•  Ces deux derniers jours

     

     Afficher l'image d'originephoto trouvée sur Internet

     

    Pluie ,  neige , grisaille toute la journée

    et juste avant de se coucher

    le soleil nous gratifie d'une apparition inattendue,

    les nuages colorés de rose deviennent soudain aimables,

    un superbe arc-en-ciel les illumine,

    le besoin de se promener au dehors

    et d'admirer

    les couleurs du ciel nous habite soudain

    et nous voilà renouvelés et allégés

    momentanément

    mais la vie n'est faite que de moments et il faut savourer

    ceux qui sont bons....


    16 commentaires
  •  

     

    Elle avait cauchemardé une partie de la nuit

     

    Au petit matin elle s'était endormie

     

    Elle s'était réveillée, il faisait  plein soleil

     

    Elle s'était levée d'un pas souple et léger

    souriant au sac d'ombres qu'elle avait abandonné

                       sans regret.

     

    Et elle dit :

    Aujourd'hui sera le plus beau de mes jours

     

    Et elle ouvrit ses bras

    et accueillit le jour nouveau.


    13 commentaires
  • Bien sûr

    c'est un lieu fugitif

     

    A peine trouvé

    Déjà égaré

    Qu'importe !

     

    Ces quelques instants

    Où je l'ai habité

    Pour moi

    Ont goût d'éternité

     Et de la désespérance

    Et de l'errance

    Ils me délivrent

    A tout jamais.

     

    J'ai en moi

    Un lieu

    Où je puis m'abandonner.

    Un lieu qui me hèle,

    Qui m'appelle

    Un lieu pour faire halte

    Et puis reprendre la route


    11 commentaires
  •  

    " Je me baladais seul tel un nuage

    Flottant très haut par-delà vaux et monts,

    Quand tout à coup je vis une foule,

    Toute une profusion de jonquilles d'or;

    A côté du lac, en dessous des arbres.

    Elles voletaient et dansaient dans la brise.

     

    Drues comme les étoiles qui brillent

    Et scintillent sur la Voie lactée,

    Elles s'étendaient sur une ligne sans fin

    Tout le long de la rive d'une baie:

    J'en ai vu dix mille d'un seul coup d'oeil,

    secouant leur tête dans une danse allègre.

     

    Les vagues derrière elles dansaient; mais elles

    Dépassaient d'exultation les vagues étincelantes;

    Un poète ne pouvait être que gai,

    En si jubilatoire compagnie:

    Je contemplais encore et encore, mais pensai peu

    A tout le trésor que cette vue m'apporta :

     

    Car souvent , lorsque je suis sur mon divan

    L'esprit vacant ou pensif ;

    Elles illuminent d'un éclair cet oeil intérieur

    Qui est le parfait bonheur de la solitude ;

    Et mon coeur  s'emplit alors de plaisir,

    Et se met à danser avec les jonquilles."

                

                                                   William Wordsworth  (Poèmes - 1815 )

     

    J'ai découvert ce poème hier

    ce qui m'a d'abord le plus  frappée, c'est qu'il sort de sa solitude  en voyant le champ de jonquilles...une foule, dit-il et il s'en émerveille...Mais l'on peut se repaître de beauté sans même être en contact direct...Cette nuit, ayant de la peine à dormir, j'ai repensé à ce poème et j'ai dansé avec les jonquilles : une danse suave et lente ...Et finalement j'ai retrouvé le sommeil...Et je me suis réveillée avec ce champ de jonquilles dans la tête.


    15 commentaires
  • "Un homme ne retrouvait pas sa hache.

    Il soupçonna le fils du voisin d ele lui avoir volée et se mit à l'observer.

    Son allure était typiquement celle d'un voleur de hache.

    L'expression de son visage était celle d'un voleur de hache.

    Les paroles qu'il prononçait ne pouvaient être que celles d'un voleur de hache.

    Toutes ses attitudes et comportements trahissaient l'homme qui a volé une hache.

     

    Mais très inopinément, en grattant la terre, il retrouva sa hache;

    Lorsque le lendemain il regarda à nouveau le fils du voisin, celui-ci ne présentait rien , ni dans son attitude, ni dans l'allure, ni dans le comportement, qui évoquât un voleur de hache"

                           Maître Lie-Tseu (philosophe taoîste )

     

    Je lis cette histoire et je me dis : il nous faut parfois nous méfier de nos intuitions

    mais est-ce vraiment une intuition, n'est-ce pas plutôt un préjugé


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique