• Poésie du Mardi: Bataille de Marie Noël

       Quand j'ai reçu le mail de Lady Marianne nous disant que le thème proposé ce mardi était l'orage, j'ai tout de suite pensé à ce poème de Marie Noël qui nous parle d'un orage intérieur;  poème que je ne connais que par l'adaptation chantée que Philippe Forcioli...Je l'ai entendu chanter sur scène lors d'un de ses concerts dans la région et c'était vraiment foudroyant...

    Alors j'ai re-écouté le CD pour transcrire les paroles et malheureusement, il y a un petit bout de phrase que je n'ai pas su bien entendre et des points de suspension remplacent les mots manquants

     

    Bataille de Marie Noêl (Chants de la Merci)

    " Et me voilà gisant et je ne suis pas mort

    La douleur m'a jeté, garrotté dans sa forge.

    La douleur s'est ruée entre mes os disjoints

    En vain me débattant je l'ai mordue au poing

    Longtemps elle a tenté de me broyer la tête.

    Elle m'a retourné les deux yeux à l'envers

    Pour m'empêcher d'y voir elle a tordu mes nerfs

    Pour m'étrangler comme des cordes à ma gorge.

    Et me voilà gisant et je ne suis pas mort

    Prends garde à toi douleur, à peine est-ce une trêve

    Prends garde à toi douleur, déjà je me relève

    Prends garde à toi, demain je serai le plus fort

    Prends garde à toi, je t'empoignerai par les ailes

    Je te les casserai comme un bout de bois sec

    Et les petits enfants s'amuseront avec.

    Je te les briserai ces deux poignets rebelles

    Et partout où j'irai, tu iras me suivant

    Aussi loin qu'à mon gré je voudrai t'y contraindre

    Et les maisons la nuit t'écouteront te plaindre

    Comme un aigle blessé qui lutte avec  le vent.

    Je brûlerai tes yeux pour éclairer mon livre

    Je marcherai sur toi comme sur un chemin.

    Ton sang, j'en ferai boire à tout le genre humain

    Et je le lui servirai jusqu'à ce qu'il soit ivre.

    Pour m'élever au ciel, j'irai pas à pas

    jusqu'à faire les degrés d'une échelle vivante.

    Je te commanderai, tu seras ma servante.

    Et quand je te crierai: saute, tu sauteras.

    Prends garde à toi, douleur, à peine est-ce une trêve

    Prends garde à toi, douleur, déjà je me relève.

    Prends garde à toi, demain je serai le plus fort.

     


  • Commentaires

    1
    Mardi 5 Juin à 09:22
    LADY MARIANNE

    "L'homme est un apprenti, la douleur est son maître,
    Et nul ne se connaît tant qu'il n'a pas souffert", écrivait Alfred de Musset au 19e siècle. Ces vers illustrent parfaitement la destinée du poète Marie Noël, de son vrai nom Marie Rouget, née en 1883 à Auxerre et décédée en 1967. Sa vie fut en effet marquée par des épreuves qui orientèrent son écriture. A la fin de 1904, Marie a 21 ans, le jeune homme qu'elle espère épouser s'éloigne définitivement.
    Puis, le 27 décembre 1904, elle trouve le lendemain de Noël (d'où son pseudonyme) son petit frère de 12 ans mort dans son lit, alors que rien ne laissait prévoir sa mort. Enfin, elle traversera deux profondes crises religieuses, ses "saisons en enfer", l'une en 1913, et l'autre en 1920. "Génie nocturne" selon l'un de ses biographes, elle tient une place à part dans la poésie de son siècle (...)

     

    je suis allée voir qui était ce poète- une femme-

     

    L'auteur exprime dans Chant de la Merci : A ceux dont l'ombre a tant de murs sur elle Qu'ils n'ont jamais pu donner de nouvelle De leur nuit noire aux gens qui sont dehors ; Ceux pleins d'appel dont nulle voix me sort, Dont le secret cherche un mot qui l'emporte ; Ceux dont le c?ur bat sans trouver de porte, A tous ceux-là-je ne sais pas combien Je viens Elle se fait donc l'interlocutrice et le porte-parole des désespérés, de ceux qui sont brisés par la souffrance morale. Sa poésie a une dimension profondément altruiste. La chute résume le poème. Je te commanderai, tu seras ma servante Et quand je te crierai chante ! tu chanteras Le rythme binaire avec le respect de la césure de cet alexandrin très classique exprime une claire répartition des rôles, et la domination définitive de la souffrance. Enfin, le »cri de la souffrance est remplacé par le chant harmonieux de la poésie. [...]

    une super découverte pour moi- bon choix-
    bisous-

    2
    Mardi 5 Juin à 10:51
    Edmée De Xhavée

    Comme toujours, Marie-Noël chante la résillience et une forme de foi, cette foi bien à elle...

    3
    Mardi 5 Juin à 11:27

    Un très bon choix Gazou, c'est un très beau texte.

    Bises et bon mardi

     

    4
    Mardi 5 Juin à 12:06

    En effet, Marie Noël  a fait une très grosse dépression, elle arrive avec des mots simples pourtant à nous faire partager les affres de cette maladie. Un très bel orage intérieur.

    5
    Mardi 5 Juin à 12:43

    Une poètesse que l'on relit souvent et dont on parle beaucoup sur le site Auxerretv. 

    6
    Evy
    Mardi 5 Juin à 14:43

    Un beau poème 

    7
    Mardi 5 Juin à 15:23

    Je suis allée chercher les mots manquants...

    "Je le lui servirai jusqu'à ce qu'il soit ivre."

    C'est un très beau poème et je ne doute pas que la chanson soit belle aussi.

    Merci pour cette découverte, Gazou.

    Bisous et douce journée.

      • Mardi 5 Juin à 17:01

        merci Quichottine, je suis contente d'avoir le poème en son entier..Mais où l'as tu trouvé...j'ai cherché  vainement sur sur internet...et ce recueil-là, je ne l'ai pas...J'ai par contre toutes ses oeuvres en prose...Merci beaucoup

    8
    Mardi 5 Juin à 17:26
    colettedc

    Excellent choix, Gazou ! J'♥ cette poétesse !

    Bonne soirée à toi,

    Amitiés♥

    9
    Mardi 5 Juin à 19:02

    gagner la bataille de la vie sur la douleur ... je ne sais si je pourrais ...

    amitié .

    10
    Mardi 5 Juin à 19:09

    Voilà le début de ce poème de Marie NOËL, poétesse bourguignonne

    La douleur a fondu sur ma chair. La douleur

    A passé renversant mon cerveau d'un coup d'aile

    Et je me suis battu seul à seule avec elle

    Toute la nuit, sans voir, comme avec un voleur.

    Je l'ai trouvé là...

    https://www.pimido.com/philosophie-et-litterature/litterature/commentaire-de-texte/bataille-marie-noel-poeme-commentaire-422843.html

    Bonne semaine

      • Mardi 5 Juin à 21:44

        Merci beaucoup. Je vais aller voir.

        Bonne semaine !

    11
    Mardi 5 Juin à 20:29

    texte profond et poignant ; merci Gazou. Bises

    12
    Mercredi 6 Juin à 00:14

    Merci Gazou.

    Un très beau texte très émouvant.. 

     

    13
    Mercredi 6 Juin à 11:09
    daniel

    Terrible la douleur tant physique que morale. Dans ce beau poème on sent que c'est du vécu !

    14
    Mercredi 6 Juin à 12:32

    Un très bon choix ce poème est très beau, bon mercredi! 

    15
    Jeudi 7 Juin à 13:56

    Une découverte pour moi ...Un poème sui prend aux tripes ! Beaucoup de profondeur , de vécu, de volonté ....une leçon de courage et de poésie !

    Merci Gazou

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :