•  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

     

    http://mediation.centrepompidou.fr/education/ressources/ENS-villegle/images/xl/V31.jpg

    Jacques Villeglé, Rue René Boulanger - Boulevard Saint-Martin, 1959, affiches lacérées marouflées sur toile, 293 x 430 cm, Collection Mamac, Nice © ADAGP Paris, 2019

     

    Jacques Villeglé, né le 27 mars 1926 à Quimper, est un plasticien et peintre français.

    Il étudie la peinture et le dessin à l'école des beaux-arts de Rennes où il fait la connaissance de Raymond Hains (1945), avec qui il liera une complicité définitive. Il travaille quelque temps chez un architecte, où il se familiarise avec les questions d'urbanisme et d'espace public, avant d'étudier l'architecture aux beaux-arts de Nantes (janvier 1947-décembre 1949). Dès 1947, il se met à récolter à Saint-Malo des débris du Mur de l'Atlantique, qu'il regarde comme des sculptures

     

    En 1960, Jacques Villeglé participe à la signature du manifeste du Nouveau Réalisme, créé par le critique d'art Pierre Restany. Jacques Villeglé est de ceux pour qui le monde de la rue est un tableau permanent, écrit Pierre Restany. Par le jeu des fragments de lettres et le lyrisme des couleurs, les recompositions d'affiches lacérées de Villeglé font preuve d'un sens esthétique singulier.
     

     

    Je suis attirée par la singularité de cet artiste.  Je ne sais pas si j'aime vraiment

     

     
     .


    9 commentaires
  •  

     

     

       Entre le silence et la parole

                                                                                            Entre eux

                                                                                             longtemps

                                                                                             un silence épais

                                                                                      de peur et de cris mêlés

                                                                                       de cris étouffés

                                                                                au tréfonds le plus profond

     

                                                                                             Et soudain

                                                                                          un souffle léger....

                                                                                        Une parole ose se dire

                                                                                  et rencontre un coeur ouvert

                                                                                        une oreille attentive.

                                                                                        Lui se cache derrière

                                                                                             une gaudriole

                                                                                         une plaisanterie loufoque

                                                                                              mais il entend,
     

                                                                                                    Il écoute

                                                                                                     et elle,

     

                                                                                                     elle voit

                                                                                                      son âme

                                                                                                      qui sourit

                                                                                                      et elle répond

                                                                                                      à son sourire.


    9 commentaires
  • Les êtres humains sont merveilleux.

    ( C'est parfois une sensation  qui vous traverse

    dans des moments de fulgurance.

    Parfois aussi c'est la sensation contraire qui vous envahit.)

     

    Pour chacun, il faut trouver la clé,

    comprendre quel sentiment l'anime

    et quelle étoile le guide.

    Il devient simple alors

    d'offrir à chacun

    L'ambiance qui le fera éclore;

    Ainsi à quoi bon se révolter

    contre les criailleries de l'angoissé.

    Ce n'est pas contre vous qu'elles sont adressées.

    il suffit pour les faire cesser

    d'offrir un visage serein et apaisé,

    de rassurer par une tendresse redoublée

    celui qui vous pourfend de ses cris

    et le voilà qui, comme par magie,

    se  détend et voit son ciel bleuir et rosir de plaisir

    et de tyrannique et intempestif qu'il était

    le voilà que délivré de sa peur,

    devient tendre comme du bon pain

    et ce qu'il refusait avec ardeur

    le voilà qu'il le propose lui-même comme une évidence.

    Il faut être simple, encore plus simple.

     

     

    C'est un texte que j'ai écrit en 1993, je ne serai pas capable de l'écrire maintenant, je voudrai bien retrouver cette confiance et cet optimisme


    8 commentaires
  • "" Et si l'essentiel d'une vie consistait à accueillir l'ébranlement, la secousse, le dérangement causé par l'autre?

                                     Christiane Singer

    Lisant cette phrase, je me dis que si l'on est arrivé à ce stade là, on vit vraiment la tolérance dans toute sa beauté

     

    Il faut toute une vie pour élargir son coeur, ses opinions, pour conquérir sa liberté spirituelle."

                                                            Jean  Sulivan

    ça sert à ca: vieillir, ça sert à devenir plus tolérant.

     

    " Bienveillante envers l'humanité entière, elle vivait en bonne intelligence avec des êtres qui se définissaient  à l'envers d'elle car elle ne les jugeait pas."

                                                          Eric-Emmanuel Schmitt ( Odettetoutlemonde)

    En voilà une qui vit le tolérance, cette  Odette est un modèle.

     

     

     


    10 commentaires
  •  

     

     

     


    Les prénoms de Paris
    Le soleil qui se lève
    Et caresse les toits
    Et c’est Paris le jour
    La Seine qui se promène
    Et me guide du doigt
    Et c’est Paris toujours
    Et mon cœur qui s’arrête
    Sur ton cœur qui sourit
    Et c’est Paris bonjour
    Et ta main dans ma main
    Qui me dit déjà oui
    Et c’est Paris l’amour
    Le premier rendez-vous
    A l’île Saint-Louis
    C’est Paris qui commence
    Et le premier baiser
    Volé aux Tuileries
    Et c’est Paris la chance
    Et le premier baisé
    Reçu sous un portail
    Et c’est Paris romance
    Et deux têtes qui se tournent
    En regardant Versailles
    Et c’est Paris la France
     
    Des jours que l’on oublie
    Qui oublient de nous voir
    Et c’est Paris l’espoir
    Des heures où nos regards
    Ne sont qu’un seul regard
    Et c’est Paris miroir
    Rien que des nuits encore
    Qui séparent nos chansons
    Et c’est Paris bonsoir
    Et ce jour-là enfin
    Où tu ne dis plus non
    Et c’est Paris ce soir

    Une chambre un peu triste
    Où s’arrête la ronde
    Et c’est Paris nous deux
    Un regard qui reçoit
    La tendresse du monde
    Et c’est Paris tes yeux
    Ce serment que je pleure
    Plutôt que ne le dis
    C’est Paris si tu veux
    Et savoir que demain
    Sera comme aujourd’hui
    C’est Paris merveilleux
     
    Mais la fin du voyage
    La fin de la chanson
    C’est Paris tout gris
    Dernier jour, dernière heure
    Première larme aussi

    Et c'est Paris la pluie.     JACQUES BREL


    10 commentaires