• " La seule fidélité, à soi-même comme à l'autre,

    c'est de se garder vivant.

    Rester vivant...

    C'est ne pas s'installer en se contentant

    de l'acquis et du tout fait.

    C'est ne pas se figer dans les jugements définitifs.

    C'est espérer indéfiniment en l'autre.

    C'est être attentif à ses besoins

    et à l'écoute de ce qui est bon pour lui.

    C'est croire qu'en s'améliorant,

    on permet à l'autre de devenir meilleur.

    C'est se défendre de le posséder,

    mais au contraire favoriser son épanouissement.

    C'est être à l'écoute, à la profondeur

    où il tente de nous parler.

    C'est attendre beaucoup de lui en sachant

    qu'on n'aura jamais fini de le connaître

    et de le découvrir.

    C'est le garder assez vivant

    pour qu'il ait, lui aussi,

    toutes les raisons de rester fidèle."     Louis EVELY


    10 commentaires
  •  

    Souvent, on se croit seul avec ses soucis

    alors que beaucoup sont avec nous au service de la VIE

    Ce matin, j'ouvre un de mes petits carnets, au hasard, et voici que je lis ces mots de Hubert Renard

     

    " Ecoute, il te dit :

    malgré ton corps ou ton coeur endolori,

    affronte le monde ou la haute mer,

    sois sans crainte et va vers tes frères,

    car eux aussi dans le tourbillon de la vie,

    ont besoin de tendresse et d'amis."

    Hubert Renard


    7 commentaires
  • L

     

    "L'inattendu, ce n'est pas ce que vous attendez, c'est ce qui vous attend....

    Dans l'obstacle se trouve le chemin....

    Ce qui nous fait tomber peut aussi nous faire danser."

     Jean-François Vezina  (Danser avec le chaos)

     

    Je lis ces phrases

    Elles me parlent bien...

    Difficile d'accueillir l'inattendu quand il se présente sous un aspect désagréable...

    Et pourtant, s'il est des choses que l'on peut éviter, il en est beaucoup d'autres qui adviennent  et l'on n'y peut rien...Alors autant les accueillir et les  transformer en quelque chose de bon...Le bon et le mal sont souvent liés...

    Et puis trop vouloir contrôler sa vie empêche parfois les merveilles d'advenir...

     Et vous, qu'en pensez-vous?


    12 commentaires
  • Je lis que Clémentine Célarié estime qu'être née "ailleurs" (en Afrique) est une grande richesse

    même si cela n'a pas été simple puisqu'elle a souvent déménagé et elle était souvent la" nouvelle" à l'école.

     

    Une heure avant, à la radio, j'entendais, le romancier J. P. Dubois, dire qu'il vivait toujours dans la maison où il était né et qu'il se sentait riche de tous les objets qui l'entourent et qui avaient auparavant appartenu à ses parents, à ses grand- parents...

    Qui a raison?

    Les deux sans doute.

    C'est une question de caractère sans doute.

    Les uns naissent nomade...D'autres ont besoin  de s'enraciner...

    Mais c'est aussi une question de regard.

    bien souvent, on n'a pas le choix et il nous faut prendre ce que la vie nous offre et savoir en faire notre miel.

    Quelquefois aussi, il suffit de petits changements pour qu'une situation donnée soit respirable ou pas...

    de petits changements qui sont à notre portée...

    Et puis il est bon d'être lucide : certains se disent heureux de ne pas quitter leur maison ...alors qu'ils ont simplement très peur du changement et la peur les empêche d'élargir leur horizon.

    D'autres  sont dans le changement perpétuel et cela ressemble à une fuite et cela ne les enrichit guère.

    A chacun de trouver lucidement ce qui lui convient.

     


    17 commentaires
  •  

    "Les sages le disent, il est plus important d'apprendre que d'avoir appris, et la perfection de l'être humain n'est rien d'autre que sa perfectibilité. vieillir, c'est diminuer le temps qui nous sépare de la fin, mais c'est aussi un temps pour renaître, pour écrire, pour jouer avec de nouvelles pensées, pour faire des progrès au bridge, au tir à l'arc,, à la pétanque. Il ne tient qu'à nous de   faire chauffer la marmite , d'accélérer la poussée de l'arbre, de hisser plus  haut la barre. Quel que soit notre mode d'expression, stylo, aquarelle ou fusain, piano ouviolon, tennis ou varappe, claquettes ou calligraphie, toute pratique artistique ou sportive, dèsle premier instant, ouvre un espace de progrès possible, un espace pour la joie.

    Ce qui nous fatigue et nous retrécit, ce sont les stagnations, les fermetures, les couvercles, les plaintes, les ressassements. il est conseillé de se défier des pensées fixes comme de la vie sédentaire, de préférer la randonnée à la bouillotte et la lecture au décervelage télévisuel. Il importe surtout de ne pas s'arrêter, de ne pas rester fixé dans un personnage, une idée. Il s'agit de ne pas mourir avant terme, ne pas anticiper le néant...

    Oui l'espoir  est grand de trouver enfin l'expression juste, ne serait-ce que le temps de quelques mesures"...

                              Catherine David (Crescendo)

     

    Ce livre nous parle de la pratique du piano essentiellement...mais bien plus encore....

    Et même ceux qui n'ont jamais touché cet instrument peuvent y trouver de quoi  accroître leur vie...

    "A moins d'en faire sa profession, la pratique du piano ne sert à rien d'autre qu'à faire vivre la beauté, à créer du plaisir."

    Et il est bien sûr d'autres moyens de créer de la beauté...A chacun de trouver l'expression qui lui convient.


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique