•         chemin-de-Stevenson--octobre-2007-022.jpg Entre le silence et la parole

    Entre eux

    longtemps

    un silence épais

    de peur et de cris mêlés

                   de cris étouffés

        au tréfonds le plus profond

     

    Et soudain

    unsouffle léger....

    Une parole ose se dire

    et rencontre un coeur ouvert

    une oreille attentive.

    Lui se cache derrière
    une gaudriole
    une plaisanterie loufoque
    mais il entend,
     
    Il écoute
    et elle,

    elle voit
    son âme
    qui sourit
    et elle répond
    à son sourire.


    4 commentaires
  • Ce soir,j'ai lu plusieurs textes,dans des blogs,qui parlaient du chemin....

    On peut vivre,morte vivante,
    pendant toutes ces jeunes années.
    On peut survivre,à demi morte,
    à demi éveillée,
    pendant un très long temps,
    et enfin naître à soi-même,
    sur le tard,
    ce n'est pas trop tard,
    c'est le chemin qui nous est donné. d--butao--t-2007----vaunaveys-et-le-5ao--t-ballade----la-serre-des-Ai-062.jpg


    5 commentaires
  • -Tu écris un poëme,me dit un enfant.
    -non,lui dis-je,ce sont des cartes postales.
    Assise à l'ombre d'un marronnier,
    le crayon en l'air,je dévisage le paysage,
    je me nourris de sa beauté,
    je la laisse couler en moi
    pour qu'elle rejaillisse dans les mots maladroits que je trace
    et qu'à travers eux
    je fasse don à tous mes amis
    avec lesquels je me relie
    de la beauté de ce lieu.

    ainsi donc,enfant rieur,comme je voudrais que tu aies raison
    et que chaque lettre en partance
    soit comme un poëme envolé.


    4 commentaires
  • La nuit et le jour célèbrent leurs noces
    dans un gros nuage...
    Le sombre du crépuscule va à la rencontre
    du nuage, rosé par le coucher du soleil...
    Doucement,mollement,il grignote la lumière
    qui le laisse faire,s'en trouvant embellie...
    Le sombre déploie tous ses charmes,
    peu à peu devient audacieux,accélère...
    ce qui ressemble fort à une invasion!
    Mais la lumière ne s'en plaint pas...
    Elle est tellement émerveillée 
    par la beauté de son amant
    qu'elle lui laisse toute la place
    et s'efface
    enamourée
    et se fond dans le noir
    sans inquiètude...
    Elle sait qu'au petit matin,elle retrouvera sa clarté.


    1 commentaire
  • Pendant que nous tâtons du néant,
    château de plus en plus lointain

    l'ange qui prétend veiller nos nuits
    palpe la pulpe d'un verger sans étoiles

    On le devine moins par son aile
    que par le doigté du velours

    Il arrive qu'il accepte le détour
    et s'immisce en nos sommeils

    mais à peine apprécions-nous
    son essence qu'il frôle
    les paupières de l'éveil

    Et se fait la belle au petit jour,
    promesse aux lèvres ou prince
    charmant en esquive d'amour
                                 Jeannine Dion-Guérin(l'écho des nuits)

    J'ai rencontré Jeannine Dion-Guérin,il y a près de 30 ans,à un stage d'écriture...Je l'ai revue trois ou quatre fois de puis,pas davantage mais nous sommes toujours restées en lien,elle m'avertit chaque fois qu'elle fait paraître un nouveau livre
    Parfois,il faut lire plusieurs fois un même poëme pour en saisir tout le suc mais cela en vaut la peine..Parfois,la première lecture est évidente


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique