• A toi je peux tout dire
    Et il a rapproché sa chaise
    Je vais te faire une confidence :
    Parfois je suis faussement gentil
    je soigne mon apparence
    c'est de l'esbrouffe
    c'est pour en mettre plein la vue
    et continuer mes manigances
    par dessous
    Je me suis fabriqué
    une gentillesse bonhomme
    et sympathique.
    J'ai un ami
    très riche et très bourgeois
    Lui, il s'est fabriqué une simplicité
    il fait semblant
    de se prendre pour n'importe qui
    de saluer le plus humble
    ou le plus fat
    comme s'il était son égal.
    Moi je fais semblant d'être gentil
    et totu le monde s'y trompe
    même moi parfois.

    Seulement dans le brouillard
    où je navigue
    en recherche d'absolu
    en recherche de nudité
    d'authenticité
    seulement je le sais bien
    ceux qui me tiennent à coeur
    ceux qui m'habitent
    avec eux parfois je crie
    avec eux j'ai des conflits
    je ne peux plus être gentil
    ils ne me sont pas indifférents,eux.
    Le lien qui nous lie
    est vivant et se métamorphose
    sans cesse
    et chaque jour risque de se rompre
    et chaque jour se fait plus fort.


    10 commentaires
  •  Pour ceux qui recherchaient la photo de la dame à sa fenêtre,la voici! (article du 14 octobre),elle a mis un peu de temps pour arriver ici mais il ne faut jamais désespérer de rien.


    8 commentaires
  •   C'était à n'y pas croire...
      Il aurait dû être mort,sa voiture s'était encastrée dans un camion et on l'en avait retiré indemne,avec  seulement quelques contusions.
      Pourquoi la camarde ne l'avait-elle pas emportée? Sa présence était-elle donc si nécessaire sur terre et ce qu'il avait à faire,personne ne pouvait-il le faire à sa place?
      Alors,petit flocon parmi les autres,il s'était promis
    de réchauffer de son soleil tous les ciels gris qu'il ren contrerait,
    de ne plus s'inquièter des résultats de son action,
    de ne plus se décourager quand il n'avait pas réussi,
    de ne plus s'attrister si les autres ne songeaient pas à remercier.
      Il était détaché et d'autant plus aimant que son amour était gratuit,sans la moindre attente.
      Depuis qu'il avait frôlé la mort,il n'avait jamais été aussi léger,aussi libre,aussi rayonnant,aussi amoureux de la Vie et de tous les êtres vivants.


    14 commentaires
  • Il avait toujours été ainsi,prêt à croire aux mirages,il ne changerait donc jamais.
    iI lui fallait s'éprendre d'un être qui devenait pour lui symbôle de liberté créatrice,de plénitude et d'enthousiasme.
    Il était alors prêt à le suivre aveuglément,quelques soient ses déviances,ses excentricités et les injustices qu'il pouvait commettre à son égard comme à celui des autres.
    Passionné par son art,il était prêt à ramper,à s'humilier, à se compromettre pour pouvoir suivre celui ou celle qui lui permettrait,pensait-il, de vivre l'extase...d'aller plus loin dans sa création...
    Au dieu créateur,il pouvait tout sacrifier:famille'amis,travail,plus rien ne comptait...
    Mais le chant des sirènes conduit toujours à la destruction...La création,elle,appelle à la vie...
    Devra-t-il toute sa vie croire aux mirages?


    9 commentaires
  •   Quand je l'ai rencontré pour la première fois,il y a plus de trente ans,il avait une seule idée en tête : trouver une femme et l'épouser,la faire sienne et rompre cette solitude qui lui pesait...
      Aujourd'hui,des amis me parlent de lui: ce pauvre garçon n'a pas changé.Plus que jamais,car le temps presse désormais,il ne songe qu'à trouver la compagne de sa vie.C'est devenu une obsession qui tourne au délire,il est persuadé que tous les êtres qui vivent seuls n'agissent que dans cette seule intention.A chaque fois,il se heurte à leur incompréhension.Il interprête comme une avance le moindre intérêt,la moindre invitation ou conversation qu'une femme lui accorde...Et chaque fois il espère,et chaque fois il est déçu et vitupère contre la légèreté féminine.
      Trente ans d'échec ne lui ont rien appris: il se précipite sur celle qu'il convoite sans prendre le temps de vraiment faire connaissance et la belle s'enfuit avant que l'étau ne se resserre.
      Qui le fera sortir de sa coque ?


    17 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique