• Triste Amérique de Michel Floquet

    Michel Floquet qui a écrit ce livre a été correspondant de TF1 et LCI0 Washington de 2011 à 2016

     

    Il y a deux Amérique. , nous dit-il

    Celle du mythe, de la liberté, de la musique, de la chance offerte à chacun. De la Silicon Valley, de Manhattan, de Google, de Facebook, de Wall Street et d’Hollywood.

    Et l’autre Amérique…

    Un pays qui consacre la moitié de son budget à l’armée, en perdant toutes ses guerres.
    Où un enfant sur quatre mange à la soupe populaire.
    Où l’on compte, proportionnellement, plus de prisonniers qu’en Chine ou en Corée du Nord.
    Où des vieillards paralytiques purgent des peines de 150 ans.
    Où, chaque jour, plus de 30 personnes sont abattues par arme à feu.
    Où les études coûtent 40 000 dollars par an, induisant une reproduction sociale sans égale.
    Où l’impôt taxe les plus riches de 15 % et les plus modestes de 25 ou 30 %.

    Une démocratie dominée par deux partis qui dépenseront 7 milliards de dollars lors de l’élection de 2016 pour continuer à se partager le pouvoir.

    C’est cette triste Amérique que dépeint Michel Floquet. Un pays qu’il a parcouru pendant cinq ans, saisi par son éloignement de l’Europe, son continent d’origine. Et l’on réalise qu’au xxie siècle, les États-Unis ont dévoré l’Amérique tant admirée.

    Je viens de lire ce livre qu'une voisine m'a prêtée et je suis un peu, beaucoup... ahurie par tout ce que je découvre


  • Commentaires

    1
    Jeudi 3 Août à 12:07
    Edmée De Xhavée

    Moi pas, tu t'en doutes. C'est immonde comme système, et quand j'en parle on pense que j'exagère. Le rêve américain n'a pas vécu, même s'il se transforme en cauchemar après un court délai d'émerveillement. Très court, le délai, et très perturbant, le cauchemar! 

    2
    Jeudi 3 Août à 14:57

    Et ceci est vrai pour tout sur cette terre,  les pays comme les gens : il y a l'apparence, ce qu'on laisse croire ; et la réalité, ce que l'on ne voit pas.

    De plus n'oublions pas que tout ce que nous "voyons" est notre projection, c'est à dire notre propre reflet : ainsi ce brillant de l'Amérique de cocagne c'est le visage que nous cherchons à offrir aux autres ; et la détresse profonde, c'est la nôtre... 

    3
    Jeudi 3 Août à 16:14

    c'est un pays capitaliste à outrance et son Président en date n'est pas pour arranger le système que du contraire ! Là-bas, la gauche est inexistante  ...

    amitié .

    4
    Jeudi 3 Août à 16:31

    merci pour cet article ; oui tout cela existe et aussi des gens comme toi et moi. Je viens de lire aussi ce très bon texte de Christophe André sur Las Végas 

    http://psychoactif.blogspot.fr/2017/06/las-vegas.html

     

    je t'envoie un peu de fraîcheur de chez moi (temps couvert et température douce).

     

    Bises 

    5
    Vendredi 4 Août à 15:30

    je ne comprends pas que l'on puisse admirer ce pays qui en plus voudrait nous imposer ses modes alimentaires, ses jeux vidéos, son industrie pharmaceutique, ses OGM, ses produits phytosanitaires....

    6
    Samedi 5 Août à 09:25
    Daniel

    Drôle de pays , bien loin de notre culture et de nos modes de vie. Un pays où les inégalité sociales sont profondes.

    7
    FredrickJones
    Lundi 7 Août à 09:03

    Hello there! I am sure that you're right, at least, I agree with you, sir. Every word you mention is important and meaningful for the reader. Address to http://smartwriters.org/blog/the-most-interesting-task-is-albert-einstein-essay if you wish to relax. 

    8
    best essay writing s
    Mardi 17 Octobre à 13:43

    The country he traveled for five years, best essay writing service seized him away from Europe with the roots of his origins.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :