•  

    J'étais dans mon lit

        Et mon lit devint une barque

           Et la barque prit son envol  

                Et atteignit les nuages.

     

    Je ne savais plus où je me trouvais

       Sur terre, sur mer ou dans les  airs.

     

    Enveloppée de brume,

      Etais-je au-dedans ou au dehors,

        Etais-je en mouvement,

          Etais-je immobile?

            Je ne le savais pas.

     

    Etais-je dans un ailleurs lointain

      Ou, au contraire, au plus intime de moi ?

          Je ne le savais pas.

    Tout ce que je savais,

        C'est que j'étais merveilleusement bien

            Comme si j'avais enfin trouvé mon vrai chez moi.

     

    Le sourire au coeur,

       Je savais que j'allais écrire, laisser couler les mots.

     


    17 commentaires
  • Je bâtis peu à peu une maison de mots


    et cela me rassure,

     

    me fait accepter

     

    avec moins de frayeur

     

    mon intense fragilité...

     

    Peu importe la valeur objective de ces mots,

     

    ils peuvent paraître pur néant pour certains,

     

    mais pour moi,

     

    ils sont essentiels,

     

    preuve que je suis là...

     

     

    J'ai besoin de ces traces pour croire en moi,

     

    pour acquérir un peu d'épaisseur,

     

    pour découvrir mon chemin intérieur

     

    et, à petits pas et à grands pas, qu'importe

     

    m'acheminer vers ma demeure.


    15 commentaires
  •  

     

     

    Je cherche un mot

    pour écrire ma chanson

    et de rebond en rebond

    glisser sur les vagues du temps

    les embrasser les épouser.

     

    Je cherche un mot

    un mot clé

    pour ouvrir les portes de la vie

    en ressentir la saveur.

     

     

    Un mot

    pour chasser les cailloux

    qui entravent le courant de la rivière.

     

    Un mot

    pour m'abreuver

    me nourrir

    accéder à la source.

     

    Un mot fleur

    un mot passage

    pour attendrir les pierres

    Un mot éponge qui effacerait

    les excès de l'ombre.


    21 commentaires
  •  

     

    C'est pour moi que j'écris,

    d'abord et avant tout pour moi,

    sans rien attendre d'autre que cette joie qui m'en est donnée..

    Et tant mieux si d'autres y trouvent leur bonheur,

    si à mes mots un écho m'est donné,

    le partage est une joie en plus...

     

    Et tant pis , si d'autres l'ignorent

    cela n'a pas grande importance..

    L'important est de rester dans le mouvement,dans le jeu et la fluidité ,

    dans la lumière.

    L'important est de retrouver l'élan naturel...

     

    Laisser venir ce qui vient, sans prétention, sans jugement..

    .vivre le moment présent dans la simple joie d'être...

    Ecrivant, je nourris la partie vive de moi-même...

    J'apprends à me connaître :

    moi et les autres et le monde qui m'entoure

     

    Cela accroît mon goût de vivre,n'est-ce pas déjà suffisant?


    16 commentaires
  •  

    "Tu sais qu'en écrivant

    Tu vas apprendre.

     

    Si tu croyais ne rien apprendre

    Tu n'écrirais pas.

     

    Chaque fois

    Tu sais que tu vas saisir

    Un embryon de définitif.

     

    Tu ressembles

    Au pêcheur qui attend

     

    De tenir bientôt

    Du vivant."   Guillevic   (Art poétique)

     

    Cette semaine, à la radio, j'ai entendu des poèmes de Guillevic et cela m'a donné envie de ressortir "Art poétique"

    Que j'aime ce poète qui, en peu de mots, sait nous dire tant de choses.


    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique