•   Je relis le poème de Angela Croitoru et vos commentaires précieux...
    Heureuse que certains aient ressenti une profonde émotion en le lisant...Bien sûr,il y a de la nostalgie,il y a de la tristesse...puisque tous nos manques sont là,bien exposés...mais ces manques sont magnifiés,ces manques sont chantés,ces manques sont indispensables pour que nous goûtions  profondément toute la saveur de la vie...Ces manques,nous n'allons plus les déplorer,nous allons les chérir,nous allons nous en réjouir,nous allons les chanter...Le chant et les pleurs peuvent être vécus dans un même temps..Peut-être même,ils ne peuvent être séparés;


    4 commentaires
  • De Franck Castagné (Pièces détachées) dans la revue Voix d'encre 36

    "Mon intolérance ne me paraît jamais évidente.Celle des autres me saute aux yeux,me prend à la gorge;Quelle attitude adopter pour faire face à ce qui me paraît une intolérance? Faut-il la refuser et la combattre péremptoirement? Ou bien essayer de la comprendreet aller plus avant dans ce qu'elle dit afin d'en saisir les prémisses?L'affrontement auquel semble m'obliger l'intolérance me laisse un sentiment d'échec et une amertume"


    7 commentaires
  •  J'avais lu ce livre,il y a deux ans,quand il avait paru..J'en ai gardé un très bon souvenir et la pensée que c'est un livre à lire et à relire de temps en temps...et c'est ce que je fais ce matin.
     ...Difficile de faire de courts extraits de ce livre...Sorties de leur contexte,les mots perdent de leur compréhension et de leur vigueur...J'essaie cependant pour que vous  ayez un peu de sa saveur en vous...
    "la beauté est quelque chose de virtuellement là,depuis toujours là,un désir qui jaillit de l'intérieur des êtres,ou de l'Etre,telle une fontaine inépuisable qui,plus que figure anonyme et isolée,se manifeste comme présence rayonnante et reliante,laquelle incite à l'acquiescement,à l'intéraction,à la transfiguration.
      Relevant de l'être et non de l'avoir,la vraie beauté ne saurait être définie comme moyen ou instrument.Par essence,elle est une manière d'être,un état d'existence."


    8 commentaires
  • "Je crois en l'homme,cette ordure
    Je crois en l'homme.ce fumier,
    Ce sable mouvant,cette eau morte
    Je crois en l'homme,ce tordu,
    Cette vessie de vanité.
    Je crois en l'homme,cette pommade,
    Ce grelot,cette plume au vent,
    Ce boute-feu,ce fouille merde.
    Je crois en l'homme,ce lèche-sang.
    Malgré tout ce qu'il a pu faire
    De mortel et d'irréparable
    Pour la sûreté de sa main,
    Pour son goût de la liberté,
    Pour le jeu de sa fantaisie.
    Pour son vertige devant l'étoile.
    Je crois en lui
    Pour le sel de son amitié,
    Pour l'eau de ses yeux,pour son rire,
    Pour son élan et ses faiblesses.

    Je crois à tout jamais en lui
    Pour une main qui s'est tendue
    Pour un regard qui s'est offert.
    Et puis surtout et avant tout
    Pour le simple accueil d'un berger."

    Est-ce de la naîveté,de l'optimisme ou de la lucidité de croire en l'homme malgré toutes les horreurs dont il est capable? Cela doit-il nous faire oublier la générosité et le courage qui peut aussi être le sien?


    11 commentaires
  • "De plus en plus souvent,je transforme mes paroles en actes..Je dis:je danse ce qu'il y a de gai en moi,et je danse.Je dis:ce matin,je vais mettre toute mon ardeur à sourire,et je souris.
    Avec le sourire,j'inaugure ma matinée.Rien n'est plus contagieux.J'agis expérimentalement.Je descends les marches du métro,j'achète mon ticket avec le sourire.Je tends ce billet avec le sourire.La préposée prend un air surpris,fermé;j'insiste.Puis forcément,ses lèvres s'entr'ouvrent.Je propage des sourires sur ma gauche,sur ma droite.Des touristes en bénéficient et me le rendent.A l'intérieur du wagon,je dilapide les sourires.
    Ca finit par prendre !
    La grisaille se dissipe,l'écorce se craquelle."Andrée Chédid


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique