•  

     

     

    Les feuilles quittent l’arbre, par Gérard Bocholier

    Les feuilles quittent l’arbre
    Peut-être pour mieux vivre
    Pour sentir d’autres souffles
    Tenter d’autres lumières

    Retrouver leur demeure
    De terre et de mémoire
    Sans rien perdre du ciel

    J’écrivais des poèmes
    Serait-ce un peu pareil ?

    Gérard Bocholier

    J’appelle depuis l’enfance, La Coopérative, 144 p., 16 €.


    16 commentaires
  • À ceux que mon cœur aime
    et dont il se souvient,
    à ceux qui m’ont aimé
    une fois seulement
    dans ce passage étroit
    entre nuit et lumière,

     

    quelle autre voix déjà
    presque muette en moi
    murmure-t-elle encore
    à l’oreille de personne :

     

    « Merci, chers compagnons
    des rires et des larmes,
    merci, les mains tendues,
    et puis : adieu, adieu – ».

     

    Claude Vigée

     

     

     

     

     

     

    Claude Vigée nous a quittés le 2 octobre à l’âge de 99 ans. Immense poète, il n’avait cessé de confronter sa vie, les tourments de l’existence et les deuils éprouvés à la parole. Celle de la Bible, lui, le juif alsacien qui se passionna pour la figure de Jacob luttant avec l’ange. Celle du poème, parole intime au cœur de cette drôle d’expérience qu’est notre humanité. « La poésie n’est pas un état d’âme ; c’est une action de l’âme », disait-il (lire La Croix du 6 octobre). Il résumait d’une formule l’arme incandescente qu’était pour lui l’écriture. Une arme contre les peines, lucide sur leurs persistances, inquiet sur les risques de l’oubli. Une arme pour la joie, dont celle de transmettre cette puissance formidable pour braver nos tempêtes. Sa poésie, longtemps, maintiendra l’éclaircie.

     

     

    Retrouvez ce poème dans La Croix L’Hebdo du 9 octobre 2020.

     

     


     


     

     


    13 commentaires
  •   On m'envoie cette affiche.

    Je la trouve pleine d'humour.

    On en a bien besoin en ces temps difficiles.

    Alors , je la partage avec vous

     

    ( Il manque le "r" de  organiser, mais vous l'avez deviné, je pense )


    8 commentaires
  •  

     

     

               

     

    Elle vient des sables d'Olonne, du quartier de l'île Penotte;

    Je remercie les amis qui me l'ont envoyée


    16 commentaires
  •      David HockneyDavid Hockney en Normandie, le 20 mai 2020

     

     

     David Hockney, connu pour ses peintures de piscines de Californie, est installé depuis deux ans en Normandie où il a suivi le cycle de la nature dans des dessins et peintures qui sont exposées à la galerie Lelong à Paris.

     

    Pommiers en fleurs, maisons à colombages et prés verdoyants : trois ans après une rétrospective présentée au Centre Pompidou, à la Tate de Londres et au Metropolitan de New York, David Hockney, 83 ans, est de retour sous les cimaises avec de nouvelles oeuvres célébrant le printemps en Normandie, exposées à la galerie Lelong à Paris (jusqu'au 23 décembre 2020).

    Figure majeure du pop art, célèbre pour ses oeuvres gaies et colorés, l'artiste britannique qui s'est fait souffler l'an dernier par Jeff Koons le titre d'artiste vivant le plus cher du monde, a quitté sa villa de Los Angeles pour vivre désormais dans une ancienne ferme normande au coeur du Pays d'Auge, après un coup de foudre pour la région en octobre 2018, alors qu'il était venu revoir la tapisserie de la Reine Mathilde à Bayeux.

     

    David Hockney, \"The Entrance\" 2019, Acrylique sur 2 panneaux (91,4 x 121,9 cm chacun) 91,4 x 243,8 cm


    16 commentaires