• Un paysan de l'Aveyron

     

     

    Bien assis sur sa chaise rempaillée,

    pleinement en accord

    avec cette maison qui lui était destinée

    avant sa naissance,

    en accord avec ces champs qui sont les siens,

    avec cette terre accueillante qui l'a vu naître

    et qui le verra mourir.

    Toute la vie pour lui se résume

    à ces quelques lopins de terre,

    à cette maison ancestrale

    et aux siens qui l'habitent

    ou y retournent régulièrement.

     

    Il ne connaît que cela mais il le connaît bien :

    cette terre lui a donné ses racines

    et ailleurs ne le concerne pas

    ou plus exactement ailleurs est inclus

    dans ce qu'il connaît déjà.

    Il est d'ici et de maintenant.

    Et même ce temps passé

    dont il égrène les souvenirs

    avec un si évident plaisir

    ce n'est que du passé.

    C'est l'instant d'aujourd'hui

    qui est à vivre.

     

    Il n'a pas l'habitude de recevoir des inconnus

    et pourtant il est avec nous entièrement disponible.

    Pas de regret, pas de révolte,

    à peine un peu de nostalgie...

    La vie d'aujourd'hui est bonne,

    je ne suis pas si vieux que ça, semble-t-il dire...

    L'avenir est devant lui;

     

    Je regarde ce paysan et je pense à mon père.

     

     

     

    Cet après-midi, à la radio, j'entends quelqu'un qui parle de Jean Giono qui a si bien parlé de sa terre

    et qui disait : "pourquoi partir, il y a tant de beauté à découvrir dans le talus qui est devant la maison,

    pourquoi partir? Tout est là "

    Et j'ai repensé à ce texte écrit , il y a déjà quelques années, au retour d'un petit voyage dans l'Aveyron...


  • Commentaires

    1
    Jeudi 16 Mars à 19:05

    et comme je l'aime cet article ... il est l'essence même de la vie, on part trop souvent chercher au-loin ce qui est à portée de nos mains ... 

    merci

    amitié .

    2
    Jeudi 16 Mars à 19:49
    eMmA MessanA

    Pour ma part, j'ai beaucoup de mal à concevoir de n'avoir pas l'envie impérieuse d'aller voir ce qui se passe ailleurs.

    Ailleurs vous enrichit, vous fait grandir, vous fait comprendre l'Autre.

    Bien sûr, je ne nie pas l'importance de ses racines, essentielles, elles sont le socle qui permet d'affirmer son identité, pour mieux la partager avec cet Autre.

    3
    Jeudi 16 Mars à 20:30

    Cet homme-là est un sage, il a beaucoup à nous apprendre, nous qui manquons tant de racines et divaguons comme les papillons...

    4
    Jeudi 16 Mars à 20:50

    on a enlevé la terre au paysan, par tous les moyens, encore maintenant . Et la ville mange bout à bout, les derniers morceaux. Derrière chez moi, la zone Sébastopol .. avant il y a une quinzaine d'années, de belles terres produisant des céréales. Bises et merci. 

    5
    Jeudi 16 Mars à 23:54
    Edmée De Xhavée

    Ailleurs se trouve partout et donc ici aussi. Tout dépend de quel type d'ailleurs on a besoin. Il y a ceux qui doivent marcher et partir, visiter et sans doute revenir, et ceux qui savent que tout est ici... Nous ne sommes pas tous pareils, heureusement. Ce texte est très beau, donne l'ampleur d'une vie "sur place"... qui est une vraie ampleur...

    6
    Vendredi 17 Mars à 10:51
    Daniel

    Il y a toujours à découvrir là où on est. Il a vécu proche de la terre et de la nature. C'est une vie .......

    7
    nicole 86
    Vendredi 17 Mars à 14:02

    Je n'ai jamais pu lire Giono, il y a trop de soleil, trop de lumière, trop de roches dans ce que j'en ai aperçu et pourtant j'ai capté quelques moments de cette émission aussi ...  L'Aveyron, je pourrais peut-être y vivre puisque je n'ai plus de racines nulle part.

    Il ne connait que cela mais il le connait bien , la sagesse sereine de celui qui sait recevoir ce qui lui est offert et accueillir l'inattendu.

    Merci Gazou pour ce texte qui creuse profond.

    8
    Dimanche 19 Mars à 11:05

    Merci pour ton passage...Bon dimanche Nicole !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :