• J'avais quinze ans

    C'était  le printemps

    L'aube m'émerveillait
    Je voulais voir le lever du soleil
    La nuit m'enchantait
    et je voulais m'en imprégner
    m'y couler au plus profond
    le sommeil me semblait temps perdu
    jusqu'au jour où,
    épuisée,
    j'ai dormi vingt quatre heures d'affilée...
    J'ai compris alors que dormir était une nécessité.

    Mais les rêves de la nuit,
    aussitôt éveillée
    je les oublie.
    Ceux du jour, j'en garde le souvenir
    et je rêve à tout moment.

     


    14 commentaires
  • Je me souviens
    J'étais à l'école primaire
    La maîtresse me citait en exemple
    à une de mes camarades de classe qui était bien gentille
    mais très turbulente et inattentive.
    Une autre,peut-être, aurait été remplie d'orgueil
    mais moi,j'avais honte.....
    J'aurais tant voulu être comme elle,
    la petite Catherine,
    comme elle ne pas avoir peur de parler haut
    ne pas avoir peur de faire des bêtises....
    J'aurais tant voulu oser
    ne pas faire comme la maîtresse disait
    Mais une force plus grande que moi m'obligeait à être sage,
    sage comme une image...

    Je me souviens
    quand j'étais en sixième
    il y avait dans la classe
    une petite fille ,Monique ,je crois,
    une petite fille encore plus sage que moi
    encore plus timorée,comment était-ce possible?
    On n'entendait jamais le son de sa voix...
    L'année suivante, surprise !
    elle savait parler fort
    elle arrivait même à répondre au professeur
    et à lui manifester son mécontentement...
    Je la regardais avidement
    espérant découvrir le secret de sa métamorphose...
    Puis vint la fin de l'année.
    Elle a quitté la ville et je n'ai rien su...

    Bon ! j'ai quand même fait quelques progrès depuis...


    22 commentaires
  • Pur esprit , à quinze ans , comme j'aurais aimé l'être.

    Ne plus être attaché à ce corps si pesant , si encombrant,

    si terne, si limité

    et pouvoir vagabonder au gré de ses désirs,

    dans les terres les plus lointaines,

    dans les lieux les plus secrets,

    entrer et voir et ressentir,

    s'enrichir de toutes les vies que l'on croise ,
    pénètrer incognito partout où cela vibre...

    Ah ! quel rêve merveilleux !
    Jouer au passe-muraille,
    s'envoler là-haut et toucher les étoiles,
    faire la course avec les nuages....
    Approcher au plus intime
    de tous les êtres qui m'attirent,
    sans crainte de les importuner,
    pouvoir être , en plusieurs endroits à la fois ;
    n'est-ce pas magnifique?

    Oui mais
    les purs esprits n'ont pas de racines,
    les purs esprits ne font pas d'enfants.
    Que ressentent ils les purs esprits?
    Vivent-ils d'amour?
    Ce corps si pesant, si lourd
    les années m'ont appris
    qu'il pouvait aussi
    être source de grandes joies
    et que les anges  en étaient jaloux .


    16 commentaires
  • (Il y a longtemps,j'étais ainsi)
    Corps crispé,
    corps guindé,
    corps inhabité,
    corps qui pend
    comme vieille loque,
    la danse est là
    et ton corps résiste 
    malgré toi.
    Ton âme résiste,
    tu restes cloué;
    rivé comme un clou
    trop rouillé


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique