• Le mal existe-t-il? Comment en douter?


    Le mal pourrait-il être évité? N'a-t-il pas sa raison d'être?


    Notre monde n'étant qu'humain et donc imparfait,comment le mal pourrait-il ne pas être?


    Voici quelques réflexions que j'ai glanées au cours de mes lectures

    "Le mal est le bien en formation mais pas encore prêt"  Gitta Mallasz

    La nuit où le Bouddha devait atteindre l'éveil,on dit qu'il s'est assis sous un arbre.Les forces de Mara lui lançaient des flèches pour l'en empêcher,mais sa conscience éveillée lui permettait de changer leurs armes en fleurs....au lieu de chercher à se débarrasser d'un obstacle ou de croire qu'on est victime d'une attaque,on peut se servir de l'obstacle pour voir comment on agit lorsqu'on se retrouve coincé.Est-ce qu'on se referme ou est -ce qu'on s'ouvre? Est-ce qu'on a du ressentiment ou est-ce qu'on s'attendrit? On s'assagit ou on devient  stupide?                                                                                                 Pema Chödrön

    "La perfection,c'est de l'imparfait qui aime et se donne"              Marc Vella

    Alors pas de quoi s'ennuyer, y a de quoi faire ! Eh oui, ça peut remplir une vie.


    4 commentaires
  • Mon ami Gérard va faire une conférence sur la tolérance.Alors,je m'interroge...Pourquoi sommes-nous si prompts à la critique,si enclins à juger les autres et  à devenir intolérants alors même que nous désirons être accueillants? Il me semble que c'est pour nous rassurer,c'est parce que nous avons peur...rien de tel pour se sentir plus fort que d'égratigner son voisin...et pour affirmer son moi vacillant,de refuser  d'accepter celui qui est différent...on peut même décider de lui faire porter tout le mal de la terre et le supprimer devient une oeuvre de purification!!!  Mais même sans être aussi extrémiste,c'est une sécurité illusoire,ce n'est pas en étiquetant les gens,en les cataloguant que l'on vivra une solidarité,une communion de coeur seule capable de nous donner une réelle sécurité intérieure...Christiane Singer,sur son lit d'hôpital ,quelques mois avant sa mort,ne déclarait-elle pas:"quand il n'y a plus rien,il n'y a que l'amour...nous sommes à l'intérieur les uns des autres"  Et ce qui fait mal aux autres,même si nous ne nous en rendons pas compte,celà nous fait mal à nous aussi...Etre intolérant envers l'autre, c'est ne pas se supporter soi-même,peut-être...Réflexion à suivre...Ce n'est pas encore clair...

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique