•  

     

     

    "La mort tombe dans la vie comme une pierre dans un étang :

    d’abord, éclaboussures, affolements dans les buissons, battements d’ailes et fuites en tout sens.

    Ensuite, grands cercles sur l’eau, de plus en plus larges.

    Enfin le calme à nouveau, mais pas du tout le même silence qu’auparavant, un silence, comment dire : assourdissant."

                                                                                        
                                                                                           Christian Bobin

    16 commentaires
  • C'est un poème qui, depuis longtemps , m'enchante et m'habite

    C'est Mannick qui le chante.

    https://youtu.be/ZUgFNuDgDYo

     

    Quand j'étais petite fille je voulais

    des étoiles et des chemins comme jouets,

    des orages sur mes étés,

    des tempêtes sur mes sentiers,

    un grand ciel sauvage et blanc,

    des soleils et des torrents.

    On m'a donné une poupée.

    On m'a dit: surtout maintenant,

    ne joue plus les garçons manqués,

    reste auprès de ta maman.

    C'était dur d'être une fille,

    en ce temps-là, ma chérie,

    il fallait être gentille,

    ne parle pas, sois jolie.

    Oui, mais le monde a changé.

    Il ne faut plus écouter

    ceux qui t'empêchent de vivre et d'aimer.

     

    Dans l'histoire de mes dix ans,

    l'aventure est au coeur du vent

    qui soufflait sur notre vie, nos vacances et nos jeudis.

    On m'a dit: fini de rêver,

    laisse tes livres et tes chansons.

    Il fallait être gentille,

    ne parle pas , sois jolie

    Il faut coudre et repasser,

    il faut ranger la  maison.

    C'était dur d'être une fille, en ce temps-là, ma chérie, il fallait être gentille,

    ne parle pas, sois jolie.

    Oui, mais le monde a changé, il ne faut plus écouter

    ceux qui t'empêchent de vivre et d'aimer.

     

    Quand j'étais petite fille, je voulais

    des étoiles et des chemins comme jouets.


    17 commentaires
  •  

     

    Rétrospective Hervé Di Rosa au Touquet : 40 ans d'Art modeste en 50 œuvres

    Par Stéphane Hilarion @Culturebox
     

     

    50 oeuvres d'Hervé Di Rosa retraçant 40 ans de création de l'inventeur de l'Art Modeste sont exposées jusqu'au printemps 2019 au musée du Touquet-Paris-Plage

    50 oeuvres d'Hervé Di Rosa retraçant 40 ans de création de l'inventeur de l'Art Modeste sont exposées jusqu'au printemps 2019 au musée du Touquet-Paris-Plage

     

     

     

     

    Le musée du Touquet-Paris-Plage propose jusqu’en mai 2019 une grande rétrospective consacrée à l’artiste sétois Hervé Di Rosa, initiateur du mouvement de la figuration libre et inventeur du concept de l’Art Modeste.

    L’exposition revient sur quarante années de création retraçant la démarche artistique de ce peintre aux multiples facettes et à l'univers singulier.

    1978-2018. Quarante ans qu’Hervé Di Rosa bouscule le paysage artistique avec son univers décalé, ses personnages extraordinaires aux traits caricaturaux et ses œuvres aux couleurs éclatantes. Cinquante peintures sont présentées au Touquet, des dyptiques sur carton de ses débuts aux grands formats, en passant par une sélection d’œuvres autour de ses séries, les "Deux vagabonds", les "Renés", ou encore de son célèbre cycle "Autour du Monde" débuté en 93.

    Reportage : C. Sala / G. Hayaert / F. Defrance

     

     

    Figuration libre et Art modeste

    Hervé di Rosa est un des emblèmes de la Figuration libre. Ce mouvement pictural, initié avec son ami Robert Combas dans les années 80, trouve ses influences aussi bien dans la bande-dessinée, les comics, le rock et l'illustration que chez les publicitaires naïfs africains, Miro, Picasso ou dans l'art brut de Dubuffet, tout en dénonçant avec humour et une certaine dose de provocation, les travers de la société. En France, outre Di Rosa et Combas, Rémi Blanchard, François Boisrond et Louis Jammes sont les figures de proue du mouvement qui trouvent en Basquiat et Keith Haring leurs alter egos américains.

    Hervé di Rosa a fondé en 2000 le Musée International des Arts Modestes (MIAM) à Sète.

    Rétro Di Rosa 1978-2018 Le Touquet  
     

     Un peu interloquée en découvrant l'oeuvre de Hervé di Rosa, mais cela éveille ma curiososité, me donne envie de connaître un peu mieux cet  artiste et le monde étrange qu'il nous offre à regarder.


    16 commentaires
  •   

     Un ami me fait suivre un article, je vous le fais passer ci dessous : 

    Ma cousine a épousé un arboriculteur - maraîcher qui a sa grande propriété dans la vallée du Rhône . 
      Il cultive sur plusieurs hectares des choux fleurs et d'autres légumes, et
     également sur plusieurs hectares des citrouilles qu'il vend uniquement à des confituriers.

    Vous vous demandez pourquoi les confituriers achètent des citrouilles , eh bien pour en faire de la confiture mélangée avec des abricots ! et ils peuvent écrire en toute légalité sur les pots "pur sucre , pur fruit ". 

    Mon cousin cultive aussi des pêchers d'une espèce particulière dont les fruits sont achetés par les confituriers (toujours eux) pour fabriquer les "pêches au sirop",  que vous trouvez dans toutes les épiceries et grandes surfaces . 
    Dans les boîtes ,les pêches
     sont partagées en deux et évidemment pelées ; mais comment faire pour peler des tonnes de pêches ??????? 
     

    C'est très simple: on les trempe dans de l'acide et une fois la peau détruite , on rince bien .

    Mon cousin qui m'a raconté cela , était un peu choqué par les méthodes de ses clients , mais après tout , il n'est pas responsable de la façon dont ses productions sont traitées après vente . . . 

    Heureux ceux qui ont un jardin !! qu'ils cultivent ( Personne n'en a rien à "" Fiche " de notre santé , ils nous attendent à l'hôpital pour nous euthanasier !!! ) 

    Pour donner de la véracité à ce qui suit, il faut savoir que pour faire blanchir le cœur d’une salade, il faut le cacher de la lumière.

    Les vrais jardiniers utilisent, un pot de fleur, une planchette, une coupelle, une assiette 

    Imaginez un maraîcher qui a 2000 salades à vendre en même temps ! Comment fait-il ?

    On marche sur la tête, vraiment. On ne recule devant rien pour faire du fric ... 

    Suite ce que m'a dit une personne aujourd'hui concernant le fait de verser du désherbant pour blanchir les salades, je ne l'ai crue qu’à moitié et après une rapide recherche sur Google je suis tombé sur le cul ! 

    Qu’elle est belle cette scarole au cœur jaune-blanc que l’on trouve au rayon des légumes ! 

    Pourtant, les jardiniers savent que ce n’est pas facile d’obtenir ce cœur clair, même en retournant un pot de fleur sur la salade une semaine avant la cueillette pour que l’absence de lumière la blanchisse. 

    Un ami qui travaille chez un maraîcher raconte: la solution de ce maraîcher pour blanchir la scarole est simple: un léger coup de désherbant sur la salade juste au moment de la commercialisation.

    Oui, vous avez bien lu : un désherbant 

    Et si cette pratique était courante ?. 

    En en parlant autour de moi, je me suis rendu compte que les producteurs de pommes de terre de mon secteur faisaient une opération similaire: au lieu de s’emmerder à faucher les fanes qui poussent avec les pommes de terre, ils traitent le champ avec un «défanant» ( qui n’est autre qu’un désherbant )  une semaine avant la récolte.

    Et tous les résidus se retrouvent dans notre assiette. 

    L’augmentation alarmante du nombre de cancers en est un. 

    Le sujet des pesticides et de l’ensemble des produits phytosanitaires en est un autre. 

    Notre société sait qu’il y a corrélation entre les deux, mais l’ensemble des pouvoirs publics et des médias préfère fermer les yeux. 
      

    Pourtant, les légumes qui sont à l’étalage ont l’air bien honnêtes, bien mignons et bien proprets, bien rassurants en tout cas. Peut-être un peu trop justement.


      

    Les cancérologues de Besançon conseillent de ne manger que des légumes de son jardin ou des légumes dont il est sûr de la provenance. 

    La profession médicale doit certainement savoir des choses … 

    Nul doute que l’utilisation de produits phytosanitaires est une bombe à retardement et que tout ça est en train de nous sauter en pleine tête, comme le montre l’exemple des bananes de la Martinique. 
     
    Cela me fait penser à un propos de Pierre Rabhi lors de sa conférence à Besançon: 

    Et si, avant un repas, au lieu de se dire " Bon appétit" on se disait plutôt " Bonne chance "

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    16 commentaires
  •  

    Il y a longtemps que je ne vous avais pas présenté de nouvelles boîtes aux lettres.

    Celle-ci m'a été envoyée par un ami.

    J'aime cet oiseau devenu facteur ou ce facteur devenu oiseau...

    On ne sait dans quel sens va la métamorphose...


    12 commentaires