• Un cadeau n'est pas un dû

     
    Au supermarché où il se rendait tous les soirs,c'était toujours à la même caisse qu'il s'adressait , car depuis quelque temps, l'employée qui s'y trouvait lui souriait gentiment et lui tendait la note avec quelques mots de sympathie...
    Certes,songeait-il,je ne suis pour elle qu'un client parmi d'autres...il ne faut pas rêver...
    Mais les raisonnements lucides qu'il entretenait en lui-même ne l'empêchaient point de se rendre au rendez-vous quotidien...Une femme lui souriait...Et chaque jour,son sourire était aussi neuf et émouvant que le premier..
    .Il ne voulait surtout pas s'y habituer et considérer ce sourire comme un dû.
    Demain,peut-être ne lui sourirait-elle plus,?
    D'abord ce fut un rayon de soleil dans une vie trop grise, et c'était d'autant plus bienfaisant qu'il sortait d'une mauvaise grippe.
    Puis ce fut cette douceur qui lui donnait à rêver et qui lui fit trouver plus âpre cet appartement désert qu'il devait retrouver chaque soir au retour du supermarché..
    Elle occupait désormais toutes ses pensées...
    Elle,probablement,ne pensait jamais à lui,seulement au moment où il venait payer ses achats.
    Peut-être adressait-elle le même sourire à tous les clients et lui qui s'était cru reconnu,,attendu,distingué parmi la foule des autres...
    Il se perdait en suppositions,il lui inventait des journées pleines,une famille douillette où,lui,le solitaire,se réchauffait déjà en rêve...
    Un jour,il oublia que  ce sourire devait être chaque fois une surprise inattendue.
    IL vint à elle ,en attente de son dû.
    Aussitôt se figea le sourire et le visage de la belle devint masque.
    Dans son cabas' ce n'était plus un rêve vivant  qui le grisait,,c'était une cage qui se refermait, c'était son âme qui se  ratatinait;

  • Commentaires

    1
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 08:20
    Un texte "riche" en méditations pour notre quotidien (sourire) Belle journée.
    2
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 08:24
    Toujours décevante, la fausse monnaie!
    3
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 09:05
    Il devait être particulièrement seul ce pauvre homme!
    4
    ABC
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 09:54
    Journalière rencontre qui permet d'espérer, pour un rien le vase peut se briser... C'est beau et fort, que sait-on des sourires que l'on donne et de ceux que l'on reçoit ?
    5
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 14:03
    j'apprécie beaucoup ce texte très humain et émouvant car ces petits sourires qui peuvent sembler superficiels ... sans mémoires ... ne le sont pas tant que ça ... et simplement la belle souffrait ce jour là ... un enfant malade, un chefaillon odieux, une grand mère mourante ou un cdd qui se termine ... revenir le lendemain, un autre jour .... pour que le sourire renaisse ... bises
    6
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 15:57
    C'est dur d'atteindre une certaine autonomie dans la vie ! On devient vite dépendant de quelque chose ou de quelqu'un et quand il n'y a pas de réciprocité, la "torture" peut guetter. Amicalement. Loic
    7
    Yog
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 18:51
    Le pov'!
    8
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 19:11
    Merci pour ces mots... des mots à méditer, comme souvent chez toi.
    9
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 20:28
    Comme tu le dissèques...
    10
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 22:28
    C'est tellement important un sourire et ça ne coûte rien.
    11
    Jeudi 13 Novembre 2008 à 00:40
    belle tranche de vie... besos tilk
    12
    Jeudi 13 Novembre 2008 à 08:20
    ton idée est intéressante,c'est vrai que ,lorsqu'on inverse les rôles,le ressenti est très différent
    13
    Jeudi 13 Novembre 2008 à 08:26
    Il faut apprendre à aimer sans rien attendre mais ce n'est pas toujours facile,parfois ,on y  parvient
    14
    Jeudi 13 Novembre 2008 à 08:33
    ce jour-là,il a cru qu'un sourire lui était du , qu'un lien s'était créé entre eux qui lui donnait droit à ce sourire et peut-être l'a -t-elle senti et elle n'a pas  voulu s'engager sur un chemin qu'elle ne désirait pas ni lui laisser croire qu'elle pouvait lui donner davantage
    15
    Jeudi 13 Novembre 2008 à 08:38
    oui,très seul et pourtant très entouré
    16
    Jeudi 13 Novembre 2008 à 08:43
    ce n'était pas de la fausse monnaie,son sourire était sincère mais elle ne pouvait se lier davantage et quand elle a pris conscience qu'il attendait beaucoup plus, elle a fait marche arrière
    17
    Jeudi 13 Novembre 2008 à 15:17
    se contenter d'un sourire dans le désespoir c'est trop dur et attendre davantage trop injuste mais que faire lorsque l'on est en désespérance? une belle tranche de vie qe tu nous soumets là gazou. amitiés
    18
    Jeudi 13 Novembre 2008 à 22:59
    Savoir recevoir, sans rien attendre, celà s'apprend souvent à grand prix
    19
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 22:09
    Un sourire n'est pas un dû, mais il fait tant de bien. Sourions un peu plus
    20
    Dimanche 16 Novembre 2008 à 16:57
    Ah! si tous on se souriait peut-être aurait-il mis moins d'espoir dans ce soleil de sa journée... mais on se croise et on se fait la gueule... Pourquoi? Moi-même je rêve en marchant, et ne vois guère les gens, quand il m'arrive de les voir, j'essaie de leur sourire, ça dépend de leur regard aussi... Faut-il qu'il soit bien esseulé pour compter ainsi sur ce fragile sourire. Après tout la caissière a peut-être des soucis qui l'empêchent d'être avenante, ou ne veut tout simplement pas faire croire que... à ce monsieur qu'elle sent dans l'attente.
    21
    Lundi 17 Novembre 2008 à 01:05
    beau récit, ma chère Gazou... réaliste mais plein d'émotion j'aime beaucoup gros bisous amicaux jean-marie
    22
    nicole 86
    Mardi 2 Juillet 2013 à 17:04
    Pourquoi ai-je soudain si froid ?
    23
    Josette
    Mardi 2 Juillet 2013 à 17:04
    Que s'est-il passé ce jour-là ? Il n'avait sans doute pas offert le sien, de sourire...et cela m'amène aux "mercis" qui se font attendre, et quand on répond"de rien", mais c'est une autre histoire! Josette.
    24
    andrée wizem
    Mardi 2 Juillet 2013 à 17:04
    imaginons des rôles inversés... notre protagoniste serait une femme seule et l'autre personnage avenant serait un caissier... ce qui serait remarquable chez lui serait plutôt qu'un sourire peut être un trait d'humour à chaque passage...et le jour où un fait de circonstance aurait empêché l'humour de surgir...notre dame esseulée se serait décarcassée pour trouver de bonnes raisons au caissier d'être taciturne...elle s'en serait peut être inquiété même... et son histoire à elle aurait paru moins dramatique... du coup c'est le caissier qui serait devenu le protagoniste dans l'affaire... dans ton histoire cet homme a manqué de l'humour qui aurait déridée la caissière...
    25
    Maryse
    Mardi 2 Juillet 2013 à 17:04
    Pour s'agripper ainsi à un sourire féminin, faut-il être désespéré! Il me fait de la peine cet homme. C'est bien une attitude féminine aussi, celle de reculer après avoir "amorcer". L'homme parfois "s'abîme" trop sur le sourire des femmes,le sourire de quelqu'un d'étranger peut être porteur de grandes illusions dans ce monde si personnel.N'empêche que cet homme me fait de la peine. maryse
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :