• Nous marchons sur le boulevard de la ville tout en bavardant.

    Une petite dame nous dépasse, nous fait un grand sourire et nous dit bonjour.

    Puis elle nous dit qu'il faut  boire, boire beaucoup car les chaleurs reviennent ...

     Quelqu'un arrive en face...Elle lui fait à nouveau un large sourire et lui dit bonjour.

    L'autre la regarde étonné et elle, elle ne dit rien.

    Puis elle traverse  une rue...Une voiture s'arrête pour la laisser passer.

    Elle lui dit bonjour puis brusquement dévie de sa route pour aller faire la conversation avec lui...

    Des voitures à l'arrière stoppent à leur tout et attendent patiemment la fin de la conversation, du moins je l'espère...

    Avec elle pas d'anonymat ! pas d'indifférence ! Elle est amie avec tout le genre humain !

     

    Petite pause de vacances...A bientôt !


    8 commentaires
  •  Nous parlons de tout de rien

    Soudain il me parle de sa nièce

    Tout en  continuant ses études, elle compose des chansons et donne quelques concerts à l'occasion;

    elle est bien consciente qu'il est difficile de se faire sa place en tant qu'artiste et de gagner sa vie ainsi

    mais elle a très envie d'essayer et ne veut pas avoir de regrets plus tard...

     j'approuve et lui dis qu'elle a bien raison....Si elle n'essaie pas maintenant...après ce sera trop tard....

    -Oh ! me dit-il en souriant d'un air candide, il n'est jamais trop tard...

    Moi, je viens de contacter une  copine... On s'était perdus de vue  mais je la connais depuis trente ans...

    et on va partir en vacances ensemble. Tu vois, il n'est  jamais trop tard...

    Nous nous quittons  heureux, un sourire sur les lèvres...


    10 commentaires
  • Un vent  irritant  s'était déchaîné tout au long du jour.

    Je m'étais isolée à l'intérieur...

    Vers le soir je me décide à sortir...

    J'ai justement un livre à prêter à une voisine qui habite le haut du village...

    Je rencontre d'abord une jeune dame qui habite  quelques maisons plus loin et qui est venue laver sa voiture avec l'eau du bassin....Puis quelques mètres  après, des gens nouvellement installés sortent de chez eux...Nous nous saluons, c'est la première fois que je vois leur visage...

    J'arrive chez la personne à qui je prête le livre...Nous bavardons un bon moment..de nos lectures réciproques, de tout et de rien, du voyage qu'elle vient de faire, des petits enfants..

    En sortant de chez elle, il y a  trois autres personnes du village qui bavardent et plaisantent...

    Je continue mon chemin avec l'une d'elles, le seul homme du groupe, il rentre chez lui lui aussi, accompagné de son chien;

    Nous continuons la conversation.

    Il me dit qu'il aimerait bien, si une autre vie lui est accordée, renaître sous la forme d'un chien

    et il regarde le sien.

    Oui, dit-il, être dans ce village où je suis bien, et je veux être heureux, être un chien qui attend seulement de la nourriture et ques caresses...Tu vois, ce n'est pas juste, hier quand je suis arrivé au repas de la fête de l'école, mon chien a pu quémander sans que personne n'y trouve à redire....et même sans qu'il ne demande rien , il a reçu des calins sur le dos...Moi, personne ne m'en fait...

    Nous avons ri et chacun a poursuivi son chemin mais non, décidément, si je devais renaître,  bien que l'être humain soit capable de merveilles  mais aussi des pires atrocités...oui, si je devais renaitre, je préférerais me retrouver dans la peau d'un être humain.

     


    9 commentaires
  • C'est un texte écrit en juillet 1990 et qui ressort aujourd'hui par hasard

     

    Les relations humaines m'ont toujours beaucoup questionné par leur complexité.

    Finalement il est quatre positions : on est soit la victime, soit le bourreau, soit le spectateur, soit le simple.

     

    La victime :

    Oh ! la rage d'être impuissant!

    Et quand la victime révoltée sort du trou

    qu'elle prenne garde à ne pas devenir bourreau

    tant le besoin de revanche peut nous posséder

    surtout si l'on n'en est pas conscient

     

    Le bourreau :

    La position du plus fort n'est pas enviable

    Il doit toujours se battre pour la conserver, agresser l'autre le premier pour garder l'avantage

    Et plus on le croit puissant et plus il tremble de peur au fond de lui.

     

    Le spectateur :

    Il a retiré son épingle du jeu

    Il regarde tantôt se projetant dans la victime, tantôt se projetant dans le bourreau, mais lui où est-il?

    Eternel absent

     

    Le simple

    Il accorde à chacun une place égale à celle qu'il s'accorde à lui-même sans que l'autre la revendique et il peut s'établir avec lui dans un échange réciproque : recevant ce que l'autre lui donne et donnant lui-même de sa personne .

    Les rapports sont riches, les conflits existent parfois et sont affrontés sans drames comme étant la vie tout autant que l'harmonie. Mais il est un temps pour l'harmonie et un temps pour le conflit et c'est dans ce va et vient continuel que la vie se déroule avec des poussées parfois douloureuses mais sans heurt destructeur.

    Longtemps, j'ai cru qu'en prenant le parti de la victime, j'épousais à coup sûr le parti le plus juste.

      A présent, je crois que le bourreau lui aussi est victime, esclave de son besoin de toujours prouver son pouvoir sous peine de ne plus exister...et je sais maintenant que la victime parfois se transforme en bourreau.


    7 commentaires
  • Hier ma voisine vient me voir et elle me raconte.

    Mon fils, me dit-elle, est allé  avec sa femme voir la grand-mère de celle-ci.

    C'est une vieille dame qui vit seule depuis longtemps.

    A quatre-vingts ans, elle montait encore allègrement ses escaliers.

    Mais, à présent, à quatre vingt quatorze ans, elle a des problèmes de motricité importants et,

    il y a quelques mois, elle a dû se résoudre à aller en maison de retraite.

    Et là devinez ce qui s'est passé!

    Non, ce n'est pas un conte de fée, c'est la réalité vraie !

    Là, elle a trouvé un amoureux : un homme de quatre vingt dix-sept ans.

    Ses petits enfants ont été éblouis par leurs regards amoureux, la tendresse exquise

    dont ils s'enveloppaient l'un et l'autre.

    Et auprès de ses deux jeunes amoureux nonagénaires, ils ont découvert une source d'eau vive

    et leur  amour mutuel en a été renouvelé.

    On peut donc être dépendants et cependant rayonnants et apporter encore beaucoup aux autres.


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique