• Journée de la déportation

     Je partage avec vous un envoi de France Infos

     
     

     

    image  

    DIRECT. 1er-Mai : Macron rend hommage à Brahim Bouarram, tué en 1995 par des militants d'extrême droite

    Ils ont voulu marquer le coup, à l'occasion de la journée du souvenir de la déportation. Trois représentants de la Résistance et de la déportation ont estimé, dimanche 30 avril, dans un appel solennel lu au Camp des Milles (Bouches-du-Rhône), que la France ne pouvait pas prendre le "risque mortel" de l'extrême droite au second tour de l'élection présidentielle.


    Journée du souvenir au camp des Milles / France 3 Paca

    "Nous avons appris durement à reconnaître les visages et les masques de l'exclusion et de la haine, ont écrit trois "Grands anciens" du site mémorial du Camp de Milles, dans un texte prononcé par le président du musée, Alain Chouraqui. Comme nous reconnaissons les petits calculs, les colères dévoyées ou les aveuglements qui permettent le pire."

    "Aujourd'hui, malheureusement, par-delà les mots et les faux semblants, nous les reconnaissons bien dans notre pays", indiquent Denise Toros Marter, déportée à 16 ans à Auschwitz, Sidney Chouraqui, engagé volontaire de la France libre, et le colonel Louis Monguilan, résistant, déporté à Mauthausen.

    "Le danger le plus immédiat pour nos libertés"

    "Nous savons bien que tous ceux qui sont attirés par les extrêmes ne sont pas eux-mêmes des extrémistes. Mais ce fut le cas aussi pour beaucoup de Français ou d'Allemands séduits un moment par Pétain ou Hitler dont ils n'imaginaient pas les horreurs futures", poursuivent-ils


  • Commentaires

    1
    Lundi 1er Mai à 11:20

    C'est vrai qu'Hitler avait été élu... nous avons un pouvoir avec notre bulletin de vote, il ne faut pas l'utiliser sans réfléchir à demain.

    Mais que savons-nous de Macron ? Une question qui me taraude depuis que j'ai vu la retransmission de son premier meeting.

    Il veut le pouvoir, mais qu'en fera-t-il ensuite ?

    Je ne sais pas.

    Mais je ne voterai pas pour le fascisme.

    2
    Lundi 1er Mai à 14:23

    Aujourd'hui nous sommes tous voués à l'angoisse... Le repli sur soi, le rejet de l'autre gagneront-ils ? Je ne crois pas... Il y a des forces de progrès, de courage, d'affirmation et de confiance qui existent. Merci de les accompagner, donnons-nous la main ! grosses bises, Gazou, en ce premier mai.

    3
    Lundi 1er Mai à 17:45
    LADY MARIANNE

    Non à Macron et non à Le Pen-
    Macron a aussi eu des casseroles --- des frais exorbitants ---
    ils font tous leur cinéma--- déportation et cie--- lui à 39 ans il connait quoi ?? lol
    bon 1er mai- bisous-

    4
    Lundi 1er Mai à 19:51

    Il a bien jouer le coup médiatique, mais il y en a que trop de coups médiatiques entre les deux.

    5
    Lundi 1er Mai à 20:44

    avec un terrible mal au ventre j'irais voter contre la nazi ....

    j'ai vécu sous Franco ...je le souhaite à personne...

    besos

    fernando

    6
    Lundi 1er Mai à 22:44

    Merci Gazou !

    Nos parents ont vécu l'extrême et je sais à quel point ils ne souhaitaient ne plus le voir en France !

    Où va donc  la France ? Quelle angoisse, tout de même ! surtout pour nos enfants et petits enfants .... beurk

    Bisous

    7
    Mardi 2 Mai à 17:49

    c'est là qu'est le grand risque des démocraties ... elles peuvent élire leurs tortionnaires !

    amitié .

    8
    Mercredi 3 Mai à 09:03
    Daniel

    L'histoire se répète. Nous ne savons guère tirer les leçons du passé  et les extrémistes continuent de prospérer.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :