• Plein ciel ( 1 )

    Le mois dernier, j'étais à l'hôpital et je me souviens , un jour, avoir longuement regardé les nuages...

    Et  avoir admiré, un long moment, un nuage qui s'est transformé  en cheval ailé

    et qui, sous mes yeux admiratifs, chevauchait un autre nuage énorme et informe.

    Et  j'ai pensé aussitôt au poème "Plein ciel" de Jules Supervielle.

    C'est un poème que j'avais tenté d'apprendre, il y a quelques années et il m'en restait des bribes dans la tête.

    J'ai demandé à mes enfants de m'apporter le carnet où je l'avais noté et, en un rien de temps, je l'ai  appris et j'ai plaisir maintenant  à me le redire et même à le chanter.

    Le voici :

     

           Plein ciel

     

    J'avais un cheval

    Dans un champ de ciel

    Et je m'enfonçais dans le jour ardent.

    Rien ne m'arrêtait.

     

    J'allais sans savoir.

    C'était un navire

    Plutôt qu'un cheval.

    C'était un désir

    Plutôt qu'un navire.

    C'était un cheval

    Comme on n'en voit pas.

    Tête de coursier

    Robe de délire

    Un vent qui hennit

    en se répandant.

     

    Je montais toujours

    Et faisait des signes.

    ...Suivez mon chemin

    Vous pouvez venir

    Mes meilleurs amis

    La route est sereine

    Le ciel est ouvert.

     

    Mais qui parle ainsi

    Je me perds de vue

    Dans cette altitude

    Me distinguez-vous?

    Je suis celui  qui

    Parlait tout à l'heure.

    Suis-je encore

    Celui qui parle à présent?

    Vous-même, amis,

    Etes-vous les mêmes?

    L'un efface l'autre

    Et change en montant.

     

    Jules Supervielle

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 17 Janvier à 18:58

    C'est un cheval plein de vent et d'irréalité en effet, il vaut mieux le regarder quand on ne vole pas soi-même

    2
    Vendredi 17 Janvier à 19:12
    anda

    J'aime regarder les nuages , qui changent constamment , qui nous emmènent dans leur course . Jouant avec la lumière , ils se drapent de couleurs tendres ou incandescentes . On y voit des formes mouvantes, des animaux, des êtres étranges comme dans un rêve.

    Ce poème est très beau, et comme les nuages ouvrent à un monde onirique plein de poésie.

    Bonne soirée Gazou

    3
    Vendredi 17 Janvier à 19:39
    eMmA MessanA

    Admirer un ciel ennuagé, quoi de plus propice à la rêverie et à la stimulation de son imagination ?
    Ce vivant poème en est l'illustration parfaite.
    Merci Gazou.

    Porte-toi bien.

    4
    Vendredi 17 Janvier à 20:22
    Durgalola
    Bravo pour l'apprentissage du poème de Supervielle.
    Le ciel et ses nuages nous parlent souvent. Bises et j'espère que tu vas bien.
    5
    kéa
    Samedi 18 Janvier à 02:04

     

    Je ne suis plus celle que j'étais il y a une seconde, "l'une efface l'autre en montant!"

    pourtant je suis toujours la même, je ne suis pas ma soeur, ni personne d'autre que celle j'étais le jour de ma naissance. 

    6
    liedich
    Samedi 18 Janvier à 08:33

    Belle journée à Toi, Gazou.

     

    7
    Samedi 18 Janvier à 08:39
    Edmée De Xhavée

    Je ne connais pas Supervielle que je découvre peu à peu via les blogs. Tellement bien adapté aux nuages que tous et toutes, nous avons suivi des yeux en y voyant nettement des choses éphémères...

    J'espère que tu vas mieux, surtout, et que ton Pégase au ciel t'a apporté son énergie!

    8
    Samedi 18 Janvier à 12:39

    les nuages passent, le cheval s'encourt, les rêves s'amoncellent, et le ruisseau s'écoule ... laissant voguer le bateau bien loin des sentiers battus de nos tristes vies ... que le poète enjolive nous invitant à le suivre  ... alors je plonge dans l'infinie beauté nuageuse ...à ta suite !

    amitié .

    9
    Dimanche 19 Janvier à 11:22

    Je ne connaissais pas du tout ce beau poème que je trouve magnifique, tout comme ce cheval ailé que tu as vu apparaître dans les nuages ; symbole de force et d'élévation qui j'espère te redonnera toute l'énergie nécessaire pour retrouver la santé !

    Beau dimanche Gazou.

    10
    Dimanche 19 Janvier à 18:42

    Un très beau poème qui m'emporte dans un rêve.

    Bisous Gazou

    Aimée

    11
    Dimanche 19 Janvier à 22:06

    merci pour ta visite ; l'écrivaine a écrit sur Eyzahu ... et j'ai découvert qu'il s'agissait d'un village près de Dieulefit ...

    Bises et bonne soirée.

    12
    Dimanche 19 Janvier à 23:01

    Merci infiniment pour ce magnifique partage.... Sublime.

    13
    Lundi 20 Janvier à 07:40

    Merci de me faire connaître ce poème de Supervielle. C'est vrai que quand on reste immobile on contemple le ciel.

    Bonne journée !

    14
    Lundi 20 Janvier à 11:47

    J'adore ce poème moi qui suis aussi un grand contemplateur de nuages !

    15
    Lundi 20 Janvier à 14:54

    Supervielle, j'aime le relire.

    16
    Lundi 20 Janvier à 15:06
    daniel

    Tout est éphémère. Les nuages sont comme la vie, ils se transforment constamment…...Après la pluie, le beau temps !!

    17
    Mardi 21 Janvier à 09:15
    erato:

    Un poème que j'aime beaucoup.

    Mais vois tu ce que je retire de ce beau billet c'est que dans n'importe quel moment douloureux on peut s'évader et trouver du positif  qui changera notre conception du moment.

    Merci pour ce bel exemple d'humilité .

    Douce journée Gazou

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :