• On peut parler beaucoup
    et meubler le silence 
    de mots vides et creux.

    On peut parler peu
    et chercher
    le mot clé
     le mot source.


    On peut se taire
    et parler avec les yeux
    et inonder
    le silence de lumière.

    On peut aussi parler beaucoup
    et dans l'abondance des mots
    chercher,
    creuser
    et trouver le mot juste.

    On peut aussi se taire
    et accroître
    les ténèbres.

    Un même mot peut ouvrir ou fermer.


    29 commentaires
  • "Et tu te hâteras d'admirer.

     

    Crains la nuit. Elle vient vite.

     

    N'aime pas . Adore.

     

    Au moins, tu vivras au sommet du bond.

     

    Cherche l'amplitude.

     

    Exige. Délire.

     

    Ne rêve plus. Invente-toi.

     

    Prends parti.

     

    Crie."               Jean Malrieu

     

     

     

    Peut-être certains se retrouveront-ils mieux dans le cri que propose Jean Malrieu et qui nous invite à l'urgence de vivre que dans celui de Paul Valet proposé il y a quelques jours

    Ou peut-on estimer qu'en des termes différents ils nous livrent le même message?

    Et puis,  peut-être aussi, à chacun son rythme et son pas.

    Mais quand même, écoutons les, ils ont quelque chose à nous dire.


    43 commentaires
  • Je peux être bavarde
    Je peux être silencieuse,cela dépend de mon humeur.

    Cela dépend surtout des gens qui sont en face de moi.
    Devant certaines personnes,mon cerveau se transforme soudain en grand entonnoir vide.

    Plus de connexions,les neurones sont gelés.Je n'ai plus de mots,donc je me tais.-

    D'autres,heureusement,n'exercent pas sur moi cet effet  réfrigérant.Le petit vélo fonctionne bien dans ma tête,mais ce dont j'aurai envie de parler,je sens que celà ne les interesse pas,donc je me tais mais eux peuvent parler,je les écoute avec intérêt,les remerciant en moi-même de ne pas exiger un échange-

    D'autres ne peuvent s'intéresser qu'à leur propre discours et s'étalent devant qui est là...sans souci d'être écoutés,ils s'écoutent si bien eux-mêmes.
    -ET avec d'autres,Dieu merci,ils existent...je sens les vibrations subtiles qui nous relient.Je les écoute et je peux parler...Et quelle joie de s'ouvrir et de voir l'autre s'ouvrir à nous...


    36 commentaires
  • Crier ou bien se taire

    ou bien parler calmement

    clairement

    doucement

    mais avec force et conviction

    si cela est nécessaire.

     

    Il est un temps pour toute chose

    et de hier à aujourd'hui

    le besoin diffère

    et parfois s'exaspère.

    Il est des cris muets

    Il est des silences destructeurs.

    Et c'est vraiment une grande misère

    que de n'avoir point de mots

    ou de ne point savoir quand c'est assez

    ou quand c'est trop.

    Une juste mesure vaut mieux que l'excès.

    Mais il arrive que crier soit l'exacte mesure

    pour réveiller les endormis

    et renverser les interdits.

     

    Il arrive aussi que le  silence,

    un silence ou un chuchotis attentif

    soit plus dérangeant que les cris.

    Il arrive qu'un sourire ouvre une brèche

    plus aisément qu'un hurlement.

    A chaque jour son cri, son silence ou son sourire

    ou ses mots doux.

    Il est un moment pour tout.

     

    Et merci infiniment pour tous vos commentaires. C'est après les avoir lus et relus que j'ai écrit ce texte en réponse.


    15 commentaires
  • " Criez bien sinon les paroles se retourneront et se déferont en lettres mortes

     

    Criez fort sinon le cri même restera dans le gosier étranglé

     

    Criez plus fort encore sinon personne ne  vous entendra et passera ignorant sur le trottoir de votre bouche

     

    Criez de toutes vos forces   elles ne sont plus en mesure de vous faire entendre et comprendre

     

    Criez  jusqu'à perdre haleine...Voyez déjà les autres qui chuchotent  à peine à peine

     

    Criez  pour vous rouler par terre... elle aura du mal à vous recueillir

     

    Criez afin que des maisons immenses on vous réponde avec peur

         avec peur absent absent

     

    Criez  jusqu'à la fin de votree cri..vous n'en pourriez plus... alors maintenant maintenant pendant que le temps est encore aux écoutes minimales

     

    Criez Criez...Malgré vous CRIEZ     Vous voyez vous éclatez de rage

       Convulsionnaire ...vite...vite

     

    LE HAUT MAL ne saura plus crier...LA FIN ne voudra plus crier"    PAUL VALET

     

     

    C'est un poème pour réveiller les endormis, ceux qui s'assoient à côté de leur vie, c'est un poème pour tous évidemment...J'avais découvert ce poème il y a longtemps et je le retrouve hier et il garde pour moi une force énorme...

     

    Paul Valet (1905-1987) a d'abord été pianiste, puis médecin...et écrivain


    32 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique