• Métamorphose

    T'ai-je inventé

    T'ai-je imaginé plus grand que nature,

        toujours plus libre et léger?

    T'ai-je rêvé volant, courant

        sur ces chemins de grand vent?

     

    Imagine ma douleur

      quand , les yeux dessillés,je te vois,

      le front triste, les ailes  coupées,

      te traînant sur le rivage,   le regard fasciné par unoiseau insouciant

      qui, avant de te quitter,

      a peint en gris tout ton entourage

      et s'en va se briser, folâtre,

      contre les rochers et pique le nez dans les eaux saumâtres.

     

    Et toi qui devines sa chute probable,

    tu te tiens prêt à le secourir...

    Pourtant c'est lui qui t'a métamorphosé

    en fantoche impuissant et laid.

    Mais tes yeux noyés dans la grisaille

    n'ont plus de miroir...

     

    Qui, cependant, peut être certain

    que cet oiseau multicolore

    a ralenti ta course?

     

    Peut-être t'a-t-il appris

    à braver les interdits,

    à jouir de l'instant,

    à ne plus craindre de perdre ton temps?

     

    Ce que tu croyais être une course

    vers l'horizon toujours plus vaste,

    peut-être était-ce une fuite

        dans le travail,

        dans des occupations variées

    pour t'empêcher de creuser en toi-même?

     

    Et l'oiseau fantasque

    qui t'a déboussolé

    en t'obligeant à t'arrêter

    peut-être, sans même le vouloir,

    va-t-il te permettre

    de te rencontrer, toi

    de découvrir l'or précieux,

    le trésor unique qui est en toi

    et tu seras brasier d'étincelles

    et le gris deviendra flamme d'or.

     

    Encore un ancien texte retrouvé, écrit il y a presque trente ans et que j'avais presque oublié

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 19 Août à 14:57
    eMmA MessanA

    Images très fortes, puissantes. Elles me parlent...

    2
    Dimanche 19 Août à 15:52

    Il n'est jamais trop tard pour trouver l'or qui est en soi ! Vous avez bien fait de ressortir ce texte des oubliettes

    3
    Evy
    Dimanche 19 Août à 16:04

    Beau tes mots bonne fin de journée bisous

    4
    Dimanche 19 Août à 18:28
    LADY MARIANNE

    Il y a 30 ans un état d'esprit différent-
    écrirais tu la même chose aujourd'hui ?
    bonne fin de journé-e bises-

    5
    Dimanche 19 Août à 18:31
    Edmée De Xhavée

    Les émotions anciennes montaient chez toi dans une marée furieuse, on dirait. Mais on est jeunes, on est emportés, on se rebelle et se retourne... L'oiseau semble ici avoir fait plus de mal que de bien, ayant offert peut-être un ciel imaginaire pour secouer ses ailes avec grâce...

    6
    Dimanche 19 Août à 18:59

    as tu trouvé cet oiseau libérateur ?

    trente ans ont passé et les mots sortent de l'ombre comme si le temps n'avait pas eu d'empreinte sur leur profondeur  ...

    es-tu ce brasier d'étincelles qui transforme le gris en flammes d'or ?

    m'est d'avis que oui !

    bravo ce poème est magnifique !

    amitié . 

    7
    Dimanche 19 Août à 21:17

    après tout ce temps, vis tu aussi légère que cet oiseau multicolore ? Bises 

    8
    Lundi 20 Août à 10:23

    Tu étais bien jeune alors, mais déjà si mûre !

    Ton poème est sublime.

    Merci pour ces mots en partage, Gazou.

    Passe une douce journée.

    9
    Lundi 20 Août à 15:44
    Renee

    un texte qui malgré tes 30 ans de moins et déjà très mur....Bravo. Bises

    10
    liedich
    Mardi 21 Août à 04:07

    Ta plume est un oiseau, Gazou. Merci pour l'envol. l.

    11
    Mercredi 22 Août à 09:09
    daniel

    L'espoir est un puissant moteur de vie !

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    12
    lenez o vent
    Mercredi 22 Août à 20:41

    texte aux mots forts

     

    Merci et bisous

    13
    Mardi 4 Septembre à 18:02

    Il y a toujours une lumière et un espoir, quelque part au bout de tout ça.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :