• Journée de l'autisme

     

     

    Journée de l'autisme : appel aux politiques, soutenu par des artistes

    Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox

    Publié le 02/04/2017 à 15H04

    Le 9 octobre 2014, François Hollande visitait une école à Angoulême, dotée d'une unité d'enseignement destinée aux enfants autistes de 3 à 6 ans.

    Le 9 octobre 2014, François Hollande visitait une école à Angoulême, dotée d'une unité d'enseignement destinée aux enfants autistes de 3 à 6 ans. 

     

    Plusieurs personnalités, dont les acteurs Isabelle Carré, Valérie Bonneton, Samuel Le Bihan et Bruno Wolkowitch soutiennent la campagne de l'association SOS Autisme France qui fait 10 propositions à l'attention des candidats à la présidentielle pour "changer le quotidien" des enfants et adultes autistes, dans une campagne télévisée diffusée à partir de dimanche.

    Outre ces acteurs, le nageur amputé des quatre membres Philippe Croizon, ou encore l'avocat Eric Dupont-Moretti, apparaissent dans le clip de SOS Autisme France, "Tous unis, tous  concernés par l'autisme ", diffusé sur plusieurs chaînes à l'occasion de la Journée mondiale de sensibilisation à l'autisme.
     
    "Il existe des méthodes éducatives qui permettraient de faire progresser (mon fils) et de le rendre autonome", y témoigne Maureen, une maman.  Soulignant que cette prise en charge "coûte entre 2.000 et 3.000 euros par  mois", elle demande un "remboursement intégral, comme c'est le cas pour le  cancer ou d'autres handicaps".
     
    Pour assumer les interventions "nécessaires et adaptées" (psychologues, psychomotriciens ...), "les familles se précarisent jusqu'au surendettement",  souligne Olivia Cattan, présidente de l'association, dans un communiqué.

    SOS Autisme France, la campagne 2017

     


    Pour des formations qualifiantes

    Alors que 80% des enfants autistes ne sont pas scolarisés, une auxiliaire de vie scolaire (AVS) et un enseignant soulignent dans le clip le manque de connaissance de ce trouble neuro-développemental dans les établissements scolaires. Ils demandent des "formations qualifiantes et diplômantes" pour les  AVS et une "sensibilisation" de tous les personnels concernés.
     
    "Malgré mes compétences et mes diplômes, les entreprises refusent de m'embaucher parce que je suis autiste", témoigne Alexandre, demandant la  création d'un label qui récompense les entreprises employant des personnes autistes.
     
    L'association demande notamment une formation spécialisée des professionnels de santé, le financement d'unités de recherche, ainsi que l'arrêt de l'utilisation du mot "autiste" de façon péjorative.


  • Commentaires

    1
    Dimanche 2 Avril à 20:21
    Marine le pen s'est prononcée ouvertement pour aider à la scolarisation des autistes.
    Je suis de pres cette maladie un neveu est atteint du syndrome d'asperger et le fils de connaissances est atteint. La maladie l'a atteint vers l'âge de deux ans. (3/4 des autistes). Merci pour ton article.
    2
    Dimanche 2 Avril à 21:42
    erato:

    Il est vraiment malheureux que l'on doive supplier pour avoir des équipements adaptés, des enseignants spécialisés et des structures appropriées. 

    Toujours ce problème de différence et de tolérance !

    Bonne soirée Gazou

    3
    Dimanche 2 Avril à 22:37

    Merci de rappeler tout cela en cette journée importante. Bises, Gazou.

    4
    Lundi 3 Avril à 00:14

     Il y en a pourtant qui ont une intelligence très aiguisé.

    5
    Mardi 4 Avril à 09:16

    Des secteurs entiers de la société ont été laissés pour compte et ceci s'est amplifié avec le démantèlement en cours des services publics ce qui fragilise les plus démunis et les tient à l'écart des possibilités de remédiations.Je souhaite aller au delà de l'indignation.Les familles concernées ont besoin d'autres chose que de la seule compassion et des discours sans piste de mise en oeuvre.

    J'espère qu'on saura aller au delà des déclarations d'intention des candidats à la Présidence de la République et voir s'ils-elles proposent le nombre de postes suffisants d'enseignant-es, d'ATSEM, d'auxiliaires scolaires formées, de RASED (qui a été démantelée), de prévention petite enfance, d'accès aux soins, de médecine scolaire, de structures publiques d'accueil et d'apprentissages, d'aides aux familles, de soutien aux services publics en prenant l'argent là où il est.

    La langue de bois de Madame Le Pen peut être utilement revisitée et on peut aussi utilement aller visionner les vidéos produites par les autres candidats sur le sujet quand elles existent (je ne les nomme pas...chacun-e trouvera avec un peu de curiosité)

    6
    Mardi 4 Avril à 15:48
    Daniel

    Oui, il est important d'en parler !!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :