• Philippe Jaccottet

    "J'ai longtemps désiré l'aurore
    mais je ne soutiens pas la vue des plaies.

    Quand grandirai-je enfin?

    J'ai vu la chose nacrée
    Fallait-il fermer les yeux?

    Si je me suis égaré
    conduisez-moi maintennant
     heures pleines de poussière

    Peut-être en mêlant peu à peu
    la peine avec la lumière
    avancerai-je d'un pas?

    A l'école ignorée
    apprendre le chemin qui passe
    par le plus long et le pire."



    C'est un poème qui m'accompagne depui longtemps et qui, sans doute , m'a aidé à comprendre que la lumière et la joie sont souvent accompagnés par la douleur et que cela peut se vivre avec bonheur.


  • Commentaires

    1
    Jeudi 26 Novembre 2009 à 07:25
    Faut il apprendre?
    2
    Jeudi 26 Novembre 2009 à 09:09

    C'est très beau
    je te souhaite une belle journée
    merci pour tout ce que tu nous fais partager

    3
    Jeudi 26 Novembre 2009 à 09:32
    bonheur rime avec douleur. c'est peut-être aussi la douleur qui nous permet de reconnaître le bonheur et vice-versa...
    4
    Jeudi 26 Novembre 2009 à 11:20
    apprendre le chemin qui passe oui, avant qu'il soit passé
    5
    Jeudi 26 Novembre 2009 à 11:47

    joli poème, la dualité nous accompagne sur cette terre jusqu'au moment où on comprend l'Unité...bon jeudi

    6
    Jeudi 26 Novembre 2009 à 13:11
    Le bonheur et la douleur sont les deux faces d'une médaille.
    7
    Jeudi 26 Novembre 2009 à 13:21
    Une belle pensée toute sage. Merci du partage.
    8
    Jeudi 26 Novembre 2009 à 15:19
    Eternel paradoxe du genre humain...

    Merci, Gazou, pour ce texte.

    Passe une belle journée.
    9
    Jeudi 26 Novembre 2009 à 16:26
    C'est très beau, je vais le publier sur mon blog et essayer par la même occasion de savoir un peu plus sur le poète.
    Bonne fin de journée gazou
    10
    Jeudi 26 Novembre 2009 à 17:20
    Bonheur et douleur sont comme ombre et lumière, l'une ne peut exister sans l'autre..
    Bises à toi 
    11
    Jeudi 26 Novembre 2009 à 17:28
    Quelle sage philosophie que d'accepter la pluie comme le soleil...
    Ce poème est vraiment joli. A garder au fond d'une poche, pour les jours de doute...

    Amicalement,

    Gaëlle
    12
    Jeudi 26 Novembre 2009 à 17:33
    En effet tout se mêle et même au coeur des douleurs, on peut et on doit garder le regard tourné vers le ciel,  la terre, les autres... la Vie !
    13
    Jeudi 26 Novembre 2009 à 17:35
    Beau poème... qui me parle aussi.
    Bonne soirée Gazou.
    14
    Jeudi 26 Novembre 2009 à 17:40
    je pense que celui qui a connu les douleurs de la vie ne peut  mieux que lui une fois les plaies cicatrisées, appréciait les instants de bonheur ,présent et avenir.
    bonne soirée
     
    15
    Vendredi 27 Novembre 2009 à 01:33
    Avec la douleur on apprend à mieux apprécié le bonheur. On côtoie les deux tout au long de la vie.
    16
    Vendredi 27 Novembre 2009 à 08:20
    Chemin pierreux parcouru pieds nus
    17
    Vendredi 27 Novembre 2009 à 10:09
    ton commentaire aussi est trop beau..continue à écouter la vie, Maryse  et bonne journée!
    18
    Vendredi 27 Novembre 2009 à 14:46
    Et bien tu vois, de Philippe Jaccottet, je ne connais encore que "Ce peu de bruits"...
    Il faut que je poursuive ma découverte...Sais-tu dans quel ouvrage se trouve ce très beau poème ? Merci de nous l'offrir.
    19
    Samedi 28 Novembre 2009 à 02:20
    Le commentaire de ce poème est tout aussi important et intéressant!
    Je vais le relire et voir....
    Bien à toi Gazou
    20
    Samedi 28 Novembre 2009 à 06:14
    J'avais recopié ce poème sur mes carnets..et je n'ai pas marqué la référence, j'essaierai de la retrouver..Ce matin je n'arrive pas à aller sur ton blog...Je reéssairai..Bonne journée!
    21
    Samedi 28 Novembre 2009 à 13:45
    Certains hélas n'arrivent pas à dépasser la douleur  et vivre le bonheur, il aurait peut-être  fallu à ceux là rencontrer ce  beau poème , alors je le garde  pour  le transmettre à mon tour !

    amicalement
    chrystelyne
    22
    Dimanche 29 Novembre 2009 à 09:08
    Merci pour ton passage et tous tes commentaires que j'apprécie beaucoup..Je suis heureuse que tu aimes ce poème, j'ai l'impression de partager un peu mes trésors et c'est très agréable
    23
    Dimanche 29 Novembre 2009 à 11:19
    Je comprends qu'il te suive se poème il est très beau...
    24
    Lundi 30 Novembre 2009 à 19:23
    Je partage et pourtant il me manque un contexte. Ces phrases manquent pour moi d'un cadre, d'une idée générale ou particulière qui permet d'écrire cela.
    J'aime pourtant l'écriture. Merci Gazou.
    25
    catherine2
    Mardi 2 Juillet 2013 à 16:52
    Peut-être en mêlant peu à peu
    la peine avec la lumière
    avancerai-je d'un pas?
    avancerai-je d'un mot ?
    pour un petit bout de conscience qui se donnera tout entier
    26
    Maryse
    Mardi 2 Juillet 2013 à 16:52
     La vie! Elle m'a dit l'écorce mouillée et froide,les feuilles giflées de vent, les auvents et la pluie, le silence des aubes , les corbeaux sur les tombes..... mais la vie m'a dit aussi  les soleils de juin, les mains riantes tendues,le corps tiède  de l'oiseau qui palpite dans ma tête et la poudre orangée de l'aile du papillon  qui vole de fleurs en fleur. ..C'est trop beau.!! 
      Maryse
    Le bonheur est dans le prè, cours y vite, cours y vite.......
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :