• poésie du mardi :Philippe Jaccottet

     

     

     

    Parler est facile, et tracer des mots sur la page,

    en règle générale, est généralement peu de chose :

    un ouvrage de dentellière, calfeutré, paisible,

    (on a pu même demander

    à la bougie une clarté plus douce, plus trompeuse),

    tous les mots sont écrits de la même encre,

    "fleur" et "peur" sont presque pareils,

    et j'aurai beau répéter"sang" du haut en bas

    de la page, elle n'en sera pas tâchée,

    ni moi  blessé.

     

    Aussi arrive-t-il qu'on prenne ce jeu en horreur,

    qu'on ne comprenne pas ce qu'on a voulu faire

    en y jouant au lieu de se risquer dehors

    et de faire meilleur usage de ses mains.

     

    Cela,

    c'est quand on ne peut plus se dérober à la douleur,

    qu'elle ressemble à quelqu'un qui approche

    en déchirant les brumes dont on s'enveloppe,

    abattant un à un les obstacles, traversant

    la distance de plus en plus faible - si près soudain

    qu'on ne voit plus que son mufle le plus large

    que le ciel .

     

    Parler alors semble mensonge, ou pire  ; lâche

    insulte à la douleur, et gaspillage

    du peu de temps et de forces qui nous restent.

                                    Philippe Jaccottet (A la lumière d'hiver)


  • Commentaires

    1
    Mardi 17 Juillet à 07:58

    bonjour 

     en voila d e beaux mots dans ce poéme   ,  dont je découvre l 'auteur 

     

     bonne journée Gazou

    2
    Mardi 17 Juillet à 08:12

    je retiens de ce poème " lâche

    insulte à la douleur, et gaspillage

    du peu de temps et de forces qui nous restent."

    Pourquoi passer son temps à pleurer, à se plaindre, à exhiber et secouer se douleur comme un drapeau à la face des autres, quel bénéfice peut-on en tirer? Mieux vaut sortir et dire merci aux arbres, aux nuages à la pluie de nous offrir tant de richesses plutôt que d'essuyer ses larmes avec des mots et du papier surtout quand nos jours sont comptés!

    3
    Mardi 17 Juillet à 10:01
    LADY MARIANNE

    un très joli poème, qui nous interpelle-
    entre toujours se plaindre et tout encaisser il y a un juste milieu-( Anais ) une pensée
    pour tous les grands malades- qui ne sont pas imaginaires-
    merci pour ta participation-
    bisous-

    4
    Mardi 17 Juillet à 10:31
    covix

    Bonjour, 

    Un poète que je découvre, 

    Faire une pause, respirer et retrouver le bon sens des mots et chasser les maux.

    Bonne journée

    Bises

    5
    Mardi 17 Juillet à 11:35

    J'aime beaucoup ce qu'il écrit... un poète découvert grâce à toi.

    Bisous et douce journée.

    6
    Mardi 17 Juillet à 13:00

    Une belle découverte Gazou, merci !

    Farouk est toujours aux abonnés absents et je m'inquiète ! Bises et bon mardi

    7
    Evy
    Mardi 17 Juillet à 14:08

    Beau poème que je connais pas bonne journée bisous

    8
    Mardi 17 Juillet à 19:19

    Un poème qui interpelle.

    Bonne semaine 

    9
    Mardi 17 Juillet à 19:47
    colettedc

    Oh ! Je ne connaissais pas !

    Une bonne découverte, Gazou !

    Bonne soirée !

    Amitiés♥

    10
    Mardi 17 Juillet à 22:54

    les deux peuvent servir à réduire les douleurs et physiques et morales pour peu que la dose soit bonne car souffrir en soi est insupportable ...

    amitié .

    11
    Jeudi 19 Juillet à 22:38

    Le juste milieu est tjrs un exercice difficile, c'est selon les caractères... 

    Pourquoi écrit-on ? 

    Moi qui aime tant les livres, je remercie leurs auteurs de ne pas être "aller dehors" pour nous offrir une bien belle satisfaction... 

    Merci Gazou

    Bonne et douce soirée

    Bises

    12
    lenez o vent
    Dimanche 22 Juillet à 13:44

    je découvre avec plaisir

    Merci, Bisous

    13
    Mercredi 25 Juillet à 05:40

    Je relis parfois Jaccottet, il a une place à part dans la littérature. Et pour ceux et celles qui aiment la poésie, je viens de découvrir un auteur , Antoine Emaz. Ses mots m'ont prise pour cible, une belle découverte. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :