•   Elle était hypersensible.

    Elle avait des radars partout et ce qu'il y avait dans votre tête, elle le savait ; Inutile de faire semblant, de prononcer les mots attendus s'ils ne venaient pas en ligne directe du coeur.

    Et justement, c'était dans ses moments douloureux où l'autre était tenté de décorer la réalité de couleurs plus gaies tant il était effaré de voir son visage béant se refermer comme une plaie...C'était dans ces moments-là qu'elle devenait extra lucide et d'une perméabilité extrême à toutes les nuances de vos sentiments et de vos changements d'humeur.

      Non, inutile de la tromper, elle souffrirait d'autant plus qu'on avait désiré l'épargner. C'était tout à son honneur : elle refusait de vivre de leurres mais son intransigeance vis à vis d'elle-même était telle qu'elle se refusait parfois jusqu'au droit de respirer et d'accepter la place que ses amis désiraient lui accorder .

      Qui sait si l'air que nous respirons n'est pas lui-même source d'illusions?


    24 commentaires
  • Mathilde,petite fille fragile
    pas tout à fait comme les autres,
    tu vas ton bonhomme de chemin,
    tout doucement.
    Tu progresses
    sans rien perdre de ta naîveté,
    dans ce monde en délire
    qui,dans sa rapidité,
    oublie de se dire
    que la vie est faite pour aimer.
    Tu es là pour nous le rappeler.
    tu vas vers l'autre 
    que tu rencontres pour la première fois
    comme s'il était ton frère ou ta soeur,
    ton père ou ta mère.
    Tu lui donnes la main
    et tu lui dis: tu es très gentil,
    tu es très sympathique.
    Tu lui dis encore:
    je t'inviterai pour mon mariage,
    et en quelques mots,
    tu lui donnes un tableau idyllique
    de ce temps où tu seras grande
    et d'où seront bannis,
    bien entendu;
    toutes les misères.
    Tu ne sais pas
    tout ce qu'ils savent,les autres;
    mais tu sais 
    que la vie ,c'est le partage,
    et tu demandes à chacun
    ,cette part d'amitié,
    sans laquelle
    tu ne saurais respirer.


    20 commentaires
  • ""Plus j'avance en âge et plus je constate que la plupart des gens sont totalement immatures"

    me disait un ami. Et disant cela, il n'en éprouvait aucune supériorité même si , pour sa part, il pensait agir  génèralement  en être réfléchi et conscient.

    Non, ce qu'il éprouvait c'était plutôt une  grande lassitude, une grande déception...Car c'était toujours avec une immense curiosité et une grande confiance qu'il entrait en contact avec les autres, qu'ils soient riches ou pauvres, connus ou inconnus, et quelque soit leur milieu social...De l'être qui était , en face de lui, il espérait, il attendait le meilleur et parfois de l'attendre, de l'espérer, parfois le meilleur naissait...

      Mais souvent, il était déçu et découvrait, ébahi, les calculs égoïstes de celui qu'il avait cru génèreux, le manque de perspective de celui qu'il imaginait clairvoyant, la violence et l'entêtement de celui qui offrait un visage lisse et avenant...Et chaque fois, il souffrait de sa déconvenue...Il aurait tant aimé vivre entouré d'hommes  debouts, fiers et  tendres aussi..

      Ce qu'il n'avait peut-être pas encore compris, c'est que tous,il nous arrive parfois d'être immatures et d'avoir des réactions parfois  un peu incompréhensibles pour notre entourage...Il suffit que les évènements, les gestes ou les mots prononcés viennent toucher l'endroit précis où notre blessure intérieure saigne...Et voilà que nous perdons tout sens commun, toute largeur d'esprit, toute capacité de compréhension et voilà que nous condamnons, que nous rejetons, que nous nions l'évidence sans aucune vergogne...Et tous les discours de nos amis n'y changeront rien...et nous resterons aussi imperméables à tout raisonnement tant que nous n'aurons pas identifié notre blessure, tant que nous n'aurons pas compris ce qui se passe au plus profond de nous

      Et les autres diront: "Pourquoi est-il si immature?"


    57 commentaires
  • Il est des gens silencieux

    et leur silence les auréole de mystère
    mais dès la première approche
    ils étonnent par leur transparence
    ils inquiètent même
    Vivre sans masque,est-ce donc possible?

    Il est des gens bavards,
    on les croit sans mystère
    mais leurs mots cachent un secret
    dont l'aveu serait mortel
    Ils prennent le masque de l'authenticité
    pour mieux cacher leur imposture.
    On les  croit reposants.
    Ils sont retors et charmeurs
    et tout au fond d'eux-mêmes
    ils tremblent.
    Jusques à quand les autres seront-ils dupes?

     

    Il est des gens qui restent flou
    et prennent parfois le masque de la méfiance
    pour occulter leur candeur naturelle
    et de naïfs qu'ils sont
    paraissent pleins de duplicité
    dans le regard d'autrui.

    Il est des sirènes qui enjolent
    et le soir pleurent et quémandent
    pour échanger leur queue de poisson
    contre un modeste foyer à chérir;
    On les croit triomphantes,
    étincelantes et orgueileuses,
    elles rêvent d'une vie ordinaire.

    Il est des êtres observateurs et sensés 
    Qui embrassent le monde entier
    dans leurs réflexions critiques.
    Ils paraissent stables et mesurés
    mais une étoile en papier d'argent
    poussée par le vent 
    les entraîne et détruit leur équilibre.
    Le mât semblait solide et droit
    mais il était rongé à l'intérieur.

    Pauvres de nous,mal aîmés,mal compris,nous le sommes.
    restons modestes et fiers,
    le coeur et les yeux grand ouverts


    21 commentaires
  • -Il est incroyable , mon homme, me dit-elle en riant,

     mais derrière le rire je sens le découragement .

     

    Sa fille le lui a dit par deux fois et Elle  lui a dit elle aussi

     mais aux innocents les mains pleines, il n'a vraiment rien entendu...

    Pourquoi et depuis quand devrait-il entendre ce qui ne lui convient pas?

    Pourquoi et depuis quand devrait-il  voir, devrait-il comprendre ce qu'il n'agrée point?

    Cet homme , il a choisi de durer et de durer dans la tranquillité.

    Un demi sommeil lui convient mieux que la lucidité.

    Il évite ainsi d'être angoissé et stressé.

     

    Ainsi tout est pour le mieux.

    Et disparaît dans le gouffre de l'oubli

    tout ce qui lui cause quelque ennui.

    Mais ne désespérons point

    Son horizon intérieur s'élargit

    à petits pas de fourmi.

    Il a donc raison, cet homme,

    de vouloir devenir vieux

    et d'éviter ce qui par trop l'émeut.


    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique