• Mardi poésie : Yves Bonnefoy

     

     

    Beauté et  vérité, mais ces hautes vagues

    Sur ces cris qui s'obstinent. Comment garder

    audible l'espérance dans le tumulte,

    Comment faire pour que vieillir, ce soit renaître,

    Pour que la  maison s'ouvre, de l'intérieur,

    Pour que ce ne soit pas que la mort qui pousse

    Dehors  celui qui demandait un lieu natal ?

                       Yves Bonnefoy ( Les planches courbes)


  • Commentaires

    1
    Mardi 13 Août à 10:38

    Merci Gazou pour ce très beau poème d'Yves Bonnefoy....à lire, à relire, à apprendre par cœur.

    Belle journée en poésie

    2
    Mardi 13 Août à 10:39

    Beau mais pas très gai !

    Bises et bon mardi

    3
    Mardi 13 Août à 10:59
    LADY MARIANNE

    un joli choix mais pas gai---
    merci pour ce beau partage- bises-

    4
    Mardi 13 Août à 11:22
    eMmA MessanA

    Ces mots résonnent fort en moi en ce moment... et la raison ne l'emporte pas...

    5
    Mardi 13 Août à 14:34
    covix

    Bonjour, 

    Très beau poème, à méditer. Merci de ce partage.

    Bonne journée

    Bises

    6
    Mardi 13 Août à 16:18
    colettedc

    Profonds, ces mots, Gazou ! Un très bon choix !

    Bonne poursuite de ce mardi,

    Amitiés♥

    7
    Mardi 13 Août à 16:21
    Edmée De Xhavée

    Les questions perplexes et sans réponse.

    8
    Mardi 13 Août à 16:40
    Renée

    Certes beau mais bien triste aussi ..enfin ressentis comme ça.Bisous

    9
    Mardi 13 Août à 20:19

    un poème qui nous fait réfléchir sur cette éternelle question, sur la Vie, la renaissance.. Bises 

    10
    Mardi 13 Août à 20:49

    pour moi chaque jour est une renaissance, je fais fi de l'idée même de la mort, je la sais au-bout du chemin, de mon chemin mais qu'importe j'avance ... toutes portes ouvertes ...

    amitié .

    11
    Mardi 13 Août à 21:44
    erato:

    Un beau poème qui invite à laisser la porte ouverte et à vivre.

    Belle soirée Gazou

    12
    Mercredi 14 Août à 17:29
    alainx

    Un bien joli poème !

     

    On rend audible l'espérance quand on la laisse vibrer au cœur de soi.

    Et alors, parfois, cela fait un sacré vacarme !

     

    ;-)

     

    13
    eliane roi
    Jeudi 15 Août à 09:57

    C'est le deuxième texte triste que je lis ce matin dans les blogs.

    Ce n'est pas parce qu'il ne fait plus 35 degrés que l'on doit sombrer dans la neurasthénie.

    La vie est belle, nom de dieu !  Et le 15 août, même si c'est une fête curaillou, elle permet au gens qui bossent toute l'année de se reposer un peu ; ne l'oublions pas, nous qui sommes en retraite. Beaucoup de gens travaillent dans des conditions pénibles.  A nous d'être joyeux et de bonne humeur, de rire et de faire rire les autres. 

    La vie est courte.

    14
    Jeudi 15 Août à 15:14

    Moi je renais chaque matin, le monde pour moi est toujours nouveau....

    15
    Vendredi 16 Août à 11:31

    Je n'ai pas de réponse mais ce poème me touche beaucoup.

    Bisous et douce journée Gazou.

    16
    Vendredi 16 Août à 18:07
    daniel

    Chaque jour est une naissance et je remercie le divin pour cela .

    17
    Dimanche 18 Août à 15:32

    très beau poème qui résonne en moi, avec un air d'actualité par rapport à mes préoccupations du moment. Est-ce le manque d'activité qui nous rend un peu mélancoliques ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :