• Si tu veux écrire un poème

    C'est en lisant le dernier journal de Charles Juliet que j'ai découvert ces conseils qui me semblent très justes...J'aime la façon très simple avec laquelle il les donne.

    Et même si l'on écrit des alexandrains, il en est de très beaux...ce qui doit primer, me semble-t-il, c'est d'abord de trouver les mots qui exprimeront avec le plus de justesse ce que l'on ressent et que l'on désire partager avec ceux qui nous liront.

    Ce qui doit primer,  c'est l'authenticité.

     

     A une  lycéenne

     

      " Si tu veux écrire un  poème

       surtout surtout

       ne  cherche pas

       à faire de la  poésie

       laisse-toi simplement

       traverser par les mots

       qui te viennent

       Ce que tu sens ce que tu ressens

       cette brume qui veut

       prendre corps

       laisse-la

       s'épancher sur

       la page

       Surtout n'enjolive pas

       ce qui t'est donné

       Tiens-toi au plus intime

       au plus vrai de toi-même

       et les vers apparus

       deviendront ces pépites

       que les chercheurs de vie

       aiment à trouver

       au creux de leur tamis. "

                               Charles Juliet (Gratitude,20 octobre 2007)


  • Commentaires

    1
    Mercredi 21 Novembre à 15:42
    covix

    Bonjour, 

    une belle déclinaison pour ce style d'écrit, la poésie, elle est en nous, il suffit de la laisser parler.

    Bonne soirée

    Bises

    2
    Mercredi 21 Novembre à 17:35

    nous sommes tous des poètes, quand ainsi qu'il le dit, nous laissons couler de nous nos intimes sensations !

    amitié .

    3
    lenez o vent
    Mercredi 21 Novembre à 17:38

    joliment expliqué

    le poème est fluide

    Merci pour ce partage

    Bisous

    4
    Mercredi 21 Novembre à 17:54
    Yvette/

    Très juste et très bien expliqué. Autant j'aime et j'écris en alexandrins, autant j'aime la poésie libre, celle que je ressens. Ce qui n'est pas le cas, en ce qui me concerne, en peinture. Je ne peux pas peindre mes émotions, elles transparaissent dans ma peinture "classique", pas de moderne chez moi, je ne peux pas, je peins ce que je vois et comme ce que je vois avec mes yeux de myope à lunettes, est précis, je me dois d'être précise. Je ne sais pas si j'arrive à me faire comprendre.

    Allez bisous et à bientôt!!!

    5
    Mercredi 21 Novembre à 17:59

    De bons conseils, il faut les suivre, tout le monde n'est as doué pour les alexandrins...

    6
    Mercredi 21 Novembre à 18:31
    LADY MARIANNE

    A une lycéenne et à tout le monde-
    de bons conseils ! bravo le poète qui nous donne les ficelles -
    bonne soirée- bises-

    7
    Mercredi 21 Novembre à 20:27

    J'aime beaucoup ce qu'il écrit.

    Merci pour ce partage, Gazou.

    Bisous et douce soirée.

    8
    Mercredi 21 Novembre à 21:34
    erato:

    J'aime beaucoup ce poème qui est d'une grande sagesse.

    Bonne soirée Gazou

    9
    Jeudi 22 Novembre à 07:07

    C'est un homme exceptionnel, un poète exceptionnel : il sait dire les choses simplement, d'une façon très lumineuse.

    Merci pour ces vers du début de journée.

    10
    Jeudi 22 Novembre à 08:46

    Le travail du poète s'élabore dans le silence , avec patience et recueillement.

    Charles Juliet le dit très bien.à

    Mais c'est aussi un travail de la langue.

    Bonne journée Gazou

    11
    Jeudi 22 Novembre à 09:41

    C'est très vrai mais les images se travaillent aussi pour donner un effet de simplicité. Bises et bonne journée

      • Jeudi 22 Novembre à 10:22

        Je suis d'accord. Pour arriver à une grande simplicité et une grande clarté, cela demande parfois beaucoup de travail.

        Bonne journée Azalaïs !

    12
    Maquis
    Jeudi 22 Novembre à 11:05

     

    Bonjour Gazou

    Un écho

    « Pour écrire un seul vers, il faut avoir vu beaucoup de villes, d’hommes et de choses, il faut connaître les animaux, il faut sentir comment volent les oiseaux et savoir quel mouvement font les petites fleurs en s’ouvrant le matin. Il faut pouvoir repenser à des chemins dans des régions inconnues, à des rencontres inattendues, à des départs que l’on voyait longtemps approcher, à des jours d’enfance dont le mystère ne s’est pas encore éclairci, à ses parents qu’il fallait qu’on froissât lorsqu’ils vous apportaient une joie et qu’on ne la comprenait pas ( c’était une joie faite pour un autre ), à des maladies d’enfance qui commençaient si singulièrement, par tant de profondes et graves transformations, à des jours passés dans des chambres calmes et contenues, à des matins au bord de la mer, à la mer elle-même, à des mers, à des nuits de voyage qui frémissaient très haut et volaient avec toutes les étoiles – et il ne suffit même pas de savoir penser à tout cela. Il faut avoir des souvenirs de beaucoup de nuits d’amour, dont aucune ne ressemblait à l’autre, de cris de femmes hurlant en mal d’enfant, et de légères, de blanches, de dormantes accouchées qui se refermaient. Il faut encore avoir été auprès de mourants, être resté assis auprès de morts, dans la chambre, avec la fenêtre ouverte et les bruits qui venaient par à-coups. Et il ne suffit même pas d’avoir des souvenirs. Il faut savoir les oublier quand ils sont nombreux, et il faut avoir la grande patience d’attendre qu’ils reviennent. Car les souvenirs ne sont pas encore cela. Ce n’est que lorsqu’ils deviennent en nous sang, regard, geste, lorsqu’ils n’ont plus de nom et ne se distinguent plus de nous, ce n’est qu’alors qu’il peut arriver qu’en une heure très rare, du milieu d’eux, se lève 

    LE PREMIER MOT D’UN VERS. » 

    Les Cahiers de Malte Laurids Brigge de Rainer Maria Rilke

      • Jeudi 22 Novembre à 12:42

        merci pour cet écho

    13
    Jeudi 22 Novembre à 22:15

    Ce qu'il dit est comme toujours pure vérité, car il se l'applique à soi-même... "Vouloir" entraîne toujours un travail mental qui tôt ou tard révèle son côté factice ; "laisser venir" est une ouverture à ce qui vient d'au-delà de nous-même et qui seul a une valeur : c'est ce que l'on appelle aussi "inspiration"... Cela nous est "soufflé" sans aucun effort de notre part, comme notre respiration.

    (d'ailleurs il est étonnant qu'il associe ces mots au terme de "gratitude", comme s'il devait remercier pour ce qu'il écrit).

    14
    Vendredi 23 Novembre à 14:43

    Oui la poésie doit venir à l'esprit comme le torrent descend la montagne

    15
    Vendredi 23 Novembre à 17:30
    daniel

    Lâcher prise et laisser venir…...Alors les portes de l'inspiration s'ouvriront peut être ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :