• P2200041.JPG                                                          la chèvre


    La semaine dernière, il y avait , à la médiathèque de Crest, une exposition  du peintre Georges Ladreyt.
    Né en 1920, il habite dans la Drôme depuis 1949.... D'abord joaillier il commence d'abord à peindre comme les impressionistes mais les bouleversements de la guerre l'incitent ensuite à peindre autrement.P2200044.JPG                                                   le château bleu 

    Il tend de plus en plus vers l'abstraction: blanche géométrie, traits énergiques, teintes resserrées....de larges aplats de couleurs vives et très tranchées
    Sa  première exposition a lieu à Grenoble en 1945 et sera suivie de beaucoup d'autres.
    Parallèllement, il mène une carrière de décorateur de théâtre, il crée décors et costumes...
    Après une période d'interruption, il reprend de l'élan à partir de 2000 et renoue avec cette abstraction mi-figurative.

    P2200038.JPG
    J'ai particulièrement aimé cet arbre rouge...

    24 commentaires
  • v_6_ill_763858_06042124_chaissac-x1p1_ori.jpgle samouraï


     Une très belle exposition au musée de Grenoble
    Et dont on peut profiter encore jusqu'à la fin du mois. C'est celle de Gaston Chaissac (1910-1964) artiste, peintre et écrivain
    Il y a là près de 200 oeuvres dont de nombreux inédits allant des premiers dessins de&936 jusqu'aux grands collages de papiers peints et les derniers totems de 1964 .

    Issu d'une famille pauvre et de santé fragile, Gaston Chaissac quitte l 'école à 13 ans
    Apprenti dans différents métiers, aucun ne semble lui convenir;
    Heureusement, à Paris, il rencontre les peintres Freundlich et Jeanne Kosnik-Kloss qui l'encouragent et  organisent pour lui une exposition ...De son vivant ,il n'aura que deux autres expositions dont l'une soutenue par Dubuffet...Depuis nombreux sont les musées qui lui ont accordé une rétrospective..Ce n'est qu'en 1973 qu'il sera vraiment reconnu comme un artiste à part entière.

    En 1942, il épouse Camille Guibert,institutrice et s'installe avec elle en Vendée.
    Désormais il se consacre à la peinture et vit à l'écart du monde.
    Cependant; il écrit beaucoup, il entretient une correspondance avec Dubuffet, Queneau et Jean Paulhan.
    Ses textes et poèmes sont publiés à la NRFet à la Pléiade.
    Il travaille sur n'importe quel matériau et n'hésite pas à utiliser des objets de rebut, des déchets, des pierres, des épluchures, des coquilles d'huîtres, des écorces d'arbre...C'est un coloriste éblouissant digne de Joan Miro...C'est un dessinateur poète de la race de Paul Klee...

    Pour expliquer sa difficulté à vivre comme la plupart des gens, il disait
    "Je suis capable de faire des choses que tout le monde ne peut pas faire, par conséquent , il m'est difficile de faire ce que tout le monde peut faire"

    Chaissac19-copie-1.jpg
     



    chaissac

    23 commentaires
  • Ce n'était pas simplement pour admirer les pigeons sur le toit de la mairie et leur décerner un brevet de bon citoyen,vous vous en doutez un peu, que nous nous trouvions à Cléon d'Andran l'autre jour...
    Non, en réalité, nous allions visiter la galerie d'art qui se trouve tout près et où se trouve actuellement une expo

    sition du peintre japonais Teruhisha Yamanobe.

    "Yamanobe
    est un artiste qui a longuement étudié les jeux de lumière dans les œuvres classiques. Il est à son tour devenu un virtuose de la lumière, qu’il parvient à reconstituer dans un travail lent et minutieux. Sa culture japonaise, faite de délicatesse et de patience, fait qu’il ne néglige aucun aspect du travail pictural : préparation de la toile, dilution des pigments, superposition des glacis. Il parvient à rendre des atmosphères exceptionnelles : la lumière de l’automne, les regards vifs et malicieux de ses personnages, la beauté tranquille et la transparence de ses natures mortes"



      Comme Masaccio, le peintre de la Renaissance, qui utilisait la lumière pour sculpter les corps, Yamanobe peint des nus en se préoccupant uniquement de l'incidence de la lumière sur le modelé des corps.
      Dans ses paysages, il s'attache à transposer l'aspect de la fresque par un long travail de superposition de la matière. Les couleurs à l'huile sont chargées de particules de sable ou de coquillage et exemptes de tout vernis.
      Il a commencé la peinture assez tard...C'est lors d'un vooyage en Europe où il a découvert Rembrandt....qu'il comprend à quoi il veut consacrer sa vie
    .


    16 commentaires

  • Hier c'était la journée du patrimoine et, à cette occasion, Régine Cathelin, la femme du peintre a décidé d'ouvrir l'atelier  qu'il s'était aménagé dans leur maison de famille à Montéléger.
    Nous avons pu visiter la galerie où se trouvent de nombreuses toiles à grand format, aux couleurs exaltantes et raffinées.
    C'est dans cet atelier qu'il a peint la majorité de son oeuvre...Il a fait aussi des tapisseries.
    J'ai aussi beaucoup aimé ses portraits
    Il sait saisir l'âme de ses personnages, il nous donne à voir ce qu'ils portent à l'intérieur d'eux-mêmes

    18 commentaires

  • Hélène Daumain




     " Le peintre est à l'ouvrage, il respire la lumière, en évalue le grain ; il respire le silence, s'en imprègne; il songe tout éveillé, il veille à fleur de songe ; il sonde le visible, il caresse l'invisible. Il ne fait rien, il s'applique juste à devenir  lui-même rien - un corps de résonance, de réverbération, un passeur de lumière"   SYLVIE GERMAIN à propos de Rembrandt

    Je lis ces phrases de Sylvie Germain et je me demande...comment peut-on approcher l'invisible, le" caresser"..même si l'on n'est pas peintre...Comment être un passeur de lumière dans la vie quotidienne?
    Et que veut nous dire la jeune femme du tableau avec ses grands yeux étonnés et sa main sur la poitrine ? Est-elle elle  aussi à la recherche de l'invisible ?


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique