•  

     

    Tous les jours il part

    et tous les soirs il revient.

    Tous les jours le même parcours

    sans même l'idée d'un détour.

    tous les soirs le même retour.

     

    Quelle vie monotone

    pensent certains.

     

    Mais qui est le voyageur?

    Serait-ce celui qui reste sur le quai

    et regarde les autres dans le train?

     

    Il en est qui partent et ne voient rien,

    n'entendent rien, ne sentent rien,

    et tout ce qui s'offre à eux reste invisible à leurs yeux.

     

    Il en est qui restent

    et ne cessent de s'émerveiller

    chaque jour

    de la parcelle d'invisible qu'ils découvrent

    même si leur chemin semble

    en apparence

    toujours le même.


    12 commentaires
  •  

    Ce n'est pas d'une peinture que je vous parle aujourd'hui mais d'une sculpture

    récemment installée  dans le square de la gare de la petite ville de Crest

    proche de notre village.

    L'auteur en est Bruno Catalano qui a longtemps habité Marseille et qui, depuis trois ans , demeure à Crest

     

     

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=XtdGfPIZChU

     

    .Le Tableau du Samedi


    13 commentaires
  • Hier soir, une amie vient me chercher pour une représentation théâtrale.

    Elle est légèrement en retard et elle s'en excuse.

    C'est, me dit-elle, le téléphone qui a sonné juste au moment de partir.

    Une cousine qui partait le lendemain pour  la Mongolie...

    Cette cousine est une petite madame de quatre-vingts ans, elle a pris quelques cours d'équitation avant de partir, car une partie de la traversée du pays se fait à dos de cheval...

     Ah ! Jeunesse quand tu nous tiens !

    quand la peur ne tient pas notre gouvernail et qu'on a la santé!

     

    J'aimerais bien rencontrer cette personne à son retour!


    8 commentaires
  • Nous avons fait une halte très agréable dans cette petite ville

    qui a la particularité d'être la cité du livre et du mot.

    Cette année, à la Pentecôte, aura lieu le 10e festival du mot ...

    Il y a une dizaine de petites librairies

    mais certaines ne sont ouvertes que de façon aléatoire

    comme un petit mot nous l'indique sur la vitrine.

    Voici quelques devantures

     

     

     

    Ici sur une place une jolie peinture sur vitre

     

    L'église Notre Dame est classée à l'Unesco

    et le prieuré est en voie de restauration

     

    Il y a un peu partout des mots, des phrases qui fleurissent sur les murs

     

    Et dans l'hôtel restaurant où nous passons la nuit, le couloir est tapissé de mots

    qui alimentent notre réflexion

     

    Et dans la chambre Molière où nous dormons,

    il y a une chaise, une table et le chevet du lit recouvert par des alexandrains de l'Avare...

    Nous avons même une vieille édition de la pièce tout entière

    et au premier étage, il y a quelques livres à notre disposition

    et on nous signale que, si on le désire, on peut les emprunter et même en emporter...

     

    La salle à manger est tapissée de photos d'écrivains anciens et modernes

    et le repas est original et délicieux

     

    Le portrait de Molière est dans notre chambre

     

    Cet hôtel restaurant s'appelle le mille et une feuilles

    Seule petite déception :  nous demandons un mille feuilles comme dessert et ce soir-là, ils n'en ont pas...

    Incroyable !

    Le brownie crème glacée que nous prenons  à la place est quand même délicieux.

     

    Et bien sûr, nous n'avons pas oublié d'aller faire une petite promenade au bord de la Loire.


    17 commentaires
  • L'arbre

    Au cours de notre petite échappée printanière, nous avons fait halte sur le parking de Toulon sur Allier...

    De loin , je l'avais pris pour un vrai arbre et je me demandais comment ils avaient fait pour si bien l'encadrer.

    Mais non, celui-là, les saisons ne le modifient guère,

    il demeure intact, tel quel, brave et fier.

    En face, il y a l'école Saint-Exupéry, de l'autre côté, la crèche "Le petit  prince"

    A l'opposé, la mairie et de l'autre côté de la rue, l'église dont on ne peut admirer que l'extérieur

    car elle est fermée et le cimetière et un peu plus loin , un petit chemin délicieux où nous allons faire quelques pas

    après avoir pique-niqué sur un banc.

     

    "Qu'un poète soit un arbre couvert  de paroles plus ou moins parfumées n'est pas une image 

    très juste, puisque ses paroles changent et que nul ne peut les prévoir;

    il est vrai cependant qu'un jour il semble s'écrouler comme l'arbre, et pourrir.

    Mais non sans avoir tout essayé pour que ce qui tombe alors ne soit plus qu'un vêtement superflu,

    l'uniforme de son office terrestre, et que tout ne se réduise pas à ce dépouillement."

    Philippe Jaccottet (Promenade sous les arbres)


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique