•  

        

     

      C'est un tableau à contempler

    pour oublier un moment la violence des hommes,

    il suffit de s'imprégner des nuances du bleu, de la lumière du jour, du souffle de l'air

     

     "Ce que je rapporterai d'ici, dit Monet qui séjourna à Antibes en 1888,

    sera la douceur même,du blanc, du rose,du bleu, tout cela enveloppé de cet air féerique".

                      

                          La lumière qu'il a captée n'éblouit pas, elle transfigure

     

                                

    CAntibes vue de Salis, par Claude Monet


    21 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     Elle est une des premières peintres féministes à être reconnue de son vivant.

     

    Après sa mort, elle sera malheureusement oubliée et vue comme un excellent sous-ordre du courant conservateur et bourgeois. Cézanne dit de son Labourage nivernais qu’il est « horriblement ressemblant », c’est-à-dire trop réaliste de son point de vue. Finalement, c’est parfois davantage sa vie émancipée que l’on retient à la fin du XXème siècle, où des auteurs rédigent de nouvelles biographies de Rosa Bonheur. Elle reste un modèle pour les femmes peintres du XXème siècle, qui la citeront en exemple pour défendre le fait que les femmes puissent devenir membres du jury du Salon des artistes français.

     Labourage nivernais de Rosa Bonheur - Musée d'orsay

    Rosa Bonheur est un modèle pour les artistes femmes du début du XXe siècle. Elles font référence à elle dans leur lutte pour que les femmes deviennent membres du jury du Salon des artistes français.

    À la fin du XXe siècle, plusieurs auteurs publient de nouvelles biographies de Rosa Bonheur fondées sur le caractère exceptionnel de sa vie en tant que femme. Ces ouvrages lui valent un renouveau de notoriété, alors qu'on juge ses réalisations artistiques confiner au kitsch ou au mièvre.

    De mai à août 1997, une grande rétrospective sur Rosa Bonheur s'est tenue au musée des Beaux-arts de Bordeaux (sa ville natale). L'exposition sera reprise, fin 1997, au musée de Barbizon, puis à New-York, au musée Dahesh, début 1998.

    Rosa Bonheur commence à être redécouverte comme une « artiste LGBT », comme le témoigne sa présence dans l'exposition "La mirada del otro" du Musée du Prado à l'occasion de la World Pride 2017.

     


    19 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

    Une rencontre...et voilà un tableau qui naît et nous pouvons imaginer ce que le peintre a ressenti en voyant la chanteuse

     

     

    Edouard Manet 072.jpg
       
       
       
       
       
       
       
       

    La Chanteuse de rue est un tableau réalisé par Édouard Manet en 1862. La modèle fétiche de l'artiste, Victorine Meurent, y est représentée sous les traits d'une chanteuse sortant d'un cabaret à la nuit tombée, tout en croquant quelques cerises.

    La scène a été directement inspirée à Manet par une rencontre qu'il fit une nuit avec une femme répondant à la même description. Lui demandant immédiatement de poser pour lui, la jeune femme aurait refusé, et Manet se serait alors exclamé : « Si elle ne veut pas, j'ai Victorine ! »

     


    14 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

    Amanda Lear peint depuis son enfance. 

    Amanda Lear peint depuis son enfance. 

    © Capture d'image France 3/Culturebox
     

    Amanda Lear est surtout connue en tant que star du showbiz. Beaucoup moins pour ses talents de peintre. L’ancienne muse de Salvador Dali présente quelques-unes de ses peintures à la Galerie du Passage, dans le 1er arrondissement de Paris.

    C’est un univers d’Amanda Lear peu connu du grand public. La comédienne et chanteuse peint depuis son enfance. Elle était même élève des Beaux-Arts quand elle rencontra Dali dont elle allait devenir l'inspiratrice. Ses oeuvres sont régulièrement exposées dans le monde. Pierre Passebon, fondateur de la Galerie du Passage, est tombé sous le charme de son style. L’exposition "Délires" est à découvrir jusqu’au 23 février 2019.

    Reportage : J. Mirande / N. Loncarevic / E. Dubos
     
     

    Peintre avant tout

    En 2017, Amanda Lear faisait ses adieux, après  40 ans de carrière. A l’époque elle avait confié à l’AFP qu’elle n’avait jamais eu l’intention "d’être dans le showbiz, je voulais juste être peintre". Egérie du peintre surréaliste Salvador Dali pendant près de 15 ans, Amanda Lear baigne dans un univers qui ne la quittera plus. Tour à tour, mannequin, chanteuse disco, comédienne, animatrice télé, sociétaire des Grosses Têtes et reine du théâtre de boulevard, Amanda Lear a eu mille vies artistiques sans oublier sa première passion, la peinture.    

    White bouquet, huile sur toile d'Amanda Lear

    White bouquet, huile sur toile d'Amanda Lear

     

    Entre ombre et lumière 

    " En regardant mes peintures on peut comprendre mes états d’âme. Alors c’est vrai qu’il y en a des plus sombres, des plus joyeuses, ça dépend un petit peu de mon humeur, si je suis amoureuse ou si je suis dépressive."

    Amnanda Lear


    Dans ses tableaux, Amanda Lear évoque aussi le monde qui l’entoure. Un monde un peu trop triste à son goût qu’elle représente, dans une de ses toiles, avec des anges noircis par le désespoir.     

    " Je crois beaucoup au pouvoir des anges qui nous protègent. Et là, ils sont un petit peu désespérés. Ils s’arrachent les cheveux parce qu’ils se disent que les êtres humains déconnent complètement, qu'ils sont en train de tout bousiller. "

    Amanda Lear
    Despair, huile sur toile d'Amanda Lear 

    Despair, huile sur toile d'Amanda Lear 

     

    Personnage solaire, réputé pour son humour et sa vivacité d'esprit, Amanda Lear ne peut pas être totalement sombre lorsqu'elle peint. "Pour enlever le côté tragique, je mets aussi des couleurs. Cela me procure beaucoup de joie", conclut la pétillante Amanda Lear

     

    Je découvre  cette artiste  que j'ignorais totalement et j'ai envie de vous faire partager ma découverte.

    Il est des êtres aux multiples talents...C'est une exposition que j'aurais aimé voir.


    17 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

    Autoportrait de Marcellin Desboutin 

    Autoportrait de Marcellin Desboutin 

    Son autoportrait et  aussi celui de Emile Zola  m'ont beaucoup impressionnée, on aurait envie de leur parler, de savoir ce qui se passe dans leur tête

     

     

    Le musée Anne de Beaujeu à Moulins rend hommage à un artiste tombé dans l'oubli : Marcellin Desboutin. Ce peintre et graveur du 19e siècle s'était fait une spécialité des portraits. C'est la première fois qu'une exposition d'envergure lui est consacrée depuis 1922. Elle rassemble 200 œuvres jusqu'au 15 septembre 2019.

    A regarder l'autoportrait de Marcellin Desboutin, on se croirait face à Rembrandt avec son visage entouré de barbe et marqué par la vie. Rembrandt que le peintre bourbonnais admirait et avec qui il partageait une appétence pour les portraits sans fard. 

    Il était vraiment passionné par le portrait et la représentation, une représentation sans concession. Les gens sont tels qu'ils devaient être. Il ne les enjolive pas. Il a essayé de les montrer tels qu'ils sont avec leurs défauts et leurs qualités physiques



    Zola par Desboutin

     

     

     



    La rétrospective Marcellin Desboutin permet de cerner cet artiste atypique qui a vécu un temps à Florence et qui est devenu une figure incontestée de la gravure. A sa mort en 1902, il laissera entre 1500 et 2000 peintures, ainsi que de très nombreux dessins et gravures


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique