• D

    Des anges-oiseaux

    et une vache délurée

    qui s'apprête à batifoler

    et des papillons

    Tout un petit monde prêt à s'envoler

    à s'ébattre dans les prés

    ou dans les fossés

    Pourvu qu'ils n'emportent pas le courrier !


    5 commentaires
  • " Le monde est un arbre

    et nous sommes les feuilles

    de ses branches

    nous feuillons infiniment entre splendeur et souffrance.

     

    Chaque arbre

    ouvre à la plus haute qualité d'attention

    chaque arbre dit son infinie révérence

    à tout ce qui est.

     

    Chaque arbre

    écoute notre éclosion.

     

    Le monde est un arbre

    et nous sommes les feuilles

    de ses branches

    un arbre dressé

    qui regarde les veines du ciel

    un arbre perdu

    qui pousse au centre du monde

    un arbre  éperdu

    qui se couche lentement sur le lit du vent."  Zéno Bianu


    8 commentaires
  • Télécharger « Isabelle Guerra.pps »

     

     Peintre et religieuse,

    Elle commence à peindre à 12 ans, fait sa première exposition à 15 ans en 1963

    Elle entre au couvent à 25 ans.

    Elle va régulièrement  à Madrid exposer ses tableaux  et ils se vendent tous

    Résultat de recherche d'images pour "isabel guerra pintura"

     

     

     

     

    le regard intérieur

     

    01isabel_guerra_junto_a_su_obra_expuesta_en_el_patio_de_la_infanta_1438944643_907931

    Isabel Guerra avec son travail exposé en Mars 2015 au Patio de la Infanta de Saragosse

     

       Elle cherche à peindre ... « la beauté, la lumière, la bonté, la vérité et la beauté, avec des lettres majuscules, d'où émane toute beauté avec nous.
            Son travail contient un message d'espoir: « la beauté est possible, tout n' est pas perdu. »


    13 commentaires

  •    A l'intérieur de moi
       deux petites voix

    L'une dit: à quoi bon?
    A quoi ça sert tout ça?
    Faut que ça s'arrête!


         
    Et l'autre dit.: ah ! que c'est bon
        la VIE

    Quelle merveille,quelle joie
    Chaque jour est nouveau
    chaque jour nous étonne.



    L'une dit: ne bougeons plus,
    Attendons la fin.

    Et l'autre,  légère et papillonnante
    ne cesse de voltiger,
    de danser,  de s'émouvoir, de s'attendrir, de s'épanouir,
              d'inventer.

     

     Quand la première prend le dessus,                

    je m'enlise.

    Quand la seconde triomphe,

    tout devient simple et facile.



    Si je fais taire la première,

    si je lui déclare la guerre,

    quand je crois l'avoir vaincue

    la voilà qui se venge et m'assaille

    .

    Alors peut-être vaut-il mieux l'écouter
    lui dire qu'on l'a entendue
    la consoler avec des mots très doux,


    Lui dire aussi qu'elle se trompe
    qu'elle n'a pas besoin d'être aussi méchante
    et qu'elle ferait mieux de chanter en harmonie avec son double.


    11 commentaires
  •  

     

    " Un livre, c'est une hospitalité qui est offerte,

    une sorte d'abri que l'on peut emporter avec soi, où l'on peut faire retour,

    un refuge où résonne comme l'écho lointain de la voix qui nous a bercés,

    du corps où nous avons séjourné."

                      Michèle   Petit ( Eloge de la lecture)

     


    7 commentaires