• Le tableau du samedi : Fernand Léger (1881-1955)

     Tableau du samedi : Le joli monde de Makoto

    Fernand Léger

     

     

    Fortement marqué par Paul Cézanne, représenté au Salon d’Automne de 1907, il se distingue du cubisme de Picasso et de Braque par une recherche systématique de contrastes de formes poursuivie jusqu’en 1914. Deux tableaux emblématiques "Les Toits de Paris" et "l'Etude pour La Femme en bleu", tous deux de 1912, restituent parfaitement cette quête.

    La carrière de Léger est soudainement interrompue par la première guerre mondiale dans laquelle il sert comme soldat. Son retour à Paris coïncide en 1918 avec un changement radical de thèmes tels que les disques ("Les Disques dans la ville", 1920), et les remorqueurs ("Le Grand Remorqueur", 1923) où domine largement une imagerie inspirée de la machine et du dynamisme urbain.

    Bien Puis la figure refait alors son apparition, notamment dans une série de personnages féminins exécutée à partir de 1921 ("Le Déjeuner", 1921 et "Femme au bouquet", 1924), proche du classicisme contemporain de Picasso. L’expérience de la guerre encourage Fernand Léger à explorer les nouveaux médias, en particulier le cinéma. Celui-ci lui inspire en 1924 un premier film sans scénario, le Ballet mécanique.



    Peu à peu, au début des années 1930, Léger se fait l’avocat d’un type d’image plus accessible au grand public. Ses peintures les plus importantes de la décennie, "La Joconde aux clés" et la "Danseuse bleue" également de 1930, ainsi qu’"Adam et Eve" (1934), participent d’un nouveau réalisme proche des images renvoyées par les médias contemporains, par leur monumentalité et leur caractère iconique.

    A la suite de l’Occupation de Paris, Léger gagne les Etats-Unis en 1940. L’une de ses premières productions américaines est consacrée aux figures stylisées des plongeurs ("Les Plongeurs polychromes", 1942-1946 et "La Danse", 1942). D’autres suivront sur le thème des acrobates ("L’Acrobate dans le cirque", 1947-1948) et des cyclistes.

     

     

     

    Le 14 juillet, 1914
    Huile sur toile, 65,5 x 58,5 cm
    Donation Nadia Léger et Georges Bauquier, 1969
    Musée national Fernand Léger, Biot Inv.97027

    C’est dans le paysage urbain moderne que Léger trouve le fondement de sa pratique artistique. D’abord avec les vues des toits de Paris depuis la fenêtre de son atelier, ensuite avec la série des Toits et fumées où la géométrie des toits s’oppose aux fumées vaporeuses. Progressivement Léger s’engage dans la «bataille des couleurs».

    «Je voulais arriver à des tons qui s’isolent, un rouge très rouge, un bleu très bleu. Delaunay allait vers la nuance et moi carrément vers la franchise des couleurs et du volume… en 1912, j’ai trouvé des couleurs pures inscrites dans une forme géométrique».

    Ce 14 juillet 1914, la ville  est un spectacle de formes et de couleurs scandées par les musiques des fanfares qui n’échappent pas au peintre. L’illusion du mouvement produite par le va et vient des lignes courbes est rythmée par la traversée verticale des mats. L’espace est dense, élastique, dénué de perspective logique. Le cerne noir malhabile traduit le geste spontané du peintre qui «tient» son idée.

    "Le 14 juillet" est sans doute la dernière toile achèvée par Léger avant sa mobilisation le 2 août 1914. «La guerre m’a prise et m’a empêchée de réaliser ce que je voulais». Il ne s’est jamais séparé de cette peinture, comme pour ne pas perdre la trace des derniers instants riches et heureux de sa vie d’artiste.


  • Commentaires

    1
    Samedi 14 Juillet à 10:10
    LADY MARIANNE

    une belle participation avec les explications-
    ha cette guerre comme les autres ---
    j'aime bien tu as publié avec le thème du jour- comme moi-
    merci ! bisous et bonne fête du 14 juillet-

    2
    Samedi 14 Juillet à 10:31

    Je ne connaissais pas ce tableau, et encore moins la vie de ce peintre.

    Mais j'en connaissais d'autres qui me plaisent bien.

    Merci pour ces informations et cette découverte.

    Bisous et douce journée.

    3
    Evy
    Samedi 14 Juillet à 14:36

    Superbe bon 14 juillet à toi bisous

    4
    Samedi 14 Juillet à 18:06
    covix

    Bonsoir, 

    C'est un artiste que j'aime bien. Une belle bio le concernant.

    Bonne soirée

    Bises

    5
    Samedi 14 Juillet à 20:40

     Je ne connaissais ce peintre que de nom et tu m'as donné envie d'aller voir ses autres oeuvres. Celle que tu as choisie et très raccord avec cette journée. ;-) Bisous

    6
    Samedi 14 Juillet à 23:33

    Je dois avouer que je n'apprécie pas trop ce peintre, désolé mais bravo pour la recherche documentaire

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :