•  Je crois vous l'avoir déjà présenté

    mais qu'importe !

    C'est un tableau de Gérard Zilberman qui habite la Drôme Ardèche.

    Dès l'enfance, il a aimé s'exprimer par la peinture..

    Et même quand il exerçait en tant que cardiologue,

    il a toujours trouvé du temps pour la peinture....

    voici un de ses tableaux

     

     janvier2008Morestel-peintures-de-G--rard-Z-046-copie-1.jpg

     

     

     

    Est-ce l'extase?


    Est-ce l'effroi?


    Des mots s'échappent de ses lèvres

    sans qu'elle-même ne les contrôle

    ni même ne les entende

    et c'est la stupeur de son compagnon qui l'ouvre à ce qu'elle vient de dire...

    Et ce qu'elle vient de dire dément le plaisir violent que ses caresses font sourdre en elle..

    Qui parle? quelle est cette voix qui dit ce qu'elle ne veut pas?


    15 commentaires
  •  

     

    "Marie Madeleine pénitente" de Laurent Pécheux au Monastère royal de Brou / © Franck Grassaud avec l'autorisation du Monastère de Brou "Marie Madeleine pénitente" de Laurent Pécheux au Monastère royal de Brou / © Franck Grassaud avec l'autorisation du Monastère de Brou

    C'est un tableau magnifique qui a pris place au Monastère royal de Brou en février 2017

    La "Marie Madeleine" de Laurent Pécheux remonte au 18e siècle.

     Laurent Pécheux, formé à Lyon et Paris, s'installe à Rome en 1752, puis à Turin en

    1777 où il est Premier Peintre du roi de Piémont-Sardaigne, également Duc de Savoie,

    et dirige l'Académie des Beaux-Arts.


    Cette huile sur toile montre Marie Madeleine à demi allongée dans la grotte de la Sainte-Baume en Provence,
    absorbée dans la contemplation amoureuse du crucifix. La pénitente offre une beauté solaire,
    avec son teint rose et sa légendaire chevelure dorée. On devine quelques larmes sur ses joues.
     
     

    Cette œuvre résonne particulièrement avec le monument de Brou, où s'exprime la dévotion de Marguerite
    d'Autriche pour Marie Madeleine. Elle la fait figurer à plusieurs reprises dans la statuaire et les vitraux de l'église.
     

     


    14 commentaires
  • https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a6/Portrait_of_a_Young_Man%2C_1853_by_Richard_Dadd.jpg

    Portrait de jeune homme (1853)

     

     

    Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

    Richard Dadd, Le coup de maître du bûcheron-magicien, 1855-1864, huile sur toile, 54 x 39 cm, Tate Britain, Londres
    Voir en grand

     Au milieu des herbes et des pâquerettes, de curieux petits personnages s’agitent autour d’un bûcheron.
    Cette peinture anglaise de la moitié du XIXe siècle pourrait passer pour une jolie illustration de contes pour enfants. Elle vient en réalité d’un asile...

    Le peintre, Richard Dadd, débute sa carrière artistique tout à fait normalement. Mais après un voyage en Orient, il sombre peu à peu dans la folie.

     

    https://c1.staticflickr.com/8/7057/6981565101_6e4daffe68_b.jpg

    Le coup de maître du bûcheron (1855)  une partie seulement du tableau

     

    Peintre anglais, il a  laissé une oeuvre onirique inclassable.

    Enfant, il traçait déjà des portraits saisissants de sa famille à l'aquarelle.

    Une de ses peintures a été achetée au Louvre en 1997, elle représente le sommeil enchanté de Titania.

    Il a été interné 42 ans après un parricide.

    A cette époque, on ne savait pas du tout soigner les schizophrènes mais il a pu continuer à peindre pendant son internement.

     

     

     


    17 commentaires
  •  

     

    Hier, dans le courrier, je reçois une invitation de la galerie" Art du Temps" à Cléon d'Andran dans la Drôme.

    Dès que je vois ce portrait, je reconnais l'auteur.

    Le vernissage aura lieu le 10 février et l'exposition sera ouverte du 8 février au 11 mars...

    J'espère bien pouvoir y aller.

    J'aime les couleurs, la tendresse qui se dégage de ses tableaux.

     

     

    Je vous ai déjà parlé d'elle à plusieurs reprises

    Si vous le désirez,  dans la colonne de droite, cliquer son nom sous rechercher et vous pourrez voir les articles antérieurs.

     

     

    "Je m'intéresse exclusivement à l'humain.

    Aux sentiments, aux sensations.

    C'est ce que j'essaie de poser sur le papier ou sur la toile.

    Mes personnages sont des ges gens ordinaires.

    Ils ont une vie comme vous et moi.

    Simple.

    Et ils éprouvent des émotions que j'essaie de capter grâce aux formes, aux couleurs

    et à la composition toujours très serrée autour du ou des personnages.

    Il y a peu de place pour autre chose dans mes tableaux."

                                        Chantal Roux


    12 commentaires
  • Laila Ajjawi : la street-artist bien décidée à faire bouger l'image des femmes en Jordanie


    En Jordanie - mais aussi dans d'autres pays arabes -  l'artiste Laila Ajjawi bombarde les murs de couleurs pour affirmer son féminisme.

    QUI EST-ELLE ?

    Laila Ajjawi est une jeune femme réfugiée, mais qui n'aime pas se laisser résumer par ces seuls termes. La jeune jordanienne d'origine palestinienne travaille pour une ONG la journée, et esquisse ses fresques "sauvages" à la nuit tombée, comme une supergirl des temps modernes.

    Avec son look jeans, baskets, hijab (voile) et masque sur le nez (pour se protéger des émanation de peintures), Laila - tout juste 25 ans - ne passe pas vraiment inaperçue dans les rues de Irbid, sa ville natale située à 20 kilomètres seulement de la frontière syrienne. Surtout quand elle s'adonne à sa passion, devenue sa revendication : le street-art.

    QUE FAIT-ELLE ?

    Artiste dans l'âme, Laila Ajjawi dessine, et peint depuis ses 5 ans et ses premiers pas à l'école. Le street-art, elle l'a découvert récemment et un peu par hasard, plus précisément l'année 2014, avec la réalisation de son premier graffiti destiné à une campagne féministe de l'art de rue au Moyen-Orient.

    La fresque "baptême" installée dans les rues d'Amman (la capitale de Jordanie) - une femme qui laisse voguer ses pensées au travers de rayons de couleurs pour que la société jordanienne puisse enfin la voir - est une allégorie artistique sur les voix des femmes qui sont étouffées et qui veulent désormais se faire entendre, mais surtout se faire voir.

     


    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique