•  

     

     

    "Ce quelque chose - ou quelqu'un

    Venu de loin

    qui nous effleure avec douceur,

    Dans la velléité de l'aube,

    Pour nous annoncer

    Que toujours le monde recommence.

     

    Il nous entoure d'une tunique  d'herbe

    Et de rosée.

    Puis  s'en va  à pas  d'écureuil,

    nous laissant  inter-dits,

    Dans le jour i-nédit

    Qui déjà commence.      François Cheng (La vraie gloire est  ici)

     

    François Cheng est né en 1929 en Chine.

    enseignant et traducteur de la  poésie française en chinois, il a publié aussi une trentaine d'écrits en français : romans , poèmes, m'éditations, essais.


    12 commentaires
  •  

     

    "Aujourd'hui j'ai marché longtemps.

    C'est le vert de la petite feuille qui m'a donné la force.

     

    Quand une couleur paraît dans le désert

    le désert chante.

    J'ai entendu son chant.

    J'ai écouté  le sable.

    J'ai écouté les  dunes.

    Il y avait le vert de la petite feuille qui aiguisait leur

    musique . Une joie.

    Mon coeur a connu l'allégresse.

    J'ai marché légère.

    J'ai traversé les lieux.

    Je voyais chaque chose comme jamais je n'avais vu.

    J'ai vu le sable

     dans le sable

    chaque grain distinctement.

    J'ai vu le ciel

    dans le ciel.

    Le bleu

    dans le bleu.

    La lumière.

     

    Le monde était plein

    multiple 

    et nouveau.

    Le monde était différent

    à chaque instant.

     

    Pourtant le désert est le désert

    et ici on dit qu'on se perd

    car chaque lieu en répète un autre

    et semble

    le même.

    J'apprends que le même n'existe pas.

    C'est ici 

    dans le désert

    que je l'apprends.

     

    Chaque chose est entièrement

    une autre chose

    et le monde n'en finit pas.

    C'est ma joie aujourd'hui.

     

    Je savais dans mon livre que les mots chantent chacun une

     chanson différente même s'ils se répètent.

    J'apprends ici que pour les choses, c'est pareil.

    Ma joie est profonde.

    C'est une joie venue de loin sous mes pieds

    et qui monte

    monte, une joie haute

    comme le mât d'un bateau."...   Jeanne Benameur (L'exil n'a pas d'ombre)

                                                                        Editions Bruno Doucey

     


    12 commentaires
  •  

     

    Elle avait peur qu'on l'oublie,
        elle disait toujours: et moi?

    Elle se jetait à la tête des moniteurs
          et provoquait leurs rires amusés.

    Elle trichait sans vergogne,
         nécessité oblige,
                             il lui fallait ramener des bonnes notes.

    Elle voulait toujours commander.
                   Tyrannique,elle obligeait parfois ses amies
                         à délaisser la compagnie des autres
                                       pour lui donner la préférence
                                 à elle 
                                          à elle seule.



    Les grandes personnes disaient:
    "quel affreux caractère,il faut la briser."
    Elle, elle les regardait souvent avec insolence,  
    La révolte habitait ses yeux.

    Les enfants de son äge,
          plus clairvoyants,
                          l'acceptaient et même l'aimaient bien.
                   ils savaient 
                           que ses caprices,
                                    ses élans désordonnés
                                   n'étaient que des cris
                                    de fillette mal-aimée.

          Pourtant,quand elle joua
                 en fin d'année,
                      une pièce de théâtre,
                              on la découvrit timide,
                                chuchotante,
                                                  osant à peine se montrer.
                   Un pan du voile venait de tomber.



    Le dernier jour de classe,
              elle enlaça très fort ses amis
                         et elle pleura.

    La maîtresse la regarda.
                                      Elle était  telle qu'en elle-même pour la première fois.
                     Elle l'embrassa,tenta de la consoler
                              "Tu les reverras tous tes amis,"lui dit-elle.
                                       -"Bien sûr , répondit la petite, mais pas assez"

               Pas assez,pas assez !
              allait-elle toute sa vie
                      prononcer ses mots-là
                                qui détruisaient tout ?
                                       

                            Quelle rencontre la changera
                                et comblera ce manque ?


    8 commentaires
  •  

    En automne

    je récoltais toutes mes peines

    et les enterrais

    dans mon jardin.

    Lorsqu'avril refleurit

    et que la terre

    et le printemps

    célébrèrent leurs noces

    mon jardin  fut jonché

    de fleurs splendides

    et exceptionnelles

     

    Mes voins vinrent les admirer

    et chacun me dit  :

    quand reviendra l'automne,

    la saison des semailles,

    nous donneras-tu

    des graines de ces fleurs

    afin que nous puissions

    les planter

    dans nos jardins?              Khalil Gibran


    13 commentaires
  •  

     

     

       Entre le silence et la parole

                                                                                            Entre eux

                                                                                             longtemps

                                                                                             un silence épais

                                                                                      de peur et de cris mêlés

                                                                                       de cris étouffés

                                                                                au tréfonds le plus profond

     

                                                                                             Et soudain

                                                                                          un souffle léger....

                                                                                        Une parole ose se dire

                                                                                  et rencontre un coeur ouvert

                                                                                        une oreille attentive.

                                                                                        Lui se cache derrière

                                                                                             une gaudriole

                                                                                         une plaisanterie loufoque

                                                                                              mais il entend,
     

                                                                                                    Il écoute

                                                                                                     et elle,

     

                                                                                                     elle voit

                                                                                                      son âme

                                                                                                      qui sourit

                                                                                                      et elle répond

                                                                                                      à son sourire.


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique