•  

     

     

     

     

     

     

    Une rencontre...et voilà un tableau qui naît et nous pouvons imaginer ce que le peintre a ressenti en voyant la chanteuse

     

     

    Edouard Manet 072.jpg
       
       
       
       
       
       
       
       

    La Chanteuse de rue est un tableau réalisé par Édouard Manet en 1862. La modèle fétiche de l'artiste, Victorine Meurent, y est représentée sous les traits d'une chanteuse sortant d'un cabaret à la nuit tombée, tout en croquant quelques cerises.

    La scène a été directement inspirée à Manet par une rencontre qu'il fit une nuit avec une femme répondant à la même description. Lui demandant immédiatement de poser pour lui, la jeune femme aurait refusé, et Manet se serait alors exclamé : « Si elle ne veut pas, j'ai Victorine ! »

     


    14 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

    Amanda Lear peint depuis son enfance. 

    Amanda Lear peint depuis son enfance. 

    © Capture d'image France 3/Culturebox
     

    Amanda Lear est surtout connue en tant que star du showbiz. Beaucoup moins pour ses talents de peintre. L’ancienne muse de Salvador Dali présente quelques-unes de ses peintures à la Galerie du Passage, dans le 1er arrondissement de Paris.

    C’est un univers d’Amanda Lear peu connu du grand public. La comédienne et chanteuse peint depuis son enfance. Elle était même élève des Beaux-Arts quand elle rencontra Dali dont elle allait devenir l'inspiratrice. Ses oeuvres sont régulièrement exposées dans le monde. Pierre Passebon, fondateur de la Galerie du Passage, est tombé sous le charme de son style. L’exposition "Délires" est à découvrir jusqu’au 23 février 2019.

    Reportage : J. Mirande / N. Loncarevic / E. Dubos
     
     

    Peintre avant tout

    En 2017, Amanda Lear faisait ses adieux, après  40 ans de carrière. A l’époque elle avait confié à l’AFP qu’elle n’avait jamais eu l’intention "d’être dans le showbiz, je voulais juste être peintre". Egérie du peintre surréaliste Salvador Dali pendant près de 15 ans, Amanda Lear baigne dans un univers qui ne la quittera plus. Tour à tour, mannequin, chanteuse disco, comédienne, animatrice télé, sociétaire des Grosses Têtes et reine du théâtre de boulevard, Amanda Lear a eu mille vies artistiques sans oublier sa première passion, la peinture.    

    White bouquet, huile sur toile d'Amanda Lear

    White bouquet, huile sur toile d'Amanda Lear

     

    Entre ombre et lumière 

    " En regardant mes peintures on peut comprendre mes états d’âme. Alors c’est vrai qu’il y en a des plus sombres, des plus joyeuses, ça dépend un petit peu de mon humeur, si je suis amoureuse ou si je suis dépressive."

    Amnanda Lear


    Dans ses tableaux, Amanda Lear évoque aussi le monde qui l’entoure. Un monde un peu trop triste à son goût qu’elle représente, dans une de ses toiles, avec des anges noircis par le désespoir.     

    " Je crois beaucoup au pouvoir des anges qui nous protègent. Et là, ils sont un petit peu désespérés. Ils s’arrachent les cheveux parce qu’ils se disent que les êtres humains déconnent complètement, qu'ils sont en train de tout bousiller. "

    Amanda Lear
    Despair, huile sur toile d'Amanda Lear 

    Despair, huile sur toile d'Amanda Lear 

     

    Personnage solaire, réputé pour son humour et sa vivacité d'esprit, Amanda Lear ne peut pas être totalement sombre lorsqu'elle peint. "Pour enlever le côté tragique, je mets aussi des couleurs. Cela me procure beaucoup de joie", conclut la pétillante Amanda Lear

     

    Je découvre  cette artiste  que j'ignorais totalement et j'ai envie de vous faire partager ma découverte.

    Il est des êtres aux multiples talents...C'est une exposition que j'aurais aimé voir.


    17 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

    Autoportrait de Marcellin Desboutin 

    Autoportrait de Marcellin Desboutin 

    Son autoportrait et  aussi celui de Emile Zola  m'ont beaucoup impressionnée, on aurait envie de leur parler, de savoir ce qui se passe dans leur tête

     

     

    Le musée Anne de Beaujeu à Moulins rend hommage à un artiste tombé dans l'oubli : Marcellin Desboutin. Ce peintre et graveur du 19e siècle s'était fait une spécialité des portraits. C'est la première fois qu'une exposition d'envergure lui est consacrée depuis 1922. Elle rassemble 200 œuvres jusqu'au 15 septembre 2019.

    A regarder l'autoportrait de Marcellin Desboutin, on se croirait face à Rembrandt avec son visage entouré de barbe et marqué par la vie. Rembrandt que le peintre bourbonnais admirait et avec qui il partageait une appétence pour les portraits sans fard. 

    Il était vraiment passionné par le portrait et la représentation, une représentation sans concession. Les gens sont tels qu'ils devaient être. Il ne les enjolive pas. Il a essayé de les montrer tels qu'ils sont avec leurs défauts et leurs qualités physiques



    Zola par Desboutin

     

     

     



    La rétrospective Marcellin Desboutin permet de cerner cet artiste atypique qui a vécu un temps à Florence et qui est devenu une figure incontestée de la gravure. A sa mort en 1902, il laissera entre 1500 et 2000 peintures, ainsi que de très nombreux dessins et gravures


    16 commentaires
  •  

     Ma voisine m'a prêté un joli livre...

    Avant de lui rendre, il faut que j'en parle un peu ici

    Il s'agit du catalogue des peintures  de Marie Morel ,exposées à la Halle Saint-Pierre jusqu'en mars 2010

    L'écrivain Pascal Quignard n'hésite pas à la qualifier d'un des plus grands peintres vivants...Je ne sais et peu m'importe...

    Quelle importance ! être le plus grand ou le moins grand ?

    Je suis séduite, je suis stupéfaite, j'ai feuilleté ces pages à plusieurs reprises, j'y suis revenue...

    Elle allie les formes, les couleurs avec des mots,, des phrases entières même...

    Au milieu d'un tableau champêtre, elle écrit tout simplement...Je suis émerveillée...et on sent que c'est vrai...

    Ou elle écrit: tu crois être libre et ce n'est pas vrai et l'on voit une femme derrière des barreaux...

    D'autres tableaux sont franchement érotiques et obsédants...D'autres sont très sombres, d'autres très joyeux et oniriques...Je les redécouvre à chaque fois...

     

    img017.jpg

    img018-copie-1.jpg

     

     

     


    Photo Pierre Morel

    Marie Morel

    Marie Morel est née en 1954 à Paris. Dès l’enfance Marie dessine, peint, écrit ; elle ne s’arrêtera jamais plus.

    Marie entre à l’école nationale du cirque à Paris, en même temps elle va au conservatoire de musique, car ses parents refusent qu’elle entre à l’école des Beaux-Arts (« elle avait déjà tout ce qu’il fallait » disaient-ils, « ils auraient pu l’abîmer ! ») ; elle continue à peindre et à dessiner en même temps ; et fait sa première exposition en 1977.
    A 20 ans Marie décide de faire essentiellement de la peinture, elle expose son travail de plus en plus.
    Elle publie parallèlement à son travail de peintre, une petite revue d’art : « Regard », consacrée aux peintres et aux artistes qu’elle aime.
    Elle vit et travaille dans un petit village calme et isolé, dans les monts du Valromey.

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    8 commentaires
  •  

     

     

     

     

    Ombres portées

     

    Émile Friant. Autoportrait à quinze ans (1878)  Autoportrait à 15 ans (1878)

     

     

     

    Di

    "La discussion politique", huile sur panneau datée de 1889 et estimée entre 30 000 et 50 000€"La discussion politique", huile sur panneau datée de 1889

     

    JJ'aime beaucoup les portraits  réalisés par ce peintre...On a  l'impression d'avoir ces personnages devant nous et de pouvoir entrer en conversation avec eux....Et j'ai  très envie de lire ce livre écrit par Philippe Claudel

     

    Au revoir Monsieur Friant

     

    « Les oeuvres peintes sont souvent de grands miroirs qui nous invitent à nous contempler. Notre matière profonde se mêle à celle que le peintre a déposée sur la toile. Ainsi naissent des frères parfois. Émile Friant, bien que né un siècle avant moi, en est un.
    Dans ce roman, j’ai voulu parler de lui, et parler de moi à travers lui, mener en quelque sorte une conversation imaginaire et sincère. Il s’est écrit alors que j’avais publié deux ou trois livres seulement, et il y en a eu bien d’autres depuis, mais de tous, c’est celui qui a laissé le plus de traces en moi. Sans doute parce qu’il recèle une fraîcheur et un élan que le temps n’est pas parvenu à faner. »  Philippe Claudel

    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique