•  

     

     

     

     

     

     

     

     

    Henri Matisse né le 31 décembre 1869 au Cateau-Cambrésis, et mort, le 3 novembre 1954, à Nice, est un peintre, dessinateur, graveur et sculpteur français.

    Figure majeure du XXe siècle, son influence sur l'art de la seconde partie du siècle est considérable par l'utilisation de la simplification, de la stylisation, de la synthèse et de la couleur comme seul sujet de la peinture, aussi bien pour les nombreux peintres figuratifs ou abstraits qui se réclameront de lui et de ses découvertes. Il fut le chef de file du fauvisme.

    De Pablo Picasso, qui fut son ami et le considérait comme son grand rival, à Andy Warhol qui « voulait être Matisse », tous les peintres du XXe siècle ont été confrontés à la gloire et au génie de Matisse.

    Henri Matisse naît le 31 décembre 1869 au Cateau-Cambrésis en France, fils d’un marchand de grains. Sa mère est peintre amateur. Après la guerre franco-allemande, en 1871, la famille déménage à Bohain-en-Vermandois où Matisse passe sa jeunesse. Il commence sa vie professionnelle comme clerc de notaire chez maître Derieux à Saint-Quentin. À 20 ans, à la suite d'une crise d'appendicite, il est contraint de rester alité pendant de longues semaines. Grâce à un voisin et ami peintre amateur, Léon Bouvier, Matisse découvre le plaisir de peindre. Sa mère lui offre une boîte de peinture. Il réalise ses premières œuvres, plus particulièrement un Chalet suisse, chromo reproduit dans les boîtes de peinture en vente à l'époque, dont Henri Matisse peindra une copie, qu'il signera « Essitam ».

    Dès son rétablissement, tout en réintégrant l'étude, il s'inscrit au cours de dessin de l'école Quentin-de-La Tour destinée aux dessinateurs en textile de l'industrie locale.

    Il peint son premier tableau, Nature morte avec des livres, en juin 1890.

    Peu après, il se rend à Paris. En 1892, Matisse rencontre Albert Marquet à l'École des Arts déco puis s'inscrit en 1895, à l'École des beaux-arts, dans l'atelier de Gustave Moreau. L'enseignement du maître encourage ses élèves à penser leur peinture, à la rêver, au-delà de la virtuosité technique. Matisse, comme ses condisciples, Georges Rouault, Léon Lehmann, Simon Bussy, Eugène Martel, Albert Huyot ou Henri Evenepoel, est stimulé par cette conception de la peinture et entend développer la sienne selon son individualité. Gustave Moreau, lors d'une correction, lui dit : « Vous allez simplifier la peinture. »

    Cette prophétie peut être considérée comme le programme esthétique de l'œuvre d'Henri Matisse.

    En 1896, Matisse expose pour la première fois au Salon des Cent et au Salon de la Société nationale des beaux-arts, dont il devient membre associé sur proposition de Pierre Puvis de Chavannes. Cette fonction lui permet notamment d'exposer sans passer par un jury. Il passe l'été à Belle-Île-en-Mer et rencontre l'Australien John Peter Russell, qui l'introduit auprès d'Auguste Rodin et Camille Pissarro. Il commence à s'intéresser à la peinture impressionniste qu'il découvre en 1897 au musée du Luxembourg. Il est alors un peintre classique de natures mortes réalistes aux textures amples. Pour gagner sa vie, Matisse et Marquet travaillent comme peintre décorateurs à la journée, pour les décorateurs de théâtre.

     

     A Glimpse of Notre-Dame in the Late Afternoon, 1902 - Henri Matisse

     Glimpse of Notre-Dame in the Late Afternoon

    Henri Matisse

    14 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

    vv

     
    Par Corinne Lefort
     
     
    La vigne rouge, 1888. Huile sur toile, 75 x 93 Moscou, musée Pouchkine
     

    La Vigne rouge, seul tableau sur la vigne que Vincent Van Gogh vendit de son vivant. Les experts s’accordent à dire que la mise en vente du tableau, exposé au musée Pouchkine à Moscou, en ferait la toile la plus chère au mond




    La vente d’œuvres de Vincent Van Gogh, le plus fameux des peintres “maudits”, est rare. Quand une opportunité se présente, les enchères atteignent vite des sommets. Ainsi, le 15 mai 1990 chez Christie’s, à New York, le Portrait du docteur Gachet a trouvé -acheteur pour 138,4 millions de dollars. Coup de fièvre identique en février 2012, lorsque la succession de l’actrice Elizabeth Taylor a mis en vente Vue de l’asile et de la chapelle de Saint-Rémy. Bien que non signée, la toile fut adjugée pour 16 millions de dollars chez Christie’s International, à Londres. Un record !

    Van Gogh peignit trois paysages de vignes : Le Vignoble vert, Vignes avec vue d’Auvers et le plus connu de tous, La Vigne rouge, seul tableau qu’il vendit de son vivant. En février 1890, peu avant le suicide du peintre, l’artiste belge Anna Rosalie Boch, héritière du groupe Villeroy & Boch, l’acheta à Bruxelles pour la modique somme de 400 francs. Les experts s’accordent à dire que la mise en vente du tableau, exposé au musée Pouchkine à Moscou, en ferait la toile la plus chère au monde, à l’égal de La Joconde, même si sa valeur est inestimable. Rappelons qu’il s’agit là du premier tableau dont le nom comprend le mot “vigne”.

    Des experts agronomes se sont intéressés à La Vigne rouge d’un point de vue sanitaire : à la fin du XIXe siècle, la viticulture subit en effet les ravages du phylloxéra. La teinte rouge et jaune du feuillage en période de cueillette des raisins et l’affaissement au sol des ceps témoignent, selon eux, de la progression irrémédiable de l’épidémie. En 1875, la production viticole française atteignait 84,5 millions d’hectolitres et chuta à 23,4 millions en 1889, soit un an après que Van Gogh eut réalisé sa Vigne rouge.

    En 1906, Anna Boch, souhaitant aider des artistes sans-le-sou, revendit La Vigne rouge pour 10 000 francs à la galerie Bernheim-Jeune à Paris, qui la céda à son tour au collectionneur d’art et homme d’affaires russe Sergueï Chtchoukine. Ami et mécène de Matisse, celui-ci la conserva jusqu’à la révolution russe de 1917. Les 250 tableaux qui constituaient sa collection furent saisis et décrétés biens nationaux par Lénine le 19 décembre 1918. Puis, en 1948, Staline et le Comité pour les affaires artistiques attribueront définitivement La Vigne rouge au musée Pouchkine.


    16 commentaires
  •  

     

     

     

     
     
     
     "le Pont d'Avignon"
     
     
    ""le Pont d'Avignon""
    Huile sur panneau signée en bas à gauche Raymond.GOUBERT, peintre d'Avignon au début du XXème siècle
     
    Je n'ai pas réussi à vous donner le tableau dans son entier et je ne connais pas grand chose de ce peintre...
    Si quelqu'un peut m'en dire davantage, je l'en remercie par avance...
     

     


    10 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

    Peinture scène de labour- chevaux de trait moulin vanneau - Acrylique et mortier en relief Virginie TRABAUD Artiste peintre

     

    Chevaux de Vanneau - Oeuvre originale de V. TRABAUD
    Peinture Acrylique Sculpture au Mortier en Relief
    Toile renforcée avec Châssis
    Format : 80 x 60 cm - Année : 2013

     

            Autodidacte, Virginie Trabaud n'a jamais pris de cours de peinture, a simplement étudié quelques techniques dans les livres sur les Peintres célèbres tels que Monet, Cézanne, Manet,  Courbet et Renoir, afin de réaliser des œuvres reflétant l'image de sa personnalité et sa vision de la vie. Elle s'inspire principalement de la beauté de la nature, la mer,  garde le meilleur de ses souvenirs d'enfance sur la corse, mais aussi la Bretagne, les Gorges du Tarn et la Savoie. Suivant très souvent son instinct,  elle s'exprime de manière poétique et artistique cherchant ce qu'il y a de plus beau et de plus profond en elle pour le faire partager à travers ses tableaux en relief. Installée depuis peu en Bourgogne, face au spectacle sans cesse renouvelé de la campagne, elle profite d'une nouvelle vie champêtre, loin de la vie citadine de sa région natale, au calme et en plein air pour sortir son chevalet et réaliser son rêve :''Vivre de son Art''


    15 commentaires
  •  

     J'aime cette petite vendangeuse, elle a l'air bien songeuse et bien seule...

     

     

     

    Qui a peint  La petite vendangeuse  ?

                                                                        la petite vendangeuse

     

     

    William Bouguereau (1825-1905)est le fils d'un négociant en vins de Bordeaux .

    Il apprend le dessin à l'école municipale de dessins et de peintures de Bordeaux. En 1846, il entre aux Beaux-arts de Paris .

    Il remporte le Premier Prix de Rome en 1850 avec Zénobie retrouvée par les bergers sur les bords de l'Araxe.

    En 1866, le marchand de tableaux Paul Durand-Ruel s'occupe de sa carrière et permet à l'artiste de vendre plusieurs toiles à des clients privés. Il a ainsi énormément de succès auprès des acheteurs américains.

     
    Professeur en 1888 à l'École des beaux-arts de Paris et à l’Académie Julian, ses peintures de genre, réalistes ou sur des thèmes mythologiques sont exposées annuellement au Salon de Paris pendant toute la durée de sa carrière. Il travaille aussi à de grands travaux de décoration, notamment pour l'hôtel de Jean-François Bartholoni, et fait aussi le plafond du Grand-Théâtre de Bordeaux.

    En 1876, il devient membre de l'Académie des beaux-arts, mais l'année suivante est marquée par des deuils successifs, d'abord deux de ses enfants et ensuite son épouse décèdent.

    En 1885, il est élu président de la Fondation Taylor, fonction qu'il occupera jusqu'à la fin de sa vie. Il obtient la médaille d'honneur au Salon4.

    À un âge assez avancé, Bouguereau épouse, en deuxièmes noces, une de ses élèves, la peintre Elizabeth Jane Gardner. Le peintre use également de son influence pour permettre l'accès des femmes à beaucoup d'institutions artistiques en France.

    Il meurt en 1905 à La Rochelle, laissant une fille unique (de sa première femme), qui épousa un M. Vincens.


    17 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique