• Le tableau du samedi : Kupka

     Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

     Les touches de piano, le lac de Kupka - 1909

     

    1909, Paris. Le peintre Kupka met le dernier coup de pinceau à sa nouvelle œuvre. Il y évoque quelques personnages colorés qui font de la barque sur un lac. L’artiste tchécoslovaque ne le sait pas encore, mais ce tableau va marquer un tournant dans sa carrière. Pour quelle raison ?

    La clé se trouve en bas de la toile. Des doigts se promènent sur des barres verticales blanches et noires…

     

     

    Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

    Détail de l'œuvre

    Il s’agit de touches de piano. Kupka fait comprendre que ce sont les sons de l’instrument qui donnent naissance à la scène du lac, comme si chaque personnage était une note.
    En représentant la musique en peinture, il se détache de la réalité pour évoquer l’immatériel, "l’abstraction". Et ça, c’est tout nouveau !

     

     

     

     

     

     



    Pour Kupka, ce tableau n’est qu’une première étape. Quelques années plus tard, toujours en s’appuyant sur la musique, il présente cette fois des œuvres complètement abstraites.
    Finis, les doigts de la main ou les personnages esquissés. Cette fois-ci, tout ce qui est figuratif disparaît au seul profit de bandes colorées verticales.

                                                       Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

     

     

    ©

    Hélas, méconnu et difficile à ranger dans une case, Kupka est peu à peu oublié... Quand les historiens de l’art le découvrent dans les années 1990, c’est une surprise !

    Ils s’aperçoivent que Kupka travaillait autour de l’abstraction avant de nombreux autres peintres. D’ailleurs, le tableau de 1909 leur paraît tellement avant-gardiste que certains ont cru que l’artiste l’avait retouché des années plus tard.

    Heureusement, cette redécouverte a permis de rendre à Kupka la place qu’il mérite. Parmi les pionniers de l’abstraction, aux côtés de Kandinsky, il a pleinement participé à ce bouleversement dans l’art du XXe siècle !

     

     

     Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

     František Kupka, Madame Kupka dans les verticales, 1910-1911, huile sur toile, 135 x 85 cm

     

    Cet article  a été publié par Artips

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 16 Juin à 07:15

    tu nous en apprends des choses !

    amitié .

    2
    Samedi 16 Juin à 08:09
    Edmée De Xhavée

    Eh bien j'aime assez son idée clavier de piano et barque... qu'on comprenne ou pas, la composition et les teintes sont très agréables. L'art est une école ingrate : ce ne sont pas toujours les meilleurs ni les vrais "découvreurs" qui percent, mais ceux qui ont l'heur de rencontrer un marchand, et de lui plaire. De ne pas tomber en disgrâce. De "faire de l'argent". De faire parler de soi, souvent.

    3
    Samedi 16 Juin à 08:37
    LADY MARIANNE

    coucou du samedi-
    c’est très moderne j'ai du mal à accrocher-
    quand on sait que ce sont des touches de piano on apprécie mieux-

    merci pour ta participation-
    bizzz

    4
    Samedi 16 Juin à 09:26
    eMmA MessanA

    La peinture de Kupka est magnifique et fort heureusement, on redécouvre cet avant-gardiste, notamment grâce à la grande rétrospective en cours au Grand Palais. Une vraie merveille.

    Bonne fin de semaine à toi, à tous.

    5
    Evy
    Samedi 16 Juin à 16:47

    J'aime beaucoup beau partage bonne soirée à toi bisous

    6
    Dimanche 17 Juin à 08:51

    J'aime beaucoup l'idée des touches de piano, ce tableau est magnifique.
    Merci pour la découverte, Gazou.

    Bisous et douce journée.

    7
    Dimanche 17 Juin à 13:28

    On devine bien les touches d'un piano...

    Trop moderne à mon goût

    Merci pour ton commentaire

    Bisous Gazou

    8
    Lundi 18 Juin à 08:49
    Bonjour,
    Merci pour ce partage.
    Bonne journée !
    9
    Lundi 18 Juin à 22:40

    J'aime ce 1er tableau... j'avais remarqué les touches d'un piano, mais pas les doigts ... 

    Merci Gazou

    Bisous

    10
    Mercredi 20 Juin à 03:47

    Un avant-gardiste quand on pense que cela date du début du 20ème siècle. Justement je relis Reverdy et je me disais la même chose, que sa prose poétique était elle aussi avant-gardiste, et toujours d'actualité. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :