tant de prudence?
    Un peu plus de simplicité serait plus juste.

    Je dis ce que je pense, je dis ce que je suis ou ce que je crois être
    Et l'autre entend ce qu'il peut entendre, ce qu'il veut entendre...
    Et je ne suis pas blessée, je ne suis pas diminuée s'il a mal entendu ou s'il déforme mes propos.
    Il fait ce qu'il peut.

    Ce qui  me motive
    C'est l'amour, la beauté, l'harmonie
    Chimères, diront certains
    Mais pour les avoir parfois aperçues
    et savourées
    et à cause de la joie éprouvée
    alors je sais qu'elles sont réalité.


    14 commentaires
  • Il ne sait plus

    Il ne peut plus

    Il n'a plus la force

    plus le désir

    plus la volonté.

    Il est un peu désabusé.

    Il sait aimer d'un amour superficiel

    mais bienveillant

    toutes les personnes qu'il rencontre

    et cela est dous et réconfortant.

    Mais s'engager,

    être un compagnon dans les jours douloureux,

    c'est trop lourd pour lui.

    Il pourrait s'écrouler lui aussi,

    perdre pied.

    Alors il se préserve,

    il se met des barrières

    pour ne pas voir

    pour ne pas entendre

    et ainsi rester dans cette quiètude

    dont il a tant besoin.

     

    Tant de fois

    nous aussi

    nous avons manqué aux autres

    et ils ne nous ont rien dit.

    Peut-être auraient-ils dû s'exprimer....

    Peut-être ainsi

    nous auraient-ils permis d'agrandir nos limites?

    Mais la peur...

    la peur de faire mal nous retient.


    9 commentaires
  •  

    "Pour rencontrer l'espérance, il faut être allé au-delà du désespoir;

     

    Quand on va jusqu'au bout de la nuit, on rencontre une autre aurore."

     

                                       Bernanos

     

     

    2013juin11-les-fleurs-du-jardin-012.jpg


    14 commentaires
  • "Oui, le silence est d'or

    Me dit toujours maman

    Et pourquoi pas alors

    En fer ou en argent?

     

      Je ne sais pas en quoi

      Je puis être bien faite :

      Graine de cacatoès,

      M'appelle la préfète.

     

    D'accord ! Je suis bavarde

    Mais est-ce une raison

    Pour que l'on me brocarde

    En classe , à la  maison.

     

      Et que l'on me répète

      Et me répète encore

      A me casser la tête

      Que le silence est d'or?

     

    Est-ce ma faute à moi

    Si j'ai dans la gorge,

    Un petit rouge-gorge

    Qui gazouille de joie ?"

     

                   Maurice Carême (Fleurs de Soleil)


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique