• Pourquoi lire et écrire des romans

    Hier soir, je découvre ceci: C'est un extrait d'une conférence prononcée le 20 novembre 1931 par André Maurois.

    Il pose la question : pourquoi et comment on écrit un roman?

     

    "...Et Flaubert dit: "J'ai quelquefois entrevu, à la lueur d'une émotion qui me faisait frissonner depuis la racine des cheveux jusqu'aux talons, un état d'âme supérieur à la vie, pour qui le bonheur n'est rien et pour qui la gloire est inutile"

    "Un état d'âme supérieur à la vie et pour qui le bonheur même n'est rien", voilà ce que le grand romancier et, d'une façon génèrale, le grand artiste doit pouvoir trouver dans son art. Et le grand lecteur aussi, car le lecteur fait oeuvre d'art. Le livre ne nous est pas donné, il faut qu'il soit recréé par vous; tout bon lecteur est un artiste et l'on souhaiterait que le lecteur trouvât, lui aussi, dans un grand roman, l'apaisement que doit donner  l'art. ..."

     

    A mon tour, je me pose la question : pour quoi lit-on des romans?

    Certains pensent peut-être que c'est une fuit: s'évader ainsi dans la vie des autres,tellement plus savoureuse que la nôtre, tellement plus vraie bien que fictive et oublier ainsi le vide qui parfois envahit la nôtre...Mais ce peut-être aussi une recherche ardue, une recherche profonde.Car dans chaque être humain, si loin de nous soit-il, c'est un peu d enous que nous retrouvons...Et comme nous ne pouvons vivre toutes les vies qui nous tnetent, c'est une manière de s'approprier toutes ces expériences que nous ne connaîtrons jamais directement.Ainsi, grâce au roman, nous élargissons notre horizon.

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 1er Septembre 2010 à 06:00

    Ce qu'il dit est logique, une nouvell manière de vivre virtuellement sa vie !

    2
    Mercredi 1er Septembre 2010 à 09:48

    je partage ton opinion c'est une manière de vivre plusieurs vies, mais parfois aussi dans les livres on cherche des réponses aux questions que l'on se pose, sur la vie, son sens, nos sentiments parfois contrariés, nos peurs, nos joies et par miracle on s'apperçoit qu'un auteur a écrit exactement les mêmes sujets d'inquiétude que l'on se pose et qu'il y répond ou non mais cherche des voix pour  accéder aux réponses... Alors on se sent bien. On se dit que finalement on n'est pas hors normes et que d'autres ont vécu ces passages avant nous... Et puis il y a les livres qui nous font rire j'aime ceux de Nicole de Buron qui est un remède à la déprime : on s'y reconnait comme deux gouttes d'eau dans ses livres et son humour est pétillant...

    Bon, j'ai tout dit

    merci à toi

    bisous

    régine       

    3
    Mercredi 1er Septembre 2010 à 09:53

    Bonjour, dans la déf de la liecture, je prends les deux préférant la première mais militant pour la deuxième. Ce doit être pour cela que je nelis pas. J'ai peur des

    expériences tant que je ne me connaitrai pas ! Vois tu où tui m'emmèn,es avec tes excellentes questions..... dOUCE journée Gazou.

    4
    Mercredi 1er Septembre 2010 à 10:11

    j'aime cette réflexion !! on le lit pour les deux, apaisement ou recherche,  et si les deux sont au RV c'est encore mieux !! bisous

    5
    Mercredi 1er Septembre 2010 à 10:20

    ce qui me frappe dans la réflexion de Flaubert, c'est "grand romancier, grand roman"

    Donc il existerait de petits romanciers, de petits romans

    Combien de "petits" romans dans les plus de 700 qui attendent sur les rayons des librairies qu'on les feuillette et les achète?

    Je lis un roman au coup de coeur, pas parce qu'il fait la une des critiques! Et dans un roman, j'aime trouver d'autres univers, d'autres façons de voir les choses...façon d'élargir mon horizon qui sans cela, serait bien étroit sans doute...

    merci pour cette réflexion, et bonne rentrée!

    6
    Mercredi 1er Septembre 2010 à 10:45

    J'aime bien ta dernière phrase, c'est tellement vrai!

    7
    Mercredi 1er Septembre 2010 à 11:27

    Il paraît - et les études statistiques le prouvent - que le lectorat des oeuvres de fiction (romans) est dans sa grande majorité féminin.

    Peut-être.

    Mais je crois que tu as raison concernant les vies que nous ne pouvons vivre et les découvertes que nous ne pouvons pas faire dans notre réalité, que le roman nous permet.

    Les hommes ont-ils moins besoin de s'évader ainsi du quotidien ?

    8
    Mercredi 1er Septembre 2010 à 17:38

    je crois que si un roman nous plait plus qu'un autre, c'est sans doute qu'on y retrouve, une part de soi, une part de ce qu'on aimerait être, une part de ce que l'on a été, jamais de ce qu'on ne voudrait pas être assurément,

    oui, il y a pleins de raisons, je pense, en pluss' de l'évasion...

    9
    Mercredi 1er Septembre 2010 à 18:20

    Je ne sais pas , je ne lis pas beaucoup de romans...

    Jackie

     

    10
    Mercredi 1er Septembre 2010 à 22:07

    Peut être que les romans apportent à certains une part de rêve , d ' une autre vie, et d'évasion . Belle soirée, bises Gazou

    11
    Jeudi 2 Septembre 2010 à 00:59

    Moi je lis des romans et tout ce qui me tombe sous la main, parce que j'aime ça. Fermer un livre et avoir du regret qu'il soit fini, c'est une merveilleuse aventure qui se termine et je veux recommencer au plus vite.

    12
    Jeudi 2 Septembre 2010 à 10:39

    Gazou, tu m'emportes dans des envies de lire, je ne lis pas assez et j'en ai bien honte. Il n'en reste pas moins que tes articles m'incitent à lire, il faut que je me décide et que j'en trouve le temps. Merci à toi.

    13
    Jeudi 2 Septembre 2010 à 13:52

    J'ai une part du rêve quand je lis un roman. Soit il me passionne, soit, je le laisse et le reprend plus tard. Le roman peut être une part de soi, méconnue en nous et, comme tu le dis, on élargit son horizon. Mais dommage, je ne lis pas assez, je pense m'y remettre. Bonne journée

    14
    Jeudi 2 Septembre 2010 à 18:40

    Tout ce que tu dis me semble vrai mais je cherche aussi dans un roman une inspiration pour écrire. Pour moi un bon roman est un roman qui me donne des idées pour écrire.

    15
    Vendredi 3 Septembre 2010 à 09:10

    c'est exactement cela !

    16
    Vendredi 3 Septembre 2010 à 22:35

    je partage ton opinion cela revient à dire quue lire est une évasion, une découverte d'autre chose que l'on espère vivre ou ne pas vivre

    bises

    17
    Mercredi 8 Septembre 2010 à 15:10

    un roman.. tant et tant de choses, de sentiments, un ami, une présence, un horizon, un livre précieux que l'on garde à la caresse des yeux, un livre d'occasion dont le plaisir est d'imaginer ces autres mains qui l'ont accompagnés un instant ou de longues heures, une carte postale dedans oubliée volontairement ou pas ou encore une liste de commissions et l'on rentre dans une autre dimensions :) écrire, rédiger... les premiers plaisirs (ou douleurs selon le cas :))) de l'apprentissage scolaire, ce bonheur de la découverte, du partage reçu, offert, livre... je ne pourrais m'en passer :)

    bisous

    18
    michel gonnet
    Mardi 2 Juillet 2013 à 16:42

    J'aime ce texte, une belle invitation à lire, à s'ouvrir au monde. Merci.

    Bonne soirée.

    19
    catherine2
    Mardi 2 Juillet 2013 à 16:42

    lire ... pour oxygéner la flamme

    bonne nuit

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :