• Cette nuit, un superbe orage

    Mais ce matin, le soleil brille...

    Une ballade est prévue, quelques voisins se rassemblent, d'autres viennent de plus loin pour retrouver les amis marcheurs...

    Et moi, je ne peux y participer : des ennuis pulmonaires, un genou douloureux...je dois me contenter de ballades plus  courtes

    Je suis un peu triste de les voir partir...Puis je me dis qu'il ne dépend que de moi de passer une bonne journée malgré tout..

    Je fais un gâteau...

    Je m'installe au soleil avec un livre...

    Je suis un oiseau dans son vol...Après s'être perchée à la cime d'un if, le voilà qui volette dans des arbustes...

    Je me réjouis sous la caresse du soleil et du vent, ce vent qui, ce matin, était tout tendre et léger...A présent, il est moins agréable,plus violent...

    Je me réjouis de ce bon café que je me suis préparée et dont la saveur demeure dans ma bouche et c'est un délice...

    Tout à l'heure, j'irai ranger mon bureau,mettre le courrier à jour, éliminer les papiers inutiles...Ce sera comme un jeu...Quand la maison est bien ordonnée, il est plus facile de demeurer serein...

    Oui, la journée est belle malgré la déception du matin


    9 commentaires
  • bonheur du jour

    * Hier, dans mon jardin, je découvre une rose qui venait d'éclore..petite et bien épanouie mais cachée dans un recoin...

    Je la cueille et la dépose dans un joli vase sur la table de la cuisine.

    Là, elle a tout le loisir d'être admirée...Je lui souris chaque fois que je la regarde.

     

    Et puis je prends le chemin qui part de notre maison...J'ai la joie de me découvrir marchant allègrement, oui cela m'arrive, et presque sans fatigue, ce qui, ces jours derniers, frôlait l'impossible à cause d'un genou douloureux...Et c'est vraiment une joie  très douce  de retrouver un corps serein.


    15 commentaires
  • Le psychanalyste québécois Guy Corneau explique : « j’ai été touché régulièrement et de plus en plus gravement par la maladie. La maladie est une compagne fidèle qui m’a permis à chaque fois de goûter à la richesse et à la simplicité de la vie et m’a permis d’intensifier mon rapport avec la vie »

     

    Je lis ces lignes de Guy Corneau et je me dis que j'ai encore du chemin à faire pour pouvoir en dire autant et accepter tout ce qui survient dans ma vie comme autant d'expériences qui peuvent devenir positives, si on le veut bien...

    Mais nous progressons chaque jour, du moins je l'espère... alors goûtons " à la richesse et à la simplicité de la vie"...Guy Corneau sait de quoi il parle....Il nous faut croire que chaque épreuve peut nous grandir


    16 commentaires
  • <iframe src="http://www.francemusique.fr/player/export-reecouter?content=120559" width="481" frameborder="0" scrolling="no" height="137"></iframe>

     

     

    Ce matin, en déjeunant, j'écoute France Musique, j'écoute rarement la radio dès le matin, mais j'ai été bien inspirée...

    L'invité de marque de la journée est Renaud Capuçon, le célèbre violoniste.

    Il fête aujourd'hui ses quarante ans.

    Il parle  de ceux qu'il a admirés et qui nous ont quittés.

    A un moment, on entend la voix de Yehudi Menuhin qui nous dit jouer de la musique  pour

    "donner de la voix à ce qui n'a pas de voix"

    et je me dis que nous devrions tous avoir cette intention dans notre  tête.

    Tant d'êtres humains passent sans avoir jamais été entendus, sans avoir pu exploiter les dons qui étaient les leurs, sans en avoir profité et sans que les autres aussi en profitent.

    Tant de gâchis !  

    Alors qu'il suffirait parfois d'un sourire , d'un mot, d'une musique, d'un rien pour qu'il ose montrer ce qu'il est, pour qu'il se sente accepté

     


    18 commentaires
  • Il  téléphone.

    " Meilleurs voeux, me dit-il, puis il ajoute : c'est bien cela qu'il faut dire  en ce moment de l'année mais c'est une convention...Pour moi, l'année 2015 s'est terminée et elle a été stérile, elle ne m'a rien apporté de nouveau et 2016 se poursuit et ne m'apportera rien probablement..."

    Ces paroles m'attristent, j'ai tant de fois tenté de lui exprimer ce que je ressentais face à son pessimisme désabusé que je n'ai plus le courage de le faire...Ses amis ont fait de même sans plus de succès...J'ai parfois l'impression qu'il est heureux d'être malheureux...Au moins cela prouve que son raisonnement est juste...

    Pour moi, certes, les jours se succèdent, tout ordinaires, certes et sans prétention mais malgré les maux de tête, la toux persistante.... que de bonnes choses  me parviennent...L'autre soir, un spectacle de danse magnifique :  It danza...Des élèves de l'école de danse de Barcelone nous ont offert un moment merveilleux de grâce infinie...Que de travail, que de douleur pour arriver à une telle souplesse et une telle harmonie...Et quel bonheur cependant pour eux et pour nous !  A la fin du spectacle, chaque danseur est parti dans la salle et a invité un spectateur à venir le rejoindre sur la scène...Et le spectacle est demeuré harmonieux même avec ses danseurs improvisés, il y avait parmi eux une jeune handicapée et elle rayonnait tellement de joie de se trouver là sur la scène qu'on oubliait son handicap et qu'on se réjouissait avec elle.

     

    Le lendemain matin , la visite inattendue d'un jeune ami que je n'avais pas vu depuis plusieurs mois...

     

    L'après midi, une promenade au bord du Rhône avec une amie.

     

    Le soir, devant un feu de cheminée, j'écoute "La grande Librairie"

    Entre autres, il y a Alexandre Jollien, ce philosophe grandement handicapé qui, malgré ses difficultés de loceomotion et d'expression,  ose  être lui-même ...Lui qui aurait eu tant de raisons de se lamenter et se plaindre de la vie, il a su se construire avec ce qui lui était donné...Lui qui , à dix ans, n'arrivait pas encore à marcher et à parler distinctement, qui aurait pensé qu'il deviendrait écrivain, philosophe, père de famille ?

     

    Bien sûr, tout au long de la journée , il y a eu aussi des moments de contrariété, d'énervement...IL ne s'agit pas de les oublier, ils sont là, et parfois bien encombrants...mais simplement on peut les laisser à leur juste place et ne pas leur donner plus d'importance qu'ils ne le méritent.

     

    Je me dis que chaque soir, je vais noter les bons moments de la journée, m'en réjouir une seconde fois.


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique