• Merci à tous ceux qui ont mis un commentaire  après la lecture de Marie de Hennezel "Mourir les yeux ouverts"

    J'ai moi-même beaucoup apprécié ce texte qui me parle très fort

    car "mourir les yeux ouverts" je le souhaite profondément.

    Mais je partage avec Carine la tristesse de ceux qui meurent dans la solitude et l'abandon.

    Et comme le dit Malou, ce n'est pas en quelques phrases que l'on peut faire le tour d'un sujet aussi vaste.

    Et il n'y a aucun jugement à porter sur ceux qui veulent mettre fin à leur vie : chacun fait comme il le peut

    et comme il le sent et nous ne savons pas ce que nous ferions si nous étions dans leur situation.

    Je suis bien d'accord avec Lili : "il est difficile parfois de de discerner ce qui relève des soins à la personne

    et ce qui relève d'une forme d'acharnement thérapeutique."

    Et tout en demeurant dans une écoute respectueuse de chacun, sachons que ces derniers moments vécus

    avec un être cher peuvent être d'une profondeur et d'une richesse insoupçonnées.

    Pour ma part, savoir que le moment de l'ultime passage est là et pouvoir le vivre en toute conscience

    me semble une belle mort...On a les moyens actuellement d'apaiser la souffrance sans atténuer la conscience.

    On ne meurt qu'une fois et je voudrai bien être là, le plus consciente possible quand cela arrivera.

     

    Merci à tous d'avoir partagé ma réflexion


    6 commentaires
  •  

    " S'il y a une liberté à anticiper sa mort,

    à en choisir l'heure,

    s'il y a une dignité à refuser sa propre  déchéance,

    il y a une liberté et une dignité encore plus fortes et plus belles

    dans l'acceptation les yeux ouverts du réel.

    Un apprentissage non pas de la mort mais de la vie.

    Une paix transmise aux vivants, un rayonnement qui les porte.

    Les derniers moments d'un être aimé peuvent être l'occasion d'aller le plus loin possible

    avec cette personne, dans une profondeur encore jamais atteinte.

    On croit tout connaître de l'autre, et voilà que dans ces moments ultimes,

    on découvre ce que l'on n'aurait jamais imaginé découvrir,

    des trésors d'humanité.

    Malgré les ravages de la maladie ou de la vieillesse,

     

    Où est la dignité?

    l'être humain n'a jamais dit son dernier mot."

                                                     Marie de Hennezel ( Mourir les yeux ouverts)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    14 commentaires
  • Ils auraient pu se rencontrer

    Ils auraient dû

    Ce fut une occasion manquée

     

         Il eut fallu

         un peu de spontanéité

     

         simplement

         un peu de spontanéité

         et savoir écouter son désir

         et avoir l'audace de le suivre

         sans s'inquièter du pourquoi* 

         et du comment

         sans se poser de questions

         suivre son désir

         seulement

     

    Chacun savait au fond de lui

    que l'autre avait quelque chose à lui dire

    quelque chose à lui apprendre

    quelque chose d'essentiel

     

    Mais ils n'ont pas su saisir l'occasion

    La timidité et la pudeur les ont ont retenus

    Ils n'ont pas osé croire à leurs morts

    Leurs morts qui voulaient parler  à travers eux

    Et ils se sont tus

    Jusques à quand devront-ils se taire ?

     


    12 commentaires
  • Jour de Toussaint

     

    " Si la vie est éphémère,

    le fait d'avoir vécu une vie éphémère est un fait éternel."

                                    Jankélévitch

     

     

     

    "Juste avant de mourir,

    on doit avoir envie

    de prendre tous les hommes et toutes les femmes

    dans ses bras, mais c'est trop tard."

     

    Alexandre Romanès

    (Sur l'épaule de l'ange)

     

    moi, je pense qu'il n'est jamais trop tard

    et qu'il vaut mieux tard que jamais.

     


    14 commentaires
  • "Parfois les absents sont là

    Plus intensément là

    Mêlant au dire humain

    Au rire humain

    Ce fonds de gravité

    Que seuls

    Ils sauront conserver

    Que seuls

    Ils sauront dissiper

    Trop intensément là

    Ils gardent silence encore."

                      François Cheng

    (Cinq méditations sur la mort,autrement dit sur la vie)

     

     

     


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique