• Elle me parle d'une amie  qui a un cancer et plein de métastases dans tout le corps.

     

    Elle s'étonne qu'elle n'éprouve pas le besoin de parler de  sa disparition prochaine , au moins avec ses plus proches amis. Il lui semble qu'elle, elle aurait envie de parler , en toute vérité, avec ceux qui ont su créer des liens avec elle...Et j'éprouve , moi aussi, la même sensation;

     

    Puis elle me dit : "A un moment, elle m'a déclaré qu'elle espérait être encore là pour Noël".

     

    Mais lui dis-je, si elle t'a dit  cela, c'est bien qu'elle est consciente de son état et qu'elle sait qu'il lui reste peu de temps..

     

    C'est vrai, me répond-elle, mais je n'en ai pas pris conscience et nous avons parlé d'autre chose.

     

     

    Alors je lui raconte que j'ai vécu un peu la même expérience il y a quelques mois...

    Je me promenais avec une voisine qui avait été opérée d'un cancer quelque temps auparavant.

    Elle marchait plus allègrement que moi.

    Et voilà que je l'entends dire :"Mes enfants ont perdu leur père   au début de l'année, si dans la même année, ils perdent leur mère, c'est vraiment beaucoup...."

    Je l'ai trouvée bien pessimiste et je n'ai pas su que lui répondre tant il était évident pour moi qu'elle était en voie de guérison...

    Mais elle, elle ressentait bien qu'en dépit des apparences, elle n'en avait pas fini avec la maladie...et elle aurait sans doute aimé en parler...Et je n'ai pas su l'entendre et l'écouter...Et nous avons parlé d'autre chose....

     

    Qu'il est difficile d'être vraiment à l'écoute de l'autre, d'être en empathie...

     

    Et pourtant, si l'on n'est pas vraiment en recherche de cette écoute, à quoi bon vivre?

     


    19 commentaires
  •  Je suis de toute espérance  de Alain Mercier

     

    "Je dis le goût des choses simples

    Le goût de pain et de soleil

    Le goût de plaisir et de chance;

     

    Je dis les mains tendues

    Et la bonne surprise.

     

    Je dis la transparence d'être

    Je dis la joie des hommes libres

    Et la peine des condamnés.

     

    Je dis la halte après la route

    Je dis l'arme des opprimés

    Je dis la colère du juste

    Et l'innocence des blâmés.

     

    Je dis l'aventure de naître."

     

     


    Ce matin, en rangeant des papiers, je redécouvre ce poème que je relie à ce que j'écrivais hier.

     

    Ce matin, j'écoute  un copain qui me téléphone et d'emblée me déclare :

    "C'est décourageant, tout ce que je fais est stérile, je vais à des réunions, je dis ce que je pense, je pousse ma gueulante, oui, mais rien ne change...

    Puis il me parle de la bibliothèque qui est à côté de chez lui...Il y va régulièrement bien qu'il ne prenne pas de livres, mais il aime  aller dire bonjour à la bibliothécaire et lui faire un brin de conversation...Il n'aime pas  lire mais il aime bien parler...Et voilà que la dame lui prête un livre : c'est le témoignage d'une femme devenue maire dans son village...

    Et elle l'invite à venir participer  au cercle de lecture qui a lieu dans quelques jours à la bibliothèque...

    Le voilà donc obligé de lire le livre et de participer à cette rencontre....Mais,  comme il a décidé que tout ce qu'il faisait était stérile, il y va en pensant à l'avance que c'est du temps perdu...LEs personnes, me dit-il,  ne sont pas motivées, elles arrivent en retard ou partent avant la fin....Et puis, les propos de cette dame : maire de son village, ses propos sont  banals donc sans intérêt, ça ne sert à rien, ni de l'écrire, ni de le lire...C'est juste pour justifier son emploi que la bibliothécaire organise ces cercles de lecture, ça ne sert à rien...Quoi que l'on fasse, ça ne sert à rien.

    Heureusement, pour une fois, je dirai heureusement  les pensées de mon copain ne sont pas en accord avec ses actes....Heureusement, sinon, puisque tout est stérile, il pourrait passer sa journée à ne rien faire....Heureusement, il ne croit pas tout à fait à ce qu'il dit  et il essaie quand même...de faire quelque chose et garde quand même un petit filet d'espérance, du moins je l'espère...

    Je l'ai écouté, mon gentil copain, car il est gentil et serviable au-delà de ce que l'on peut imaginer, je l'aié couté mais  je me suis sentie impuissante à lui communiquer un peu de cette petite flamme qui m'anime parfois.

     

     

     



    15 commentaires
  • Si t'embarrassent les blancs
    qui ponctuent ma conversation,
    j'en suis attristée
    mais n'est-ce pas toi qui les a provoqués
    ces blancs qui te troublent,
    en restant si longtemps silencieux
    face à celle qui,sans pudeur,
    se dévoile
    à toi
    et attend
    le coeur à coeur lumineux
    qui lui donnera le goût
    de poursuivre sa route
    sur cette terre glacée.


    1-juillet-2007-039.jpg                                                       

      Un coeur à coeur  lumineux
                                                            

     promesse d'un monde bleu
                                                            

     d'un monde à venir
                                                            

     où la rencontre avec l'autre
                                                             

    sera transparence
                                                            

    et confiance totale.


    19 commentaires
  • "La seule vraie certitude touchant notre vie et nos actes ne peut venir que des sources qui jaillissent au fond de nous-mêmes.

     

    "Mais si je suis poète, je n'ai qu'à attendre patiemment que lèvent les mots qui porteront le témoignage que je crois devoir porter."

     

    "C'est ainsi que je veux écrire. avec autant d'espace autour de peu de mots"

     

    "En réalite , les mots doivent accentuer el silence.

     

    "Il s'agira de trovuer un juste dosage entre le dit et el non-dit, un non-dit plus gros d'action que tous les mots qu'on peut tisser ensemble.

     

    "La vie est grande, bonne, passionante, éternelle, et à s'accorder tant d'importance à soi-même, à s'agiter et à se débattre, on passe à côté de ce grand, de ce puissant et éternel courant qu'est la vie. Ce sont de ces moments- etils m'emplissent de gratiude - où toutes les aspirations personnelles tombent, où ma soif de savoir et de connaissance s'apaise  et où, d'un large coup d'ailes, un petit peu d'éternité vient me survoler."

     

                                              Etty Hillesum

     

    (J'ai déjà parlé d'elle, sur mon blog, le 11février 2008 et le 16 mars 2009) 


    7 commentaires
  • " Que mes pas me portent dans la beauté

    Que mes pas me portent tout au long du jour.

     

    Que mes pas me portent à chaque retour des saisons

    Pour que la beauté me revienne

     

    Beauté des oiseaux

    Beauté joyeuse des oiseaux

     

    Que mes pas me portent dans la danse des sauterelles;

     

    Que mes pas me portent dans la rosée fraîche

    Et que la beauté soit avec moi

     

    Que mes pas me portent vers la beauté qui me précède

    Que mes pas me portent vers la beauté qui me succède

    Que mes pas me portent vers la beauté du ciel

     

    Que mes pas me portent vers la beauté qui m'entoure

    Que mes pas me portent dans la vieillesse,

    Sur un chemin de beauté, vivifiée

    Que mes pas me portent dans la vieillesse

    Sur un chemin de beauté, vers une vie nouvelle,

    Et dans la beauté je marcherai

     

    Dans la beauté je marcherai. "


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique