• Pire que le désespoir?

    "Je ne sais pas s'il y a pire que le désespoir" me dit Tilk dans un commentaire...
    Dans le désespoir,il y a de la souffrance,
    il y a aussi encore une petite graine d'espoir 
    qui traîne quelque part 
    dans notre coeur qui vibre et qui pleure
    Il y a un stade au-delà du désespoir : 
    c'est quand on ne souffre plus,
    on pourra croire que c'est plus confortable,
    mais il n'y a plus rien,
    plus rien qui puisse être ressenti,
    ,ni soulagement,ni tristesse,
    pas la moindre liesse,
    plus de souffrance
    car plus de conscience.
    IL n'y a plus que l'apparence de la vie,
    c'est de la survie...

    Et pourtant il arrive parfois
    que même dans cet état là,
    un être revienne à la vie,
    ..
    Il suffit d'un souffle,d'un souffle d'amour
    puissant et persévérant
    qui fasse fondre la glace.

    Il suffit d'une énorme patience,
    car lorsque l'être  va se dégeler,
    la première chose qu'il va retrouver,
    après la joie de se sentir à nouveau vivant,
    c'est  sa souffrance.
    comme elle a été longtemps enterrée,
    elle va jaillir avec violence
    et grande va être la tentation de retourner à la non-vie
    pour l'être qui a franchi
    le seuil du désespoir.
    Pourtant cela est possible.
    Il suffit d'un souffle d'amour
    qui encourage et ne désespère jamais.


  • Commentaires

    1
    Dimanche 3 Février 2008 à 09:50
    dans "enigmatique" l'être solitaire est présenté comme un être indifferent à tout... j'ai plutôt ressenti ce que le texte "chant sans mélodie de stein steinnart" nous en dit... le texte présent cherche à trouver comment cet être solitaire peut vivre avec sa souffrance... mais point trop n'en faut...et la présence des autres est vitale...c'est bien le problème pour cet être seul sur son banc...s'il a perdu de la mobilité il pourrait parler mais l'expression de la solitude peut effrayer aussi...pas simple...
    2
    Dimanche 3 Février 2008 à 13:02
    tres beaux texte besos tilk
    3
    Dimanche 3 Février 2008 à 16:00
    j'aime beaucoup Tilk, sa musique, son dessin magique ... et merci pour ce texte.. ma fille vit en ce moment ce fond du fond, et tes mots vont bien sur elle aussi... la bienveillance, l'amour la font revivre... pourquoi les humains peuvent montrer de la dureté alors qu'ils ont un coeur ? bises
    4
    Dimanche 3 Février 2008 à 22:24
    Oh oui il s'agit aussi d'une histoire de patience, souvent le désespoir s'étiole quand on demeure patient... confiant dans l'idée qu'une fois de plus, "ça" va passer. cette journée dans la nature, à épier les bêtes irréelles et à saluer les animaux vivants, m'a rendue à la joie, tandis que j'étais partie le coeur gros et lourd... alors votre petite visite me touche, surtout après que je découvre sur votre site ce texte... je vous envoie, à vous, et puis à Tilk par ce chemin détourné, ma joie revenue, mon espérance réanimée, ma conscience intacte. anaka
    5
    Dimanche 3 Février 2008 à 22:25
    et je vous mets en lien sur mon blog, j'espère que vous serez d'accord pour cette invitation :-)
    6
    Lundi 4 Février 2008 à 17:10
    il y'a pire que le désespoir: l'indifférnce et l'abattement, c'est vraiment pire.
    7
    Mardi 5 Février 2008 à 18:40
    Le désespoir nous fait prendre conscience d'un bonheur passé, de la beauté de la vie dont nous ne bénéficions pas, mais que nous pourrons toujours acquérir... Ne plus rien espérer, ne plus rien aimer, l'indifférence à tout est bien pire, car plus rien ne nous rattache à la vie dans ce cas...
    8
    Danièle
    Mardi 2 Juillet 2013 à 17:12
    " Pire que le désespoir " ? Sans doute.. Mais celà porte-t-il un nom ? Merci à vous pour "l'humanité" rencontrée sur vos pages, Gazou, Tilk et vous tous ! Bonne semaine !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :