•  Kouka Kouka, Balakoï, Peinture

    Petit fils du peintre expressionniste Francis Gruber, fils d'une dramaturge française et d'un artiste Congolais, Kouka est né à Paris en 1981 et est diplômé de l’Ecole d’Art d’Avignon en 2005.

    Cet artiste franco africain, aux multiples talents et aux divers moyens d’expression, est guidé depuis ses débuts par une recherche de l’appropriation de l’espace public qu’il explore pour mieux y intégrer ses réflexions et ses messages fondamentaux.

    Revendiquant son appartenance à la culture urbaine il utilise également ses textes et slogans dans ses chansons de rap. Kouka combine performance et scénographie, son travail s’apparente à de véritables interventions urbaines dans l’optique de non seulement faire valoir le Street Art comme un art mature et réfléchi mais aussi comme un acte de partage en touchant un public néophyte, contribuant à désacraliser une dimension parfois élitiste de l’art.

    Guidé toujours par le désir de transmission et de partage, l’artiste donne des cours de dessins aux enfants, notamment au cours de ses nombreux voyages en Afrique. Et enfin, Kouka a pu bénéficier d’une résidence à l’espace d’art contemporain HEC afin de sensibiliser et d’intégrer l’art à la vie étudiante.

    L’artiste réside à Paris, mais son parcours et son expression se nourrissent au fil de ses voyages et multiples rencontres. Son style particulier dénonce, interroge, amuse parfois, et questionne toujours la condition humaine. Kouka fuit l’académisme, il se tient à distance des matériaux nobles préférant un support plus pauvre pour "gagner en beauté" et permettre au public de dépasser les repères traditionnels avec un œil nouveau.

    Sa première empreinte urbaine apparaît en 2008 avec la silhouette de guerriers Bantus. Lors d’un voyage originel à Libreville (Gabon), il prend conscience de l’omniprésence de l’impérialisme occidental établi au sein même des espaces dédiés à la culture en Afrique. Dès lors il décide de revenir aux fondamentaux de cette culture et d’honorer cette mémoire. Ainsi naissent ses premiers guerriers Bantus qui voient le jour en 2008 au Centre International des Civilisations Bantus à Libreville

    Depuis, Kouka affiche ses peintures de guerriers, telle une signature, partout où il passe. Récemment, en mai 2013, ses Bantus ont pris place sur les murs blancs de la médina d’Azmmour (Maroc), dans le cadre de *Remp’art manifestation à laquelle il était invité.

    Les guerriers bantus forment une armée de l’ombre, clandestine, fidèle à l’approche de l’artiste. Leur présence sur les murs des villes rappelle que l’espace public, comme le monde, n’appartient à personne et que s’il est possible de s’accaparer un territoire, il n’est pas possible de s’approprier une culture.

     

     

    kouka_DSCN4624

     

    Interview

     

    Présente-toi
    Kouka

     

    Quand as-tu commencé le street-art et pourquoi ?
    J’ai commencé le tag en 95 pour devenir célèbre dans une ville de province où je ne connaissais personne. Ma passion pour la graffiti a pris le pas sur ma pratique de peinture traditionnelle et le « street-art » est arrivé !

     

    Quels sont les artistes visuels qui t'ont marqué ou dont tu apprécies le travail?
    Francis Bacon, Yan Pei Ming, Jean-Charles Blais

     

    Quels sont tes outils de prédilection pour créer et comment prépares-tu tes collages ?
    Du noir, du blanc, un pinceau, une bombe… Je peins directement sur papier, à main levée, en essayant de me mettre dans les mêmes conditions que quand je peins dans la rue : dans l’urgence et sans retouche.


    13 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Jean-Louis GUERMANN

    Le peintre Jean-Louis GUERMANN est né en Autriche en 1947.
    Il a vécu longuement à Jarny (54) et a exposé beaucoup en Lorraine :
    En 1978 à Metz dans la Galerie Divergence, en 1982 dans l'Abbaye des Prémontrés de Pont à Mousson, en 1984 à la DRAC Lorraine à Metz, en 1984 et en 1999 à la Galerie Lillebonne de Nancy, en 1993 au Conseil Général de Moselle et a participé à de nombreuses expositions collectives.

     

    Dernièrement, à Crest, ville où il habite depuis quatre ans il y avait une exposition de ses oeuvres

    Le thème choisi était " Les jardins "

     

    J'ai pu voir cette exposition et j'ai admiré cette recherche de la lumière qui est la sienne.

     

     

    Voici ce qu'il nous dit de son travail

     

    "oublier le nom des choses que l'on voit"

    Je travaille autour de thèmes tels que les mythologies, les plis, les ciels et à présent les végétaux ou les jardins.

     

    Depuis 3 ans, c'est là que je cherche à saisir les rythmes, les couleurs et la lumière,

    dans l'incroyable diversité et vitalité du monde .

     

    Et pour citer Valéry

    " puiser dans ce tête-à- tête avec l'objet, sans hâte et sans utilité prochaine, une certaine science de soi-même, de la manoeuvre combinée de son intellect, de son désir, de sa vue et de sa main."

    J L Guermann , janvier 2017

     


    8 commentaires
  •  
     
    Pour une fois, ce n'est pas un tableau mais une sculpture...
    J'ai vu le jardin des Tarots de Niki de Saint Phalle, en Toscane, il y a 3ou 4 ans, et j'en garde un souvenir inoubliable.
    Et c'est pourquoi, découvrant cet article de Culturebox, j'ai envie d'en partager un extrait avec vous

     

     
    "L'arbre-serpents" de Niki de Saint Phalle est à nouveau visible dans la cour du musée des Beaux-Arts d'Angers

    "L'arbre-serpents" de Niki de Saint Phalle est à nouveau visible dans la cour du musée des Beaux-Arts d'Angers

    © France 3 / Culturebox
     

     

    Après plusieurs mois d'absence, "L'Arbre-serpents" de Niki de Saint Phalle retrouve la terrasse du musée des Beaux-Arts d'Angers. Fortement endommagée, la célèbre sculpture de la plasticienne a subi une petite cure de jouvence. 70 000 € lui ont permis de retrouver son éclat original.

    C'est une sculpture emblématique de Niki de Saint Phalle qui avait disparu du paysage angevin. Aujourd'hui, "L'Arbre-serpents" (dit aussi Arbre de vie), est de retour pour le plus grand plaisir des habitants d'Angers.

    L'oeuvre était cachée dans une boite depuis 2012, en raison de la très forte altération de la peinture. Après cinq mois de restauration, la sculpture porteuse de mystères retrouve sa place sur la terrasse du Musée des Beaux-arts.

    Reportage : R. Idres / C. Amouriaux / F. Thibert

     

     

    Une restauration délicate

    Réalisé en 1992, "L'Arbre-serpents" du musée des Beaux-Arts d'Angers avait progressivement perdu de son éclat. Exposée à l'air et aux intempéries, les couleurs vives et les dorures de la sculpture de Niki de Saint Phalle se ternissaient à vue d'œil. Afin d'éviter plus de dégâts, les équipes de conservations du musée décident, en 2012, de la protéger dans une boite. Les investigations débutent pour comprendre les raisons de cette altération et engager la restauration   / Culturebox




    Le chantier a été confié à une entreprise de la région parisienne (Art&Concept) qui n'est autre que le reproducteur statutaire et restaurateur officiel des œuvres de Niki de Saint Phalle en Europe. Dirigés par Gérard Haligon, les travaux ont d'abord consisté à nettoyer la pièce pour relever toutes les teintes, puis d'effectuer toutes les comparaisons nécessaires avec le dossier photos datant de la création. "On a ensuite décapé la surface jusqu’à la résine, posé un apprêt et maintenant il faut réappliquer les couleurs en deux, trois, voire quatre couches", rapporte le maître artisan au Parisien

     

     


    L’Arbre-serpents est aussi rutilant que lors de son arrivée en 2005. 


    arbre serpents détail  / Culturebox

     

    Niki de Saint Phalle a réalisé plusieurs sculptures d'"Abres-Serpents" aussi appelées "Arbre de Vie". Le reptile est très présent dans l’œuvre de l’artiste : le serpent du Jardin des Tarots (Italie, Toscane), noir et blanc, évoque les ténèbres Dans "L'arbre-fontaine", réalisé en 1987, les serpents sont rassemblés en bouquet et ne crachent que de l’eau. À Paris, la Fontaine Igor Stravinsky, réalisée avec son mari Jean Tinguely, comporte un serpent bariolé qui tourne sur lui-même.

    "Fontaine Stravinsky" de Niki de Saint Phalle

    "Fontaine Stravinsky" de Niki de Saint Phalle

     


    Figure inquiétante et pernicieuse, le serpent raconte aussi une période douloureuse de la vie de l'artiste, lorsqu'elle fut abusée par son père à l'âge de douze. C'est sans doute pour contrer ce mauvais esprit et les fantômes de l'enfance, que Niki de Saint Phalle baptisera ces sculptures "Arbres de vie"


    16 commentaires
  • Les trois philosophes

     

     Il pourrait s'agir des trois mages se livrant à l'étude du ciel et de la nature pour découvrir les signes de la venue du Messie

    D'autres parlent de trois philosophes dont Averroès, Pythagore, Archimède ou Averroès

    Pour d'autres encore, il s'agit des trois âges de la vie

    Certains encore y voient des figures symboliques :La Peinture, la Philosophie et l'Astrologie...

    Toute ces interprétations différentes ajoutent à la beauté de l'oeuvre

     

    Giorgione  est né vers 1477 et il est mort de la peste en 1510 à Venise

     

    Reconstitution de la première version des Trois philosophes par un dessin de Fulvia Donati.

    Reconstitution de la première version des Trois philosophes par un dessin de Fulvia Donati



    15 commentaires
  • Télécharger « Isabelle Guerra.pps »

     

     Peintre et religieuse,

    Elle commence à peindre à 12 ans, fait sa première exposition à 15 ans en 1963

    Elle entre au couvent à 25 ans.

    Elle va régulièrement  à Madrid exposer ses tableaux  et ils se vendent tous

    Résultat de recherche d'images pour "isabel guerra pintura"

     

     

     

     

    le regard intérieur

     

    01isabel_guerra_junto_a_su_obra_expuesta_en_el_patio_de_la_infanta_1438944643_907931

    Isabel Guerra avec son travail exposé en Mars 2015 au Patio de la Infanta de Saragosse

     

       Elle cherche à peindre ... « la beauté, la lumière, la bonté, la vérité et la beauté, avec des lettres majuscules, d'où émane toute beauté avec nous.
            Son travail contient un message d'espoir: « la beauté est possible, tout n' est pas perdu. »


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique