•  

    En automne

    je récoltais toutes mes peines

    et les enterrais

    dans mon jardin.

    Lorsqu'avril refleurit

    et que la terre

    et le printemps

    célébrèrent leurs noces

    mon jardin  fut jonché

    de fleurs splendides

    et exceptionnelles

     

    Mes voins vinrent les admirer

    et chacun me dit  :

    quand reviendra l'automne,

    la saison des semailles,

    nous donneras-tu

    des graines de ces fleurs

    afin que nous puissions

    les planter

    dans nos jardins?              Khalil Gibran


    7 commentaires
  • P1100419

     

     

     

    Pour nombre d'occidentaux un jardin zen est un espace botanique, alors que pour un japonais ce que nous appelons ainsi est un lieu de méditation (Zen veut dire  méditation). Il se trouve devant les          temples bouddhistes, il a la même fonction qu'un cloître dans un monastère.

    Le jardin de Montvendre est la copie de celui de Ryoan-ji  . Il est  situé sur une colline de Kyoto.

    IIl fut réalisé entre 1450 et 1500, brûlé à la guerre  des Onins, reconstruit 25 ans plus tard.

    Il y a plusieurs années llle dessin plan d'origine fut retrouvé, ce qui a permis de le reconstruire tel qu'il était à sa création. Les rochers proviennent du Vercors,  ce sont des lapiez de grès qui auraient 350 millions d'années.

    Le lit de Kaolin vient de la Drôme, à cause du climat la mousse des îlots a été remplacée par des plantes vivaces.

    Il y a 5 ilots disposés de telle façon qu'on ne peut les voir tous d'un seul regard car la réalité est ainsi, On croit avoir atteint la Vérité mais il y a toujours une partie invisible qu'il nous reste à découvrir

     

    P1100425

     

     

    Nous avons visité ce jardin il y a quelques jours,

      

    Nous avons été accueillis par son créateur, il a pris le temps de nous expliquer son histoire, ses particularités, il a mis tout son amour dans ce jardin et on a envie de lui rendre hommage et nous le remercions pour son accueil si affable.

    L'entrée est gratuite car, nous dit-il, ce ne serait pas un jardin  zen si vous deviez payer.

    Il y a une discrète boîte aux lettres où l'on peut mettre une peu d'argent pour payer la jardinière qui l'aide  à  tailler et entretenir les plantes et les arbustes qui entourent le jardin zen

     

    P1100428

     


    6 commentaires
  • Dans sa tête

    Une petite phrase tourne sans arrêt.

     

    Elle marche dans les rues avec des  amis.

    Elle s'assoit   avec eux aux tables des cafés

    Elle mange avec eux

    Elle boit avec eux

    Elle parle avec eux

    Elle leur sourit même

    Et la petite phrase ne cesse de tourner.

    Mais eux ne le savent pas...

    Ils l'imaginent avec eux puisqu'elle est  là,

                          présente,

    qu'elle leur parle et qu'elle  leur sourit...

    Ils se leurrent

     

           Elle est absente

    Elle sauve les apparences

    par son semblant de sourire,

    son semblant de phrases

    son semblant de regard...

    Elle, elle est  avec cette petite phrase

                qui tourne dans sa tête

    sans cesse et qui la veut attentive, toute

    à ces quelques mots assemblés

    qu'elle tourne et retourne

    car elle voudrait bien en comprendre le sens

    ou plus exactement le pourquoi

    Le sens, il n'est que trop aisé à comprendre

    Le sens premier tout au moins

    mais le pourquoi de ce goût, de ce vertige

    et ce qu'il révèle  de ses manques et de sa recherche

    C'est cela qu'il lui faut découvrir.   

    D'abord ne pas se laisser effrayer par la vision

    Elle est là, nul ne l'ayant vue ne peut plus la nier ,

    l'accepter, en découvrir la beauté.

    elle n'est pas destruction,

    elle est transcendance  ,

    elle est curiosité passionnée

    de tout ce qu'un être humain peut ressentir.  

     

    J'ai retrouvé ce texte que j'ai écrit en 2013

    Je n'en ai qu'un très vague souvenir          

    si bien que je cherche quelle phrase tournait dans sa têteou dans la mienne à ce moment là


    6 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

     

    http://mediation.centrepompidou.fr/education/ressources/ENS-villegle/images/xl/V31.jpg

    Jacques Villeglé, Rue René Boulanger - Boulevard Saint-Martin, 1959, affiches lacérées marouflées sur toile, 293 x 430 cm, Collection Mamac, Nice © ADAGP Paris, 2019

     

    Jacques Villeglé, né le 27 mars 1926 à Quimper, est un plasticien et peintre français.

    Il étudie la peinture et le dessin à l'école des beaux-arts de Rennes où il fait la connaissance de Raymond Hains (1945), avec qui il liera une complicité définitive. Il travaille quelque temps chez un architecte, où il se familiarise avec les questions d'urbanisme et d'espace public, avant d'étudier l'architecture aux beaux-arts de Nantes (janvier 1947-décembre 1949). Dès 1947, il se met à récolter à Saint-Malo des débris du Mur de l'Atlantique, qu'il regarde comme des sculptures

     

    En 1960, Jacques Villeglé participe à la signature du manifeste du Nouveau Réalisme, créé par le critique d'art Pierre Restany. Jacques Villeglé est de ceux pour qui le monde de la rue est un tableau permanent, écrit Pierre Restany. Par le jeu des fragments de lettres et le lyrisme des couleurs, les recompositions d'affiches lacérées de Villeglé font preuve d'un sens esthétique singulier.
     

     

    Je suis attirée par la singularité de cet artiste.  Je ne sais pas si j'aime vraiment

     

     
     .


    7 commentaires
  •  

     

     

       Entre le silence et la parole

                                                                                            Entre eux

                                                                                             longtemps

                                                                                             un silence épais

                                                                                      de peur et de cris mêlés

                                                                                       de cris étouffés

                                                                                au tréfonds le plus profond

     

                                                                                             Et soudain

                                                                                          un souffle léger....

                                                                                        Une parole ose se dire

                                                                                  et rencontre un coeur ouvert

                                                                                        une oreille attentive.

                                                                                        Lui se cache derrière

                                                                                             une gaudriole

                                                                                         une plaisanterie loufoque

                                                                                              mais il entend,
     

                                                                                                    Il écoute

                                                                                                     et elle,

     

                                                                                                     elle voit

                                                                                                      son âme

                                                                                                      qui sourit

                                                                                                      et elle répond

                                                                                                      à son sourire.


    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires